Qu’est-ce que le dossier de liaison d’urgence-domicile (DLU-Dom) ?

mis en ligne le :

Créé en mars 2021 par la Haute Autorité de santé (HAS), le dossier de liaison d’urgence-domicile (DLU-Dom) est destiné aux personnes âgées ou en situation de handicap vivant à domicile. Son objectif est d’optimiser leur prise en charge lors d’un passage aux urgences et d’éviter les réhospitalisations. Le point sur ce nouvel outil.

DLU-Dom

Le dossier de liaison d’urgence-domicile, publié en mars 2021, fait suite à la mise en place en 2015 par la Haute Autorité de santé (HAS) du dossier de liaison d’urgence (DLU), destiné aux personnes résidant en Ehpad*. Il s’adresse cette fois aux personnes vulnérables vivant à domicile : les personnes âgées dépendantes et les personnes en situation de handicap, quel que soit leur âge.

Quel est l’intérêt du DLU-Dom ?

Le passage aux urgences constitue souvent un moment à risque pour les personnes les plus vulnérables. L’objectif du DLU-Dom est donc de limiter la durée d’attente du patient lorsqu’il se rend aux urgences, de fluidifier son parcours, de rendre plus efficace sa prise en charge, puis d’organiser et sécuriser son retour à domicile afin de limiter les réhospitalisations.

Que contient-il ?

Le DLU-Dom contient plusieurs documents en format papier à télécharger sur internet et à imprimer :

    • l’identité et le lieu de vie du patient,
    • ses pathologies et antécédents de santé significatifs,
    • ses traitements en cours,
    • les intervenants habituels de son suivi…

Ce document est à faire remplir par le médecin traitant du patient concerné puis à conserver précieusement à domicile. Il peut également être complété par des soignants suivant le patient : infirmiers, spécialistes… Il s’adresse principalement aux médecins urgentistes.

La HAS recommande de le faire réactualiser au minimum une fois par an afin qu’il contienne toujours les bonnes informations.

  • Le DLU-Dom comprend également une fiche aller et une fiche retour. La fiche « aller » est à remplir par un soignant ou par un proche lors de la situation d’urgence afin de l’expliquer brièvement. La fiche « retour » est, elle, remplie au moment de la sortie du service d’urgences et validée par un professionnel de santé (médecin urgentiste/infirmière). Elle doit permettre un retour direct du patient à domicile, après s’être assurée de la faisabilité de celui-ci (accessibilité du logement, présence d’aidants si la situation le nécessite…). Elle contient enfin les informations utiles à la continuité de l’accompagnement et des soins lors du retour.

À noter : suite à une prise en charge aux urgences, les fiches « aller » et « retour » remplies sont à conserver avec les autres documents afin de laisser une trace claire de l’évènement.

Le DLU-Dom est conseillé mais non obligatoire

Recommandé par la HAS, le DLU-Dom n’est pas obligatoire. Des citoyens, comme Fabienne Le Romanser et Nelly Puthod, œuvrent pour qu’il soit mieux connu des médecins et plus souvent employé. « Nous avons eu beaucoup de difficultés à communiquer les informations sur le handicap de mon beau-frère les trois fois où il a eu besoin de se rendre aux urgences », raconte Fabienne Le Romanser.

« Tétraplégique, il a attendu 15 heures à chaque fois avant d’être pris en charge. L’utilisation du DLU-Dom aurait permis, selon nous, que les équipes sachent plus vite vers quel service l’orienter, quels examens ont déjà été faits et de quel matériel il avait spécifiquement besoin. »

La nécessité d’un passage au numérique

Le docteur Éric Henry, qui a été régulateur au SAMU pendant 15 ans, et créateur d’une maison de garde dans le Morbihan, confirme l’utilité d’un tel outil. « Le DLU-Dom est pertinent dans le cadre de la prise en charge de ces personnes, notamment, par exemple, lorsque leur handicap ne leur permet pas de s’exprimer correctement. Mais il ne fait gagner du temps que s’il a été bien rempli au préalable. Et il faut absolument qu’à terme il existe sous forme numérique et qu’il puisse être intégré à Mon espace santé, afin d’être parfaitement efficace. »

* Établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes.

  • Crédit photo : Getty Images
Auteur article
Paola Da Silva

journaliste spécialisée en santé et développement durable.

Aucun commentaire pour cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.