Envoyer à un ami Imprimer Bookmark and Share S'abonner au flux RSS
Parent-seul

Les pères et mères seuls vivent souvent dans des conditions difficiles : coût de la vie, de l’éducation, solitude face aux difficultés… Des dispositifs ont été mis en place pour les aider à faire face. Le point sur les aides spécifiques dont ils peuvent bénéficier.

 

1- Les aides des Caisses d’allocations familiales


  • Le Revenu de solidarité active (RSA) remplace depuis le 1er juin 2009 le Revenu minimum d’insertion et l’Allocation de parent isolé. Attribué sous condition de ressources, il s’élève à 700,49 €/ mois pour une personne seule avec un enfant et à 840,59 € par mois avec deux enfants. Il est majoré de 186,80 euros par enfant ou personne en plus (montants 2011).
  • L’Allocation de soutien familial (ASF) est attribuée sans condition de ressources au parent élevant seul un enfant. Elle est versée jusqu’aux 20 ans de l’enfant et s’élève actuellement à 88,44 € par mois (montant 2011).
  • L’Aide au recouvrement des pensions alimentaires. La Caf peut aider le parent seul qui dispose d’un jugement fixant une pension alimentaire, à obtenir les versements impayés. Elle agit à condition que l’enfant de l’allocataire ait moins de 18 ans, que la pension n’ait pas été payée depuis deux mois ou plus, et que le parent concerné ait déjà engagé sans succès une action pour en obtenir le versement.
  • La majoration du plafond des ressources pour la prestation d’accueil du jeune enfant (Paje). Cette majoration permet au parent seul, ayant un enfant de moins de 3 ans, d’accéder plus facilement à la Paje.
  • La majoration de l’Allocation d’éducation de l’enfant handicapé (AEEH). Destinée à compenser les frais d’éducation et de soins apportés à un enfant en situation de handicap, l’AEEH est attribuée sans condition de ressources. Une majoration pour parent isolé est ouverte au bénéficiaire d’un complément de l’AEEH, lorsque celui-ci est attribué pour recours à une tierce personne et que ce recours est effectivement assuré par le parent lui-même ou par une tierce personne rémunéré à cet effet.
  • La majoration de l’allocation journalière de présence parentale (AJPP). L’AJPP est attribuée, sans condition de ressources, aux parents qui assument la charge d’un enfant de moins de 20 ans en situation de handicap, gravement malade ou accidenté, nécessitant leur présence et des soins contraignants. Le montant de l’allocation pour un parent seul est majoré : 49,65 € par jour de congé contre 41,79 € pour un couple (montants 2011). Un complément pour frais d’un montant de 106,88 € par mois peut être versé sous condition de ressources. Là aussi, le plafond des ressources est majoré pour le parent seul. L’AJPP n’est pas cumulable avec le Complément de libre choix d’activité de la Paje ou un complément de l’AEEH.
     

2- Les coups de pouce fiscaux


Sous certaines conditions, les parents isolés qui ont un ou plusieurs enfants à charge peuvent bénéficier d’une demi-part fiscale supplémentaire en cochant la case T de leur déclaration de revenus. Attention : ce dispositif ne concerne pas les veufs et veuves qui ont au moins un enfant à charge et qui bénéficient déjà du même quotient familial qu’un couple marié dans la même situation.
Sous d’autres conditions, les personnes qui vivent seules et qui ont élevé seules, pendant au moins 5 ans, un ou plusieurs enfants qui ne leur est plus fiscalement rattaché, peuvent  eux aussi bénéficier d’une demi-part fiscale supplémentaire.
Pour en savoir plus : www.impots.gouv.fr, rubrique : Contacts>Par internet >Choisissez un thème.

 

3 – L’aide de Pôle emploi


Pôle emploi peut attribuer, sous certaines conditions, une Aide à la garde d’enfants pour parents isolés (Agepi), pour les aider à faire garder un ou plusieurs enfants de moins de 10 ans lorsqu’ils retrouvent un emploi ou participent à certaines formations. Cette prestation est réservée aux personnes qui ne reçoivent pas d’allocation-chômage ou qui perçoivent l’un des minimas sociaux (RSA, Allocation de solidarité spécifique…). L’aide s’élève à 400 €, auquel s’ajoute 60 € par enfant supplémentaire, dans la limite de 520 € par an et par bénéficiaire. Pour en savoir plus, consultez le site de Pôle emploi.

 

4 – Les aides des collectivités territoriales


Certaines collectivités (régions, départements, communes) proposent des aides spécifiques pour les familles monoparentales. D’où l’importance pour chaque parent isolé de contacter son conseil régional, son conseil général ou sa municipalité pour savoir s’il existe des aides spécifiques dont il pourrait bénéficier.  

 

5- Le soutien des associations 


Enfin, parce que le nombre de parents seuls en situation de précarité ne cesse d’augmenter, de nombreuses associations leur viennent en aide. C’est notamment le cas du Secours populaire (aide alimentaire, vestimentaire, accès aux vacances…) ou de SOS Amitiés (des services d’écoute téléphoniques pour lutter contre la solitude et la détresse).


> A retenir

Les Centres communaux d’action sociale (CCAS) présents dans chaque commune peuvent jouer un rôle clé auprès des parents seuls en difficulté. Ils peuvent les orienter vers les aides disponibles et les associations susceptibles de les accompagner. Pour trouver les coordonnées des CCAS, consultez le site de l’Union nationale des CCAS.

 

Pour en savoir plus


Pour plus d’infos sur l’ensemble des aides publiques dont peuvent bénéficier les parents seuls ou téléphonez au 39 39 (0,06 €/minute en moyenne).

 


> A lire aussi sur notre blog

Par Julie Audren – Crédit photo : Florence Levillain / Signatures


Changer mon mot de passe