Logo Essentiel Santé Magazine

Santé

La cigarette électronique

La cigarette électronique est-elle sans danger ?

En l’état actuel des connaissances, la cigarette électronique serait moins nocive pour la santé que la cigarette classique. Mais elle n’est pas non plus sans danger.

Cela ressemble à une cigarette, requiert les mêmes gestes (même si les usagers préfèrent dire vapoter au lieu de fumer), et peut contenir de la nicotine. Mais ce n’est pas une cigarette. Intérêt ? On peut vapoter (presque) partout et ce serait sans risques. Sauf que les études scientifiques qui permettent de l’affirmer ne sont pas assez nombreuses et le recul pas très important.

 

Qu’est-ce qu’une cigarette électronique ?

C’est un aérosol, contenant une pile. Lorsque l’utilisateur aspire, cela chauffe – pour le vaporiser – le liquide contenant notamment des agents de saveurs et, le plus souvent, de la nicotine.

 

Est-ce dangereux pour la santé ?

Dans son avis 2016, le Haut Conseil de la Santé Publique souligne que des études récentes ont montré que certaines substances retrouvées dans des e-liquides pouvaient être toxiques. Parmi elles, le diacétyle : s’il est inhalé après avoir été chauffé, il peut provoquer des dommages pour les poumons. En France, les fabricants de e-liquides se sont engagés à respecter une norme AFNOR excluant ce composé.

D’autres substances sont également présentes dans les e-liquides. « On y trouve du propylène glycol ou du glycérol. Le premier est un solvant classiquement utilisé comme additif alimentaire (E1520) et présent dans beaucoup de médicaments, produits cosmétiques ou alimentaires. Quant au glycérol, aucune étude ne permet d’affirmer qu’il ne présente aucun risque à long terme, lorsqu’il est mis en contact avec la muqueuse pulmonaire », explique le Dr Gérard Mathern, secrétaire général de la Société Française de Tabacologie.

Il rappelle toutefois que « dans la fumée de cigarette classique, sur quatre mille substances, une centaine au moins sont toxiques dont les goudrons, responsables de cancers, et le monoxyde de carbone, qui provoquent des lésions cardiovasculaires. Ces substances sont absentes de la vapeur produite par une cigarette électronique ».

Ainsi, selon les connaissances actuelles, les e-liquides sont beaucoup moins nocifs pour la santé que le tabac. Un fumeur passant à la e-cigarette diminuerait significativement sa probabilité de développer des maladies liées au tabac (cancer, maladies cardiovasculaires…).

 

Est-ce que ça permet d’arrêter de fumer ?

La puissance addictive du tabac est bien connue, ce qui explique que deux tiers des fumeurs souhaitent arrêter sans y parvenir facilement. La e-cigarette est alors considérée comme un substitut. Les dernières études ont conclu à l’efficacité de ce dispositif électronique pour aider les fumeurs à se débarrasser du tabac.

Les chiffres sont clairs : au niveau européen, ce sont plus de 6 millions de fumeurs qui sont parvenus à arrêter le tabac en optant pour la cigarette électronique depuis sa mise à disposition du grand public.

Cette e-cigarette peut également permettre de diminuer sa consommation de tabac. Les européens seraient ainsi près de 9 millions à fumer moins en remplaçant une partie de leurs cigarettes quotidiennes par leur version électronique.

 

Quelles sont les positions des instances officielles ?

Le Haut Conseil de la Santé Publique a édicté en 2016 des recommandations. La cigarette électronique :

  • peut être considérée comme un outil d’aide au sevrage tabagique pour les populations fumeuses désireuses d’arrêter leur consommation de tabac
  • constitue un outil de réduction des risques du tabagisme. Toutefois pour les usagers concomitants de tabac et de cigarette électronique, le débat reste ouvert
  • pourrait constituer une porte d’entrée dans le tabagisme
  • que ce risque serait contrebalancé par le fait que la cigarette électronique pourrait retarder l’entrée dans le tabagisme
  • induit un risque de renormalisation de la consommation de tabac compte tenu de l’image positive véhiculée par son marketing et sa visibilité dans les espaces publics

Actuellement, les cigarettes électroniques ne peuvent être vendues en pharmacie car elles ne figurent pas sur la liste des produits dont la délivrance y est autorisée.

 

Pour en savoir plus

  • Emilie Gillet
  • Crédit photo : Scyther5 / Shutterstock

Aucun commentaire pour cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Glossaire