Une maison sport-santé spécialisée auprès des publics fragiles

mis en ligne le :

Proposer un accompagnement vers la pratique d’une activité adaptée : c’est l’objectif des 288 maisons sport-santé labellisées. Parmi elles : VYV Form’Autonomie. Cette structure spécialisée auprès des publics fragiles ouvrira ses portes en septembre 2021 au Centre mutualiste de rééducation fonctionnelle d’Albi dans le Tarn.

Les premières maisons sport-santé sont nées en 2019. Elles ont pour objectif d’accueillir toutes les personnes qui souhaitent se mettre ou se remettre à une activité physique. 288 structures sont déjà labellisées. L’objectif est d’arriver à 500 en 2022. A Albi dans le Tarn, une maison sport-santé spécialisée auprès des publics fragiles va ouvrir ses portes en septembre 2021. Cette structure sera ouverte :

  • aux personnes en situation de handicap, 
  • aux seniors de plus de 75 ans, 
  • aux personnes souffrant d’obésité, 
  • aux personnes atteintes de maladies chroniques ou en ALD (affection de longue durée) 
  • aux personnes souffrant de lombalgie chronique. 

Elle se situera au sein du Centre mutualiste de rééducation fonctionnelle (CMRF) et s’appellera VYV Form’Autonomie. « Du lundi au vendredi, à partir de 17 heures, les bénéficiaires de la maison sport-santé spécialisée pourront utiliser la balnéothérapie et le plateau technique du CMRF pour exercer leurs séances d’activité physique adaptée. Le matériel de rééducation sera à leur disposition. Le public visé est un public qui a besoin de faire une activité physique mais qui, bien souvent, ne peut pas la pratiquer seul », explique Stéphanie Ruelle, directrice du centre de rééducation. 

Des séances d’activité physique personnalisées

La prise en charge se fera sur plusieurs mois, au minimum trois. « Il s’agit d’un reconditionnement physique par séance d’une heure chaque semaine. C’est un tremplin vers une activité physique et une pratique en autonomie. Nous proposerons un programme d’éducation afin que ces personnes l’intègrent dans leur vie quotidienne. Nous allons leur redonner confiance », précise Caroline Souléry, professeur d’APA (activité physique adaptée). Des liens seront créés avec les sections santé des clubs sportifs du département afin qu’à la fin de leur parcours au sein de la maison sport-santé, elles poursuivent l’activité physique dans un club.

Les groupes seront composés de 10 personnes maximum et seront adaptés aux différentes pathologies. À l’intérieur du groupe, la prise en charge sera personnalisée. 

Un bilan de motivation au départ

Avant de commencer les séances, un bilan de motivation et une évaluation de la condition physique de chacun seront réalisés. L’occasion de déterminer les besoins et la prise en charge à mettre en place. « Un vélo modulable pour les personnes paraplégiques permettra de faire un bilan de condition physique générale. Une table d’examen bariatrique pour les personnes souffrant d’obésité permettra de réaliser ce bilan dans de bonnes conditions », ajoute Stéphanie Ruelle. Certains pourront bénéficier des conseils de la diététicienne ou de la psychologue du centre. Un bilan sera effectué au bout de trois mois. A noter que les séances seront payantes mais peuvent être prises en charge par certaines mutuelles. 

  • Crédit photo : CF
Auteur article
Cécile Fratellini

rédactrice en chef adjointe d’Essentiel Santé Magazine, spécialisée dans les sujets relatifs à la santé (handicap, prévention, maladies…)

Aucun commentaire pour cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.