LYV : changer la donne autour de l’endométriose grâce à la tech

mis en ligne le :

Avec une communauté de membres atteintes d'endométriose, un média en ligne et une appli qui s'appuiera sur l'intelligence artificielle, LYV vise à accompagner les patientes et à faire avancer la recherche.

Application Lyv

Une femme sur dix serait touchée par l’endométriose, cette maladie gynécologique, chronique et inflammatoire. Pourtant la recherche piétine. C’est face à ce constat qu’Hélène Antier, entrepreneuse de 35 ans, a décidé de créer LYV. Il s’agit d’une solution digitale qui réunit une communauté de femmes touchées par l’endométriose, un magazine en ligne dédié à cette maladie, et en juin 2022 une application de suivi quotidien basée sur l’intelligence artificielle.

Mettre fin à l’errance médicale concernant l’endométriose

« La raison d’être de ce projet, c’est ce que j’ai dans le ventre : l’endométriose », explique Hélène Antier. « Après une quinzaine d’années d’errance médicale, je me suis autodiagnostiquée seule sur internet. C’est malheureusement le parcours classique de nombreuses femmes. »

En mars 2021, elle lance sur Instagram le hashtag #cequejaidansleventre. Des dizaines de témoignages affluent. Hélène Antier, qui avait déjà cofondé plusieurs start-up, se dit qu’elle pourrait utiliser deux armes, « la tech et la science » pour changer la donne sur le quotidien avec l’endométriose.

Application Lyv endométriose
LYV donne aussi des informations pour aider à mieux comprendre l’endométriose, cette maladie gynécologique qui toucherait une femme sur dix. Crédit photo : DR.

Conseils personnalisés avec l’intelligence artificielle

Pour les patientes, cette appli se voudra un véritable « compagnon » de suivi au jour le jour de l’endométriose : symptômes, douleurs, traitements, cycle menstruel, humeur, activité physique, alimentation. Des recommandations personnalisées et prédictives grâce aux données entrées par l’utilisatrice pour mieux vivre l’endométriose au quotidien et améliorer leur qualité de vie, grâce à l’intelligence artificielle.

Ces données serviront également à aider la recherche sur la maladie. « Marina Kvaskoff, chercheuse et épidémiologiste à l’INSERM, responsable de la cohorte ComPaRe Endométriose (qui collecte les réponses de patientes à des questionnaires réguliers) fait partie du comité scientifique de LYV », précise Hélène Antier.

Certains médecins ont déjà contacté la start-up pour savoir comment ils pouvaient contribuer au projet. Une manière aussi d’espérer raccourcir le délai de diagnostic de l’endométriose qui est encore de sept ans en moyenne en France.

La première version de l’application sera gratuite.

Des applis pour mieux vivre avec l’endométriose

  • EasyEndo : agenda de suivi de la maladie, informations médicales, forum et questions à des experts. Application en ligne gratuite.
  • Endoziwig : aide au diagnostic, conseils pour les femmes touchées par l’endométriose et outils de partage d’information avec son médecin. Application en ligne gratuite.
  • Follow Metrios : carnet de suivi médical, suivi de la douleur au quotidien et conseils personnalisés. Disponible gratuitement sur Google Play et AppStore.
  • My Endo App : prédiagnostic en ligne et suivi de la maladie. Sur Google Play et AppStore. Téléchargement gratuit + 9,99 euros.
  • Pauline Hervé
  • Crédit photo : Getty Images

Aucun commentaire pour cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.