Cumul emploi-retraite : comment ça marche ?

mis en ligne le :

A l’heure de la retraite, vous pouvez aussi choisir de conserver une activité professionnelle. Le dispositif de cumul emploi-retraite (CER) permet d’ajouter à une pension la rémunération tirée d’une activité professionnelle. C’est possible dans tous les cas mais pas toujours sans conditions.

cumul emploi retraite

Le cas le plus favorable pour cumuler emploi et retraite est celui où vous changez de régime social après votre retraite : ancien salarié exerçant une activité non salariée ou ancien artisan qui s’installerait en profession libérale ou deviendrait salarié… A la retraite, vous pouvez commencer votre nouvelle activité sans délai et cumuler la nouvelle rémunération au montant de votre pension, sans aucune limite ni conditions.

Cumul intégral sous conditions

Si vous gardez une activité dans le même régime après la retraite, vous pouvez également bénéficier du cumul sans plafond à trois conditions : avoir atteint l’âge minimal pour partir en retraite (62 ans), avoir cumulé suffisamment de trimestres (167) pour partir à taux plein*, et avoir fait valoir vos droits à la retraite dans tous les régimes obligatoires (de base et complémentaire) français, étranger ou d’organisations internationales. En tant que salarié, vous pouvez même reprendre sans délai une activité chez votre précédent employeur. La seule condition formelle étant d’avoir rompu son contrat de travail et se faire embaucher à nouveau.

De leur côté, les indépendants doivent remplir une attestation de cumul emploi retraite. Cela leur évite de devoir fermer leur entreprise pour toucher leur pension et d’en ouvrir une nouvelle dans la foulée pour poursuivre leur activité.

Quand le cumul n’est que partiel

Si vous ne respectez pas ces conditions, le cumul du revenu et des pensions (de base et complémentaires) sera plafonné. Pour un salarié, ce sera par la moyenne des trois derniers salaires mensuels bruts, ou 1,6 fois le Smic brut (2487,33 euros mensuels en 2021) si c’est plus avantageux. Les régimes complémentaires fixent la limite au dernier salaire, au salaire moyen des 12 derniers mois, des 10 dernières années ou à 1,6 SMIC.

Pour les indépendants, la logique est la même mais le cumul ne doit pas dépasser un Plafond Annuel de Sécurité Sociale (PASS, soit 41 136 € en 2021) pour les professions libérales et un demi PASS (20 568 €) pour les artisans et les commerçants.

Une pension réduite et des délais

En cas de dépassement de ces plafonds, la pension de retraite est écrêtée, c’est-à-dire réduite en proportion du dépassement. Elle peut même être suspendue si le montant du dépassement est supérieur au montant du plafond.

En outre, si en tant que salarié vous souhaitez reprendre une activité chez votre ancien employeur, vous devrez respecter un délai de carence de 6 mois après le début de votre retraite. Si vous démarrez cette activité avant, la pension de retraite ne sera ainsi versée qu’à compter du 7ème mois.

Pour les salariés, en cas de reprise d’activité, vous disposez d’un mois pour informer vos caisses de retraite. Il faut déclarer la reprise d’activité et transmettre les justificatifs de votre nouvelle situation**.

Sachez enfin qu’en aucun cas, les cotisations versées dans le cadre de l’activité commencée après la retraite ne permettent d’ouvrir de nouveaux droits.

Rendez-vous sur le parcours Info Retraite dédié au cumul emploi-retraite pour obtenir des informations sur les conditions à respecter pour bénéficier de ce dispositif, selon votre activité.

*ou avoir 67 ans, l’âge automatique du taux plein.

**Nom et adresse du nouvel employeur, bulletins de salaire, montant et nature des revenus perçus, régimes de la sécurité sociale correspondants, date de début d’activité et coordonnées de ses autres caisses de base et complémentaires qui vous servent une pension, numéro Siren ou Siret en cas de reprise d’une activité indépendante.

Dominique Prevert
© DR

Point de vue

Dominique Prévert, dirigeant Optimaretraite, une société indépendante de conseil sur les droits à la retraite

« La décision du cumul dépend notamment du moment où chacun contribue le plus à sa retraite. Elle diffèrera par exemple donc pour une carrière régulière et complète où les cotisations ne produisent plus de droits significatifs et une carrière commencée plus tard et dont les cotisations seraient encore productives. D’une manière générale, compte tenu des multiples exceptions et dérogations aux principes du cumul emploi retraite, il faut bien analyser ses objectifs et aspirations personnels, son état de santé et ses besoins ainsi que son stock de droits sociaux. C’est d’autant plus important que ces choix faits au moment de faire valoir ses droits à la retraite sont irréversibles et conditionnent votre pouvoir d’achat pour les 20 à 30 prochaines années. »

  • Crédit photo : Getty Images
Auteur article
Yann Cabaret

journaliste spécialisé dans les sujets de société et de protection sociale (solidarité, environnement, retraite, chômage, assurances...).

Aucun commentaire pour cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.