Logo Essentiel Santé Magazine

Objets connectés, qu’en pensez-vous ?

Vous ne pouvez plus les ignorer, les objets connectés se multiplient. De la montre à la voiture en passant par la domotique, ils sont partout.

Objets connectés, qu’en pensez-vous ?

Apparus il y a quelques années avec le développement des smartphones sous la forme de podomètres, les objets connectés sont l’illustration de la rapidité des évolutions technologiques. Reliés sans fil à un ordinateur, une tablette ou un smartphone, ils permettent d’analyser en permanence des données ou de commander des actions.

D’un simple geste, vous pouvez ainsi connaître et régler la température d’une pièce alors que vous êtes absent, fermer un volet, surveiller votre poids et votre rythme cardiaque, ou suivre votre glycémie.

On estime qu’en 2017, le marché qu’ils représentaient a connu une croissance de l’ordre de 30 %. Cette même année, plus de 8 milliards de ces objets ont été vendus à travers le monde.

 

En pratique

Pour répondre aux questions que vous vous posez sur la santé connectée, les précautions à prendre et vous accompagner dans votre démarche, Harmonie Mutuelle a réalisé le guide de la santé connectée.

 

Une présence au quotidien

Les Français sont de plus en plus conscients de l’importance des objets connectés dans leur vie quotidienne. Selon un sondage réalisé par Opinion Way en mars 2017 pour DISTREE#Connect, le salon des objets connectés, 58 % des Français avaient une bonne connaissance de ces objets. Ils n’étaient que 44 % l’année précédente.

De façon générale, cette évolution technologique est abordée avec une certaine sérénité. Seulement 11 % des Français considèrent qu’il s’agit là d’une mode passagère. Les autres se répartissent à égalité entre ceux qui y voient une révolution de même ampleur que l’arrivée d’internet, et ceux qui, tout en reconnaissant leur développement, estiment que cela ne va pas tout bouleverser dans leur quotidien.

Même sans bouleverser les habitudes, les objets connectés sont perçus comme réellement pratiques et sécurisants. La moitié des Français les cite comme un moyen utile pour être alerté en cas d’urgence (contre un tiers en 2016). La sécurité encore avec, pour 41 % des Français, la possibilité de surveiller son logement à distance. Économies ensuite, car pour 40 % des Français, ce sont des outils qui viennent aider à maîtriser les consommations d’eau, de gaz ou d’électricité.

Ils devront cependant confirmer cet aspect pratique. Dans la tête de 46 % des Français, les fabricants ne proposent pas forcément des produits répondant à leurs besoins réels. Serait-on encore dans la phase du « gadget électronique » ?

 

Le potentiel de la santé

Dans cette phase de généralisation des usages, la santé n’est pas en reste. 35 % des Français (23 % en 2016) pensent à eux pour mieux suivre leur état de santé. À la question de savoir dans quels secteurs il serait intéressant d’avoir des objets connectés, la santé est plébiscitée. 73 % des Français la placent en tête des réponses, précédant la sécurité (55 %) ou la domotique (52 %).

En France, la question des données personnelles est un sujet particulièrement sensible. Ce qui explique que 42 % des Français se disent préoccupés par l’utilisation de leurs données. Un inconvénient qui peut freiner l’envie d’utiliser ce type d’objet mais loin derrière le facteur prix.

 

Quelques exemples d’objets connectés

  • Connu : le bracelet surveillant le rythme cardiaque d’un joggeur.
  • Sécurisant : le détecteur de fumée qui vous alerte sur votre smartphone, car le principal risque d’incendie, c’est bien quand on est absent.
  • Volumineux : la voiture, lorsqu’elle se connecte à votre téléphone pour assurer la fonction mains libres.
  • Futuriste : l’assistant vocal qui vous informe, gère vos musiques et toutes les fonctions de la maison.
  • Utile : la montre glucomètre qui évite au diabétique le souci de surveillance.
  • Insolite : le pot de fleurs connecté qui vous invite à l’arroser.
  • Jacques Linard
  • Crédit photo : Rocky89/GettyImages

Aucun commentaire pour cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Glossaire