Les événements sportifs à l’épreuve du Covid-19

mis en ligne le :

La pandémie de Covid-19 a bouleversé toutes nos activités, tant sur le plan professionnel que personnel : confinements, couvre-feu, interdiction de se rassembler à plus d’une certaine jauge… Les événements sportifs, compétitifs ou non, ont subi de plein fouet les conséquences de ces restrictions sanitaires. Comment se sont-ils adaptés ? Réponses avec deux organisateurs d’événements.

evenements sportifs covid-19

Quel que soit le sport choisi et le degré d’investissement, les événements sportifs rythment l’année et sont l’occasion de se donner un objectif, de se dépasser, de rencontrer d’autres amateurs. En 2020, la crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19 a sévèrement freiné tous les rassemblements sportifs, tels que le Marathon de Paris, qui a dû être annulé. Comment les autres événements se sont-ils adaptés à la situation ? Le point avec Stephan Caron, organisateur d’Open Swim Stars et Anne Bergougnoux d’Odysséa, des événements soutenus par Harmonie Mutuelle.

Adopter un protocole sanitaire strict : le choix d’Open Swim Stars

Les adeptes de natation connaissent bien Open Swim Stars : une épreuve créée il y a 6 ans afin de faire revivre les épreuves mythiques d’eau libre au cœur des villes, dans les lacs et en mer. Une dizaine d’épreuves sont organisées habituellement dans les grandes villes françaises, ouvertes à tout public.

« En 2020, quatre épreuves ont été annulées à cause du Covid-19 et une en raison de la météo », explique Stephan Caron.

Pour les autres épreuves, qui ont eu lieu de juillet à septembre, le dispositif a été largement révisé afin d’offrir aux nageurs des conditions sanitaires exemplaires : une baisse drastique de la jauge d’abord, avec 500 participants à Paris par exemple, contre 1500 à 2000 les années précédentes. « Nous avons également repensé le parcours des participants : consignes sanitaires, retrait du pack du nageur, rations préparées à l’avance afin que les nageurs ne s’attardent pas devant les tables de ravitaillement, distanciation sociale pour le retrait des effets personnels, douches à l’arrivée, sens de circulation, départ individuel là où c’est collectif d’habitude… », précise Stephan Caron.  Tout a été pensé dans les moindres détails pour éviter tout risque de contamination.

Une stratégie payante, puisqu’il n’y a pas eu de cluster, et selon l’organisateur : « les municipalités et les nageurs ont été rassurés. Les retours ont été extrêmement positifs. »

Des participants moins entraînés à cause du confinement

Pour Open Swim Stars, l’impact de la pandémie s’est surtout fait sentir sur le nombre d’inscrits aux épreuves supérieures à 2 km : en effet, sans possibilité de s’entraîner comme d’habitude dans les piscines, puisqu’elles étaient fermées lors du premier confinement, les épreuves de 5 km ont été peu plébiscitées. En revanche, les courses de 1 et 2 km ont vu leur nombre d’inscrits augmenter.

« On s’attend à ce que l’essentiel des inscriptions aille encore vers les épreuves courtes cette année. »  Stephan Caron et son équipe vont reprendre le même cahier des charges qu’ils s’étaient imposés en 2020 : « la première course de l’année est prévue le le 5 juin à Dunkerque et on ne sait pas aujourd’hui quelles seront les conditions sanitaires à cette date. Le mot d’ordre est d’être réactif et de s’adapter, tout en assurant une protection maximale aux participants. »

Open Swim Stars travaille sur une application mobile qui donnera des conseils aux nageurs, avec des définitions d’objectifs, des entraînements sur mesure, pour leur donner un outil de suivi pendant cette période.

Odysséa : le choix de courses « virtuelles »

Se tourner vers les outils digitaux, c’est aussi le choix d’Odysséa, une association qui organise dans toute la France des circuits de courses et marche à pied. A chaque événement, les fonds collectés sont reversés au profit de la lutte contre le cancer du sein aux organismes de recherche locaux. En temps normal, 14 étapes sont organisées chaque année. Elles rassemblent au total 130 000 personnes.

Seules deux courses Odysséa ont pu être organisées au début de l’année 2020 en « réel », les autres ont été d’abord reportées, puis annulées. Dès le mois d’avril, Anne Bergougnoux et ses équipes ont pensé à une alternative connectée : « on s’est associé à l’application Running Heroes, : les coureurs qui s’inscrivaient à Odysséa pouvaient participer à des challenges qu’on proposait, et courir près de chez eux. » Le nombre de participants et le montant récolté ont été inférieurs aux sommes habituelles (471 000 euros contre plus d’1 million d’euros en 2019) mais Anne Bergougnoux se montre malgré tout satisfaite : le but était de garder le lien avec les participants. « Contrairement à d’autres événements sportifs, nos courses ne sont pas compétitives, nos coureurs ne sont pas tous équipés de montres connectées couplée à une appli. C’était sûrement un frein, mais nous avons vu malgré tout une belle mobilisation. » Sur les réseaux sociaux, les inscrits pouvaient en effet partager photos et performances.

Capture d'écran du défi Odysséa Paris 2020 - 5 km sur Running Heroes
Capture d’écran du défi Odysséa Paris 2020 – 5 km sur Running Heroes

Afin de rester présent pour les patientes, Odysséa a organisé des webinaires avec des experts à destination des patientes, un dispositif que l’organisation souhaite réitérer en 2021. Les replays sont accessibles sur leur site internet.

Quid des courses en 2021 ?

« On a décalé les premiers événements au début de l’été, explique Anne Bergougnoux. Parallèlement, on maintient les événements connectés. C’est difficile d’imaginer qu’on puisse, dès septembre, se retrouver avec 30 000 personnes ! On prend également en compte la crainte de certaines personnes, puisque la peur du virus ne va pas disparaître du jour au lendemain. »

Après l’annulation en 2020, les organisateurs de l’Harmonie Mutuelle Semi de Paris espèrent quant à eux que d’ici le 5 septembre 2021, les conditions sanitaires seront réunies pour cette course attendue par de nombreux sportifs.

  • Lauriane Nicol
  • Crédit photo : Getty Images

Aucun commentaire pour cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.