Le coût de l’imprévoyance évalué à 15 milliards d’euros par an

mis en ligne le :

L’Observatoire de l’imprévoyance du Groupe VYV estime à 15 milliards d’euros par an le coût de l’imprévoyance. Un chiffre dévoilé à l’occasion du 43e Congrès de la Mutualité Française, en septembre 2022, à Marseille. Un débat était proposé, pour tenter de comprendre pourquoi l’imprévoyance était un risque à ce point sous-estimé et dégager des solutions pour y remédier.

imprévoyance congrès

L’absence ou l’insuffisance de couverture en prévoyance peuvent être désastreuses pour la santé et sur le plan financier. Pour faire le point sur la situation, le Groupe VYV, acteur du marché de la prévoyance en France, a présenté son Observatoire de l’imprévoyance*, à l’occasion du 43e congrès de la Mutualité Française, qui s’est ouvert le 7 septembre 2022 à Marseille.

Qui est concerné par l’imprévoyance ?

Qu’est-ce que l’imprévoyance ? Ce sont des prestations de prévoyance non versées par insuffisance de couverture aux familles confrontées à une maladie ou un accident. Son coût est évalué à 15 milliards d’euros par an.

L’Observatoire distingue trois catégories de populations concernées :

  • les enfants en situation de handicap, qui représentent 15 % du montant de l’imprévoyance (soit 2,2 milliards d’euros) ;
  • les adultes et leurs proches en cas d’arrêt de travail, d’invalidité, d’aidance ou de décès, à hauteur de 56 %. L’indemnisation du congé proche aidants en fait également partie (soit 8,5 milliards d’euros) ;
  • les seniors en perte d’autonomie, en situation d’aidance, mais également le financement des obsèques représentent quant à eux 29 % du montant de l’imprévoyance (soit 4,3 milliards d’euros).

Par ailleurs, parmi les actifs, on constate une disparité de couverture. Ainsi, les salariés du privé sont globalement les mieux couverts, mais il subsiste de fortes inégalités entre statuts et secteurs d’activité.

Les fonctionnaires subissent également d’importants « trous de couverture », notamment en cas d’invalidité, tout comme les travailleurs non-salariés et les chômeurs.

Les conséquences de l’imprévoyance

L’imprévoyance serait donc un risque sous-estimé. C’était tout l’objet du débat proposé durant le congrès. « Comme l’assurance, la prévoyance c’est l’achat au comptant d’une sécurité à terme. Le « à terme » pouvant se produire dans 10, 20 ou 30 ans, et dans des situations qu’on ne connaît pas forcément », souligne Catherine Touvrey, directrice générale d’Harmonie Mutuelle et directrice assurance et protection financière du Groupe VYV. D’ailleurs, « un sans domicile fixe sur deux se retrouve à la rue car il n’avait pas de protection sociale, et parce qu’il a eu une maladie, un accident, ou encore le décès d’un proche », ajoute-t-elle.

Des risques sous-estimés

Catherine Touvrey constate le manque d’intérêt de la population française pour le sujet de la prévoyance. Un désintérêt qu’elle observe aussi du côté des employeurs. Certes, la moitié d’entre eux considère bien qu’il s’agit d’un investissement ou encore d’un facteur d’attractivité pour les salariés. Pour l’autre moitié, la prévoyance représente avant tout des charges sociales. Dominique Corona, secrétaire général adjoint de l’Unsa (union nationale des syndicats autonomes), reconnaît pour sa part que le sujet de la prévoyance est difficile à aborder, parce qu’il « renvoie à des notions comme le décès, le handicap, ou encore d’invalidité. Personne n’a vraiment envie de parler de ça ».

De son côté, Catherine Touvrey rappelle que la dernière loi marquante en matière de prévoyance remonte à 1989**. Durant le quinquennat précédent, « on a beaucoup parlé de retraite, de complémentaire santé, mais finalement assez peu de prévoyance ».

Pas d’obligation pour les non-cadres

La couverture de la prévoyance est décidée au niveau de la branche professionnelle. « Il n’y a pas d’obligation du côté des employeurs d’assurer une couverture en matière de prévoyance pour les salariés non-cadres », explique David Cluzeau, délégué général d’Hexopée (organisation professionnelle représentative des employeurs de l’ESS).

Pour mémoire, les entreprises employant des cadres (ou des assimilés cadres), ont l’obligation de verser une cotisation égale à 1,50 % de la tranche de rémunération inférieure au plafond de la Sécurité sociale. Cette obligation de prévoyance concerne la garantie décès.
« Pourquoi les cadres auraient-ils droit à une protection obligatoire en cas de décès et non les autres salariés ? », interpelle Dominique Corona, qui y voit une forme de discrimination. La prévoyance est selon lui un sujet essentiel, qui porte sur des risques très lourds : le décès, le handicap, l’invalidité, les incapacités.

Des solutions pour améliorer la prévoyance

Pour permettre à l’ensemble des actifs de faire face à ces risques, le Groupe VYV préconise de consacrer au moins 1,5 % de la masse salariale ou des revenus à l’imprévoyance de tous les salariés (du privé), cadres, comme non-cadres. Éric Jeanneau, administrateur du Groupe VYV et président de l’Union Mutualiste Retraite (UMR), estime qu’il y a « un vrai manque » concernant la population des salariés non-cadres.

Le Groupe VYV plaide ainsi en faveur d’un « socle de couverture universelle, sur les risques décès et invalidité ».

Les modalités (budget, garanties, niveau de participation de l’employeur…) seraient définies dans le cadre habituel de négociations (branches, ministères…) afin de s’adapter aux spécificités du secteur d’activité, des métiers et de la population assurée.

Enfin, Catherine Touvrey défend l’idée d’une obligation d’information. « Aujourd’hui, très peu de salariés ont un bilan social individualisé. Ils ignorent ce à quoi ils peuvent prétendre quand les choses tournent mal sur le plan de la santé notamment ».

* Le Groupe VYV a créé, fin 2019, l’Observatoire de l’imprévoyance afin de sensibiliser les Français. Le coût de l’imprévoyance est déterminé selon une méthode de calcul élaborée avec l’appui de François-Xavier Albouy, économiste de la santé et du cabinet d’actuariat CAPS.

**Loi du 31 décembre 1989 renforçant les garanties offertes aux personnes assurées contre certains risques, dite loi Evin.

Légende photo  : De gauche à droite, Lucie Nuttin, journaliste (France 3 Régions) et animatrice du débat, Catherine Touvrey, directrice générale d’Harmonie Mutuelle, David Cluzeau, délégué général d’Hexopée et Dominique Corona, secrétaire général adjoint de l’Unsa, échangent autour des risques liés à l’imprévoyance.

  • Juliette Plouseau
  • Crédit photo : ©Mutualité Française

Aucun commentaire pour cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.