Logo Essentiel Santé Magazine
Hospitalisation : comment préparer son enfant ?

Hospitalisation : comment préparer son enfant ?

Votre enfant va bientôt être hospitalisé ? Quelques conseils pour le rassurer et l’aider à vivre cette expérience le mieux possible.

L’hospitalisation d’un enfant est un moment angoissant à la fois pour vous et pour lui. Pour le rassurer et être en mesure de répondre à toutes ses questions, vous devez être parfaitement informé de la façon dont cette hospitalisation va se dérouler. N’hésitez pas à vous renseigner auprès du médecin ou du chirurgien qui l’a programmée, ainsi qu’auprès des différentes personnes que vous allez rencontrer pour l’organisation du séjour : secrétaires, infirmières, cadres de santé, assistante sociale, anesthésiste.

« Même s’il est petit, votre enfant sent votre inquiétude, explique Françoise Galland, directrice de l’association Sparadrap*. Il a besoin de savoir pourquoi il va à l’hôpital et ce qui va se passer. » En sachant à l’avance ce qui va lui arriver, il adhérera plus facilement aux soins et aux traitements et aura davantage confiance dans les adultes qui s’occuperont de lui. « Les jeunes enfants pensent souvent que, s’ils sont hospitalisés, c’est parce qu’ils n’ont pas été sages, ajoute Françoise Galland. Si on ne les informe pas, ils peuvent s’imaginer des choses bien pires que la réalité. Si on ne dit rien à l’enfant, il peut se sentir trahi et abandonné à un moment où il aurait plutôt besoin d’être soutenu. »

 

Préparer la séparation entre parents et enfant

Dans un parcours d’hospitalisation, l’enfant doit donc comprendre pourquoi il va être opéré ou subir des examens afin de donner du sens à ce qu’il va vivre, en particulier lorsqu’il y a des contraintes. Première de ces contraintes : la séparation d’avec ses parents. Si les hôpitaux sont de plus en plus nombreux à accepter la présence de la mère ou du père pendant les soins, ce n’est pas toujours le cas juste avant l’opération au moment où on lui injecte les produits d’anesthésie. Il va donc falloir lui expliquer qu’à un moment donné on se séparera, mais que cela ne durera pas longtemps et que l’on se retrouvera, soit dans la salle de réveil, soit dans la chambre. Pensez aussi à le prévenir du jeûne qui lui sera imposé plusieurs heures avant l’intervention. En principe, votre enfant doit pouvoir boire un liquide clair – eau sans gaz, jus de fruit sans pulpe, thé sucré, sirop à l’eau – jusqu’à deux heures avant l’intervention, n’hésitez pas à le demander.

 

Des livres et des jouets pour l’occuper

Vient ensuite la question de la douleur. « Il ne faut ni la banaliser ni la dramatiser, précise François Galland. L’enfant doit savoir qu’il aura certainement un peu mal, mais aussi que l’on fera le maximum pour qu’il souffre le moins possible. » On conseille aux parents de bien se renseigner sur les moyens antalgiques qui seront utilisés pour le soulager et sur ceux à prévoir pour le retour à la maison. Pour le séjour, prévoyez tout ce qui pourra détourner son attention : tablette, livres, jeux, jouets, doudous et de quoi dessiner. Préparez bien toutes ces choses avec lui la veille du grand jour.

 

Être présent à ses côtés

Votre présence aidera beaucoup votre enfant. « Les mentalités ont beaucoup évolué ces dernières années, constate Françoise Galland. Les parents sont de mieux en mieux acceptés et intégrés dans l’organisation des services pédiatriques, mais il reste encore des endroits où leur présence est à peine tolérée alors qu’elle est pourtant essentielle. Il faut bien se renseigner en amont. »

Si l’hospitalisation est longue, vous ne pourrez toutefois pas être présent tout le temps. Peut-être pourrez-vous faire appel à un membre de votre famille ou de votre entourage pour prendre le relais ? Des bénévoles de certaines associations peuvent vous aider dans ce sens. Au début de l’hospitalisation, vous pourrez transmettre à l’équipe soignante tous les renseignements qui lui permettront de bien s’occuper de votre enfant : quelles sont ses habitudes, ce qu’il aime ou pas, ce qui le rassure.

Enfin, sachez qu’aujourd’hui de plus en plus d’hôpitaux autorisent les parents (généralement le père ou la mère) à passer une ou plusieurs nuits avec leur enfant, même si les conditions d’accueil sont encore très loin d’être idéales.

* Sparadrap est une association de sensibilisation et d’information dont l’objectif est d’aider les enfants à avoir moins peur et moins mal pendant les soins et à l’hôpital.

 

L’hospitalisation de jour
L’hospitalisation en ambulatoire (ou hôpital de jour) signifie que votre enfant entre à l’hôpital le matin pour une opération, des examens ou un traitement et qu’il en ressortira le jour même. Un lit lui est attribué. La formule est intéressante car votre enfant ne passe pas la nuit sur place, mais lui et vous aurez moins de temps pour vous adapter à ce nouvel environnement. Il est donc essentiel de bien vous informer en amont sur le déroulement de la journée, afin de pouvoir rassurer votre enfant. Comme pour une hospitalisation classique, renseignez-vous également sur les moyens antalgiques qui seront disponibles pour soulager la douleur. Et pensez à apporter tout le nécessaire pour occuper votre enfant.

  • Aliisa Waltari (ANPM - France Mutualité Juin 2017)
  • Crédit photo : Thomas Salva/Lumento pour l’association Sparadrap

Aucun commentaire pour cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Glossaire