Logo Essentiel Santé Magazine
[TRIBUNE] Illettrisme numérique : une fracture à tout âge, des solutions pour tous

[TRIBUNE] Illettrisme numérique : une fracture à tout âge, des solutions pour tous

Aujourd’hui, le numérique est partout. Mais il peut parfois poser des difficultés à certaines personnes. Comment faire pour qu’elles ne soient plus exclues ? Le point de vue de Stéphane Junique, président d’Harmonie Mutuelle.

Stéphane Junique
Stéphane Junique, président d’Harmonie Mutuelle

Ordinateurs, smartphones, bracelets et vêtements connectés, assistants électroniques, le développement exponentiel des TIC (Technologies de l’information et de la communication) est une réalité au quotidien. Au-delà de l’outil de travail, les nouvelles technologies nous permettent de gérer nos loisirs, rechercher un emploi ou un logement, réaliser des démarches administratives, commander des équipements à distance, se cultiver, surveiller sa santé… Pourtant, 19 % des Français se sentent concernés* par l’analphabétisation numérique ou « illectronisme ». Et 25 % déclarent avoir du mal avec l’informatique**.

Exclu.e.s des modes d’information et de communication contemporains du fait d’un manque ou d’une absence de connaissances dans l’usage de ces outils, les personnes touchées sont victimes d’une nouvelle forme de discrimination, vecteur de véritables inégalités.

*Étude CSA pour le Syndicat de la presse sociale.
** Source : Emmaüs connect.

 

L’illectronisme : l’affaire de tous

Les personnes âgées sont souvent les plus touchées par cette forme de fracture sociale, face à des outils dont les modes d’utilisation évoluent rapidement. Ainsi, plus d’un tiers des plus de 70 ans ne disposent pas de connexion Internet. Si cette fracture générationnelle existe bel et bien (en 2013, 100 % des 16-29 ans disposaient d’un téléphone portable*), le phénomène de renoncement à l’utilisation d’internet pour des achats, des démarches administratives est présent à tous les âges.

Ces difficultés peuvent aussi constituer un frein à l’accès au progrès technologique et numérique qui permet une meilleure prise en charge de la perte d’autonomie à domicile, à l’accès à la connaissance et plus tard à l’embauche ou encore à l’expression d’une citoyenneté plus active. Les compétences numériques constituent aujourd’hui un socle obligatoire minimum qui doit relever de l’éducation populaire.

Pour prévenir cette inégalité et lutter contre l’exclusion qui peut en résulter, le B2I (Brevet Informatique et Internet) a été instauré dans les écoles primaires et les collèges dès 2001. Ce diplôme garantit un socle de compétences et de connaissances numériques pour tous les écoliers (traitement de texte, tableurs et recherche internet).

Mais on le voit, la lutte contre l’illectronisme est aussi une histoire d’engagement et de volonté de tout un chacun.

* Source : Insee, Focus n° 20, 2 mars 2015.

 

Harmonie Mutuelle et le numérique

Au-delà des structures traditionnelles et formelles de l’enseignement, d’autres acteurs s’engagent. La famille et l’entourage représentent, en la matière, de réels piliers pour la transmission de connaissances et de compétences. Il n’est en effet pas rare de voir des enfants et petits-enfants informer et accompagner les plus anciens. L’engagement civil a également une place importante. De différentes façons (service civique, associations, clubs, voisinage), des citoyens mettent à disposition leurs compétences pour aider ceux qui en ont besoin par une éducation et un accompagnement personnalisé.

Pour que les besoins des uns deviennent l’expérience des autres, pour que l’autonomisation des uns permette l’inclusion des autres, pour que les fractures sociales ou numériques se réconcilient dans un progrès pour tous, Harmonie Mutuelle accueille 50 jeunes en service civique qui accompagnent nos adhérents les plus en difficulté dans l’usage du numérique.

Pour Harmonie Mutuelle, l’utilité du numérique est une évidence en matière de santé et d’accompagnement du mieux-vivre : prise de rendez-vous, télésurveillance à domicile, e-consultation, prévention, suivi glycémique, analyse du sommeil, suivi de votre épargne-retraite…

La santé connectée, c’est un suivi et un accompagnement personnalisé. En lien avec le médecin et des professionnels de la prévention et de l’accompagnement, c’est aussi un moyen d’être un acteur de sa santé au quotidien, d’être sécurisé, de voir ses proches rassurés. Il s’agit d’une formidable opportunité pour mieux protéger et accompagner les individus dans leurs différentes situations de santé et de vie.

Plus globalement, dans une mutuelle où les adhérents ont toujours été à la place des actionnaires, le numérique est aussi un outil pour que vivent d’autres formes d’engagement, une citoyenneté et une solidarité actives, quotidiennes, au plus près des besoins de ceux que nous protégeons.

C’est pourquoi, Harmonie Mutuelle s’engage au quotidien dans la lutte contre la fracture numérique pour faciliter l’accès à la santé et au mieux-vivre et pour favoriser la démocratie et l’inclusion sociale.

  • Stéphane Junique, président d’Harmonie Mutuelle
  • Crédit photo : Wavebreakmedia / Getty

Aucun commentaire pour cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Glossaire