A Laval, le service médical de proximité Henri-Dunant accueille les patients sans médecin traitant

mis en ligne le :

C’est un cabinet médical d’un nouveau genre. À Laval, des médecins généralistes à la retraite ont accepté de reprendre du service, épaulés par des internes. Le service médical de proximité Henri-Dunant est une vraie lueur d’espoir pour les Mayennais qui ne parvenaient plus à se soigner. Et une solution concrète pour lutter contre les déserts médicaux. Découvrez notre reportage en vidéo.

Le service médical de proximité Henri-Dunant de Laval accueille les patients sans médecin traitant

Situé dans un quartier populaire de Laval, le service médical de proximité Henri-Dunant est un cabinet médical différent. « On y accueille tout le monde, y compris les personnes qui bénéficient de la CMU*, les réfugiés… La seule condition, c’est de ne pas avoir de médecin traitant », précise Valérie, l’une des secrétaires du cabinet. Plus de 1 700 personnes sont ainsi accueillies chaque mois en consultation.

Géré par VYV3 Pays de la Loire**, le service médical de proximité Henri-Dunant a ouvert ses portes en 2017.

12 médecins généralistes retraités y travaillent

Les consultations sont assurées en alternance par 12 généralistes à la retraite. Tous avaient un cabinet libéral auparavant mais sont salariés ici. Ils travaillent environ une journée par semaine et deux d’entre eux sont présents en même temps. Un troisième bureau est occupé par un interne, étudiant à la faculté de médecine d’Angers, en stage pour six mois.

À 73 ans, le Dr Claude Paumard fait partie des médecins les plus âgés du cabinet. Il exerçait auparavant dans une commune rurale. Et certains de ses anciens patients viennent désormais au service médical de proximité pour le consulter. Il ne se voit pas arrêter son métier. « En fait, je n’ai jamais vraiment pris ma retraite. Et tant que j’aurai la forme, je viendrai. Derrière cela, il y a peut-être aussi la peur de décliner si je reste chez moi à ne rien faire. Le sentiment d’utilité aide à bien vieillir. »

Difficile de trouver un médecin traitant

Retraités, Françoise et Yvon viennent d’emménager près de Laval pour se rapprocher de leur fille. Fraîchement débarqués du Lot-et-Garonne, ils ont non seulement quitté leur région mais aussi leur médecin traitant qu’ils connaissaient depuis 18 ans. « Cela nous inquiétait, de ne pas réussir à en trouver un nouveau, car notre fille nous avait prévenus que c’était très compliqué dans le département, raconte Françoise. D’autant plus qu’Yvon a fait un AVC*** juste avant notre départ. »

Leur gendre avait entendu parler du service médical de proximité Henri-Dunant de Laval. Ils ont donc appelé et ont décroché leur premier rendez-vous aujourd’hui. Une aubaine pour ces nouveaux Mayennais.

Les patients viennent de toute la Mayenne

La salle d’attente ne désemplit pas, en ce mercredi matin, et le téléphone sonne inlassablement dans le bureau des secrétaires. « On a tellement d’appels que l’on n’arrive pas à répondre à tout le monde. Certains patients se déplacent donc pour obtenir un rendez-vous et ils viennent de toute la Mayenne », explique Louise, chargée avec Valérie de les accueillir aujourd’hui.

Saïd figure parmi eux. Algérien, il habite à Laval avec sa femme et leurs jeunes enfants depuis près de deux ans. Pendant une année entière, ils n’ont pas eu de médecin traitant. « Nous sommes bien contents qu’ils nous aient acceptés car, un matin, ma fille avait beaucoup de fièvre et j’ai pu l’amener ici. Je n’ai pas eu besoin d’aller aux urgences et finalement, ce n’était pas si grave. »

1 habitant sur 10 sans médecin traitant

Saïd fait partie des 7 000 personnes à avoir déclaré le service médical de proximité comme médecin traitant. Et pour lui, comme pour Françoise et Yvon, le fait de ne pas être toujours reçu par le même généraliste n’est pas un problème. « J’y vois même un certain avantage, confesse la retraitée, car cela permet d’avoir un autre avis. »

L’un des médecins appelle son nom, elle entre dans le cabinet n° 1. Pendant ce temps, dans son bureau, Valérie jette un œil sur son téléphone. 59 messages en absence. Il faut dire qu’en Mayenne, environ 10 % des adultes n’auraient pas de médecin traitant****.

« Il n’y a plus moyen de se soigner, aujourd’hui, tempête Yvon. Il faut bien inventer de nouvelles solutions, sinon comment on va faire ? Avec Françoise, on doit maintenant trouver un dentiste. Et ça, c’est une autre histoire… »

* Couverture maladie universelle, remplacée par la protection universelle maladie (Puma).

** VYV3 regroupe les services de soins et d’accompagnement du Groupe VYV.

*** Accident vasculaire cérébral.

**** Données Rezone 2021 de l’Assurance maladie.

D’autres services médicaux de proximité

Dans la région, il existe deux autres cabinets médicaux comme celui de Laval, dont les consultations sont aussi assurées par des retraités et des internes. Ces services médicaux de proximité ont ouvert en 2021 à Cholet et au Mans.

VYV3 Pays de la Loire a par ailleurs lancé, en avril 2022, une nouvelle expérimentation en Mayenne, dans les communes de Saint-Pierre-la-Cour et Le Genest-Saint-Isle. Un quatrième service médical de proximité tenu cette fois-ci par de jeunes généralistes diplômés, épaulés par des médecins retraités.

  • Crédit photo : et vidéo : Angélique Pineau-Hamaguchi
Auteur article
Angélique Pineau-Hamaguchi

rédactrice en chef adjointe d’Essentiel Santé Magazine, spécialisée dans les sujets de société (environnement, économie sociale et solidaire…).

Aucun commentaire pour cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.