Pourquoi souscrire un contrat de prévoyance ?

mis en ligne le :

La souscription à un contrat de prévoyance complémentaire permet de compléter la couverture de l’Assurance maladie pour de nombreux accidents de la vie : décès, hospitalisation, incapacité de travail, invalidité, perte d’autonomie, etc.

Prévoyance

La prévoyance des Français est trop faible

Le constat est clair : les Français ne se protègent pas suffisamment face aux aléas de la vie. Selon l’Observatoire de l’Imprévoyance VYV-Ipsos, l’équivalent de 12 milliards d’euros devraient être versés chaque année aux Français (chiffre 2020) mais ne le sont pas. En cause : une complémentaire prévoyance insuffisante voire inexistante.

Pourquoi les Français ne se protègent-ils pas assez ? Pour deux raisons principales :

  • Par superstition. Le décès ou encore l’invalidité sont des sujets qui font peur. On pense toujours qu’un accident de la vie, ça n’arrive qu’aux autres. Et bien sûr, ce n’est pas vrai.
  • Par ignorance. Il existe une idée reçue selon laquelle nous sommes couverts pour tout. C’est faux. Malgré la création de la protection universelle maladie (PUMA), la prise en charge des risques par la Sécurité sociale demeure insuffisante.

Ni la Sécurité sociale ni la complémentaire santé ne permettent de maintenir pleinement les revenus de la famille après un coup dur.

Les salariés d’entreprise ne sont pas tous couverts par une prévoyance

Le régime de prévoyance est obligatoire pour tous les cadres, quelle que soit la taille de l’entreprise. Pour les non-cadres, la mise en place d’un contrat de prévoyance dépend de la convention collective de branche. Si une telle convention existe, alors un contrat collectif de prévoyance doit obligatoirement être mis en place par les employeurs du secteur d’activité concerné.

Aujourd’hui, plus de 200 conventions collectives intègrent l’obligation pour les entreprises de souscrire un tel contrat. Mais seulement 85 % des entreprises de moins de 500 salariés proposent une couverture prévoyance*.

Indemnités journalières de la Sécurité sociale : quelles limites ?

L’affiliation au régime général de la Sécurité sociale permet de percevoir des indemnités journalières en cas d’arrêt de travail (maladie, maternité, accident). Toutefois ces indemnités ont deux principaux « défauts » :

  • leur délai de carence ;
  • le plafonnement de leur montant.

D’où l’importance de souscrire une couverture prévoyance complémentaire.

Les Français ont souvent le sentiment d’être entièrement protégés contre les aléas de la vie par leur régime de base. Dans les faits, c’est rarement le cas.

Comment améliorer la prise en charge des aléas de la vie ?

Le principe d’une prévoyance est de compenser des pertes de revenus dues à un imprévu : décès, invalidité, incapacité de travail, perte d’autonomie, blessure, frais d’hospitalisation, etc. En effet, ces pertes de revenus peuvent être préjudiciables pour la personne elle-même. Elles le sont aussi pour son entourage. Dans certains cas, il devient difficile de payer son loyer ou de financer les études de ses enfants par exemple. Le contrat de prévoyance complémentaire permet de maintenir son niveau de vie dans ces circonstances douloureuses. Cette compensation peut être de quatre natures différentes :

  • indemnités journalières

En cas d’incapacité de travail, elles complètent les indemnités versées par le régime obligatoire (qui ne correspondent qu’à la moitié du salaire, limité à 1,8 fois le Smic mensuel), pendant maximum 3 ans. Le montant des indemnités journalières de prévoyance complémentaire versé en cas d’incapacité varie en fonction du montant que vous avez choisi, au regard de votre salaire. Des indemnités journalières peuvent aussi être versées en cas d’hospitalisation. Elles s’ajoutent alors à la prise en charge du régime obligatoire.

  • rente

En cas d’invalidité, une rente ou pension d’invalidité compense la perte de revenus. Elle vient en complément de la pension d’invalidité réglée le cas échéant par le régime obligatoire, avec une prise en charge pouvant durer jusqu’à la retraite. En cas de décès, une rente peut être versée au conjoint survivant. Il peut également s’agir d’une rente « éducation » pour les enfants survivants de la personne décédée (pour le financement de leurs études), selon les clauses du contrat de prévoyance. Une rente peut aussi être attribuée en cas de perte d’autonomie. Le rythme de versement de ces rentes peut être mensuel ou trimestriel, selon les contrats.

  • capital

En cas de décès, un capital est versé au bénéficiaire désigné dans le contrat, selon le choix fait au moment de la signature du contrat. Ce capital est exonéré de droits de succession et assujetti à la fiscalité avantageuse de l’assurance vie.

  • couverture de frais

Un contrat prévoyance peut également inclure une garantie destinée à couvrir tout ou partie des frais occasionnés en cas d’aléa. C’est le cas par exemple pour les frais d’obsèques du souscripteur ou encore pour les frais occasionnés par les travaux destinés à améliorer l’accessibilité dans le logement en cas de perte d’autonomie.

*Source : Enquête ADEIS/CSA, décembre 2018

  • Crédit photo : Getty Images
Auteur article
Didier Le Gorrec

Journaliste spécialisé dans les sujets mutualistes et ESS ainsi que dans les problématiques liées à la prévoyance.

Aucun commentaire pour cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.