Logo Essentiel Santé Magazine

L’IRM

L’imagerie par résonance magnétique (IRM) n’utilise pas les rayons X, contrairement au scanner et à la radiographie. Elle permet de visualiser les os mais aussi les articulations et les tissus mous, comme le cerveau.

IRM

Avant l’examen

L’IRM permet d’étudier avec une grande précision et en trois dimensions des organes comme la colonne vertébrale ou les articulations. C’est l’examen de référence pour le cerveau et le système nerveux. Comme elle permet de visualiser les tissus mous, elle est aussi prescrite pour surveiller l’évolution d’un cancer en cours de traitement. Seul un médecin radiologue et son équipe peuvent pratiquer une IRM, à l’hôpital, dans une clinique ou dans un cabinet. Le délai pour obtenir un rendez-vous est très variable d’une région à l’autre (voir ci-dessous).

 

L’examen

Au contraire du scanner, l’IRM n’utilise pas de rayons X : quand les deux techniques sont envisageables, on privilégie donc l’IRM. Aucune préparation spécifique n’est nécessaire, cependant des produits de contraste peuvent être injectés par intraveineuse pour obtenir des images plus précises.

Le patient est allongé sur une table qui va glisser à l’intérieur de la machine. L’examen est indolore, il dure de 20 à 30 minutes, pendant lesquelles il ne doit pas bouger et respirer calmement. La machine est assez bruyante.

À noter : les porteurs de stimulateur cardiaque ou de prothèse électronique ne peuvent passer d’IRM, car la machine utilise de puissants aimants.

 

Les résultats

Le radiologue les fournit en général une demi-heure après l’examen, sauf s’il a besoin de plus de temps pour les comparer avec d’anciens examens. Une copie des résultats est transmise au médecin traitant.

 

Remboursements

L’assurance maladie prend en charge 70 % du coût de l’examen au tarif conventionnel. Le complément peut être pris en charge en partie ou totalement par votre mutuelle, selon le contrat que vous avez souscrit.

 

Pourquoi de tels délais d’attente ?

La France métropolitaine compte environ 680 machines d’IRM en 2014, contre le double de scanners.

Proportionnellement à la population, c’est moins que nos voisins européens. Par ailleurs, l’IRM devient un examen de référence notamment pour les cancers et les maladies neurodégénératives, dont on sait que le nombre de personnes atteintes augmente chaque année.

En 2014, il faut attendre plus de 37 jours en moyenne pour passer une IRM, soit une semaine de plus qu’en 2013. Les disparités géographiques sont fortes : près de 65 jours d’attente en Basse-Normandie et près de 58 en Alsace, contre environ 26 jours dans le Nord-Pas-de Calais et en Languedoc-Rousillon, par exemple.

Source : étude Cemka Eval réalisée pour Imagerie Santé Avenir – juillet 2014.

 

Témoignage

Françoise, 65 ans, Lyon.

« J’ai passé une IRM après le traitement de mon cancer du sein. J’ai attendu trois semaines pour avoir un rendez-vous. Lorsque je me suis retrouvée dans la machine, j’ai eu beaucoup de mal à supporter le bruit et le confinement. Heureusement, le radiologue et son équipe m’ont parlé grâce au haut-parleur, cela m’a beaucoup aidée. Le radiologue a tout de suite comparé les résultats avec ma précédente IRM et m’a rassurée : plus aucune trace de la tumeur. »

 

En savoir plus

Aucun commentaire pour cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Glossaire