En Bretagne, des pharmacies prennent en charge les patients pour des « petits maux »

mis en ligne le :

Lancée en 2021, l’expérimentation bretonne OSyS permet aux pharmaciens de prendre en charge des patients pour certains soins courants qui ne nécessitent pas de consulter un médecin, comme un simple mal de gorge ou une brûlure légère. Cette nouvelle organisation pourrait permettre de fluidifier le parcours de soins, en limitant le recours aux médecins.

pharmacies pour des petits maux

Conjonctivite, cystite ou encore piqûre de tique : autant de petits maux du quotidien pour lesquels les patients peuvent se tourner vers une pharmacie. Afin de lutter contre la pénurie de médecins, l’expérimentation Orientation dans le système de soins (OSyS) a lieu en Bretagne depuis l’été 2021. Elle vise à faciliter la prise en charge des patients dans les zones désertées.

Orienter les patients pour lutter contre les déserts médicaux

Inspiré d’un modèle suisse, l’expérimentation est portée par l’association Pharma Système Qualité. Elle implique l’Agence régionale de santé (ARS), ainsi que des pharmaciens et des médecins libéraux.

Une cinquantaine de pharmacies volontaires guident les patients pour treize symptômes spécifiques : les maux de gorge, de tête, ou de dos, la rhinite, la conjonctivite, la piqûre de tique, la plaie simple, la vulvo-vaginite, les douleurs mictionnelles, la diarrhée, la constipation, la dyspepsie fonctionnelle (trouble digestif) ou encore la brûlure au premier degré.

Les pharmaciens s’appuient sur des outils d’aide à la décision pour poser des questions aux patients et effectuer un triage des situations. Les pharmacies orientent alors le patient, soit en lui fournissant un produit (médicamenteux ou non), soit en l’amenant à consulter un médecin ou à s’adresser aux urgences. Les officines sont situées dans des déserts médicaux ou dans des zones côtières où la population double ou triple au cours de l’été.

« L’intention est de répondre à cette problématique de désertification et de faire en sorte d’éviter l’engorgement systématique des cabinets médicaux et la saturation des urgences », précise Luc Mougin, président de l’union régionale des professionnels de santé (URPS) des pharmaciens de Bretagne qui soutient le projet.

OSyS permet également aux patients de bénéficier d’une prise en charge accélérée pour les soins ne nécessitant pas de consultation.

Le pharmacien exerce son rôle sans remplacer le médecin

Dans le cadre de l’expérimentation, les pharmaciens peuvent procéder à un retrait de tique, acte normalement réservé aux médecins. Ils exercent leur rôle habituel concernant les douze autres maux. Le pharmacien ne remplace pas le médecin : il s’agit simplement de valoriser le conseil pharmaceutique pour les « petits maux ».

« Il faudra attendre encore un peu avant d’évaluer les résultats de cette prise en charge. Mais il y a déjà des manifestations d’intérêt de la part de quelques unions régionales de professionnels de santé (principalement des masseurs-kinésithérapeutes et des sages-femmes) pour la prise en charge de certains maux ». Les kinésithérapeutes pourraient, par exemple, intervenir sur les cas de lombalgies aiguës.

Si l’expérimentation se révèle efficace, elle pourra éventuellement être généralisée à l’ensemble du territoire. Des résultats intermédiaires sont attendus à la fin de l’année 2022 afin d’évaluer la pertinence d’une deuxième phase.

  • Crédit photo : Getty Images
Auteur article
Anaïs Daniel

journaliste spécialisée en vulgarisation scientifique et sujets de société.

Aucun commentaire pour cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.