Logo Essentiel Santé Magazine
Thierry Beaudet

Thierry Beaudet : les chantiers qui attendent la Mutualité

Président de la Mutualité Française, Thierry Beaudet s’est exprimé lors d’une rencontre organisée par l’ANPM*, le 21 juin 2018. Le premier petit déjeuner de la presse mutualiste s’est tenu quelques jours après la clôture du 42e congrès de la Mutualité.

Axés sur les mutations de la protection sociale, ces trois jours de congrès ont été qualifiés de temps d’ouverture par Thierry Beaudet, président de la Mutualité Française. « On a dialogué avec toutes les parties prenantes et les acteurs du système de protection sociale et de santé. La ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn, a choisi le congrès de la Mutualité pour annoncer ses mesures sur le reste à charge zéro, dorénavant appelé le « 100 % santé ». Et les professionnels de santé ont considéré qu’ils pouvaient venir à la Mutualité pour sceller des accords. Tout cela est porteur de beaucoup de symboles. »

 

 

« Le reste à charge zéro, une conquête sociale essentielle »

Sujet d’actualité attendu, Thierry Beaudet n’a pas fait l’impasse sur le dossier de la réforme du reste à charge zéro. « Le 100 % santé, c’est concret pour les Français, pour les mutualistes et pour nos mutuelles. Notre objectif, c’est qu’à travers les cotisations que les adhérents nous versent, ils puissent se soigner. Mais ce n’est pas toujours possible, notamment pour les soins dentaires, l’audioprothèse et l’optique », a-t-il rappelé.

Un tiers seulement des Français malentendants seraient appareillés, a souligné Thierry Beaudet. Et le reste à charge moyen s’élèverait à 800 euros par équipement auditif après le remboursement de la Sécurité sociale et de la mutuelle. Et pour les soins dentaires, un Français sur cinq renoncerait à des soins prothétiques. « Cette réforme, si elle se déploie correctement, est de nature à répondre à de vrais besoins rencontrés par nos adhérents. Notre objectif est qu’ils puissent accéder à des soins de qualité et à des tarifs maîtrisés. »

 

Assurer la satisfaction des Français

Selon une enquête réalisée pour le congrès de la Mutualité, 95 % des personnes interrogées seraient favorables la réforme du reste à charge zéro. Mais Thierry Beaudet a rappelé l’importance de suivre son déploiement jusqu’en 2021.

« L’objectif de la réforme, nous l’avons partagé et y avons contribué. Maintenant, il va falloir mesurer, dans la vraie vie, si cela produit les effets attendus pour nos adhérents. » Un comité de suivi sera donc mis en place, avec trois objectifs précis : mesurer la satisfaction des Français, l’impact sur les filières de soins concernées, et les conséquences sur les cotisations et remboursements des mutuelles. « Aujourd’hui, des Français renoncent aux soins en raison du reste à charge. Demain, il ne faudrait pas qu’ils renoncent aux soins en raison de cotisations trop élevées », a affirmé Thierry Beaudet.

Le président de la Mutualité Française a aussi souligné le rôle et l’attitude des professionnels de santé qui restera déterminante dans le succès de la réforme. « Est-ce que nos adhérents auront l’impression que dans le cadre de « 100 % santé », on leur propose des traitements et des équipements de qualité ? C’est une question centrale. »

 

L’importance du modèle mutualiste

Lors de ce point presse, la nouvelle campagne de communication de la Mutualité Française a aussi abordée. « Votre mutuelle est-elle vraiment une mutuelle ? », tel est son slogan. « Il y a quelques années, certains considéraient que si la mutualité avait une belle et longue histoire, elle appartenait, d’une certaine manière, à l’ancien monde. Il se trouve qu’on est dans une société en quête de sens. Les Français, et toutes les enquêtes que nous réalisons le montrent, comprennent que derrière le mot mutuelle, il y a le temps long, l’intérêt général, le bien commun. »

C’est une campagne pédagogique et qui consiste à valoriser les fondamentaux de la différence mutualiste et la plus-value de son modèle. « Il y a aussi l’idée d’être fiers de ce que nous sommes et de ce que nous portons. Défendons-le, revendiquons-le », a exprimé Thierry Beaudet, en rappelant le rôle fondamental d’une mutuelle. « Nos adhérents, d’une certaine manière, nous confient ce qu’ils ont de plus précieux : leur santé. Je considère que c’est un point sur lequel nous devons nous appuyer pour renforcer la relation que nous tissons avec eux, pour les accompagner tout au long de la vie. »

 

Les défis de demain

Au-delà de l’assurance santé, Thierry Beaudet a fait valoir que le rôle des mutuelles est d’apporter des réponses plus complètes et plus globales en matière de protection sociale. « On le fait déjà, mais j’ai la conviction que c’est ce qu’attendent de nous les adhérents de nos mutuelles. Ils nous font confiance. À nous de continuer à creuser notre sillon. »

C’est dans cette optique que la Mutualité Française, en concertation avec les mutuelles, souhaite se pencher sur de nombreux chantiers, et notamment le vieillissement de la population. « Il y a des besoins de prise en charge très importants et pas uniquement pour la dépendance lourde dans les EHPAD**. Et en amont, il y a plusieurs sujets autour du bien vieillir, de la prévention, du maintien à domicile et des dispositifs à imaginer et à mettre en place pour soulager les aidants. »

* Association nationale de la presse mutualiste
** Établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes.

  • Cassandra Poirier
  • Crédit photo : DR

Aucun commentaire pour cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Glossaire