Logo Essentiel Santé Magazine
Cancer du col de l’utérus : quel dépistage ?

Cancer du col de l’utérus : quel dépistage ?

Un programme national de dépistage du cancer du col de l’utérus a été lancé en 2018. En quoi cela consiste ? Quels sont les autres cancers qui peuvent être dépistés ? Réponses.

Frédéric De Bels
Frédéric de Bels, responsable du département dépistage à l’Institut national du cancer (Inca) répond à nos questions sur ce nouveau programme national de dépistage concernant le cancer du col de l’utérus.

 

 

Qu’est-ce que le dépistage ?

Le dépistage permet de détecter, au sein d’une population, les personnes qui n’ont pas les symptômes d’une maladie mais en sont probablement porteuses. Cela permet d’agir au plus tôt, avec un traitement moins invasif. Les chances de guérison sont meilleures.

 

Attention : quand un test de dépistage est positif, il faut faire des examens complémentaires pour établir le diagnostic, c’est-à-dire confirmer ou non la maladie.

 

Qui est concerné par le dépistage du cancer du col de l’utérus ?

Il est recommandé pour les femmes de 25 à 65 ans, même une fois qu’elles sont ménopausées, si elles sont encore vierges ou n’ont plus de relations sexuelles. Le test doit être réalisé tous les trois ans, après deux premiers tests normaux faits à un an d’intervalle (donc à 25 et 26 ans, dans l’idéal). Plus jeune, ce n’est pas utile car certaines lésions que l’on pourrait alors repérer peuvent en fait guérir seules.

Le test consiste en un prélèvement de cellules sur le col de l’utérus : un « frottis ». C’est une méthode rapide et généralement indolore, même si elle peut occasionner une légère gêne. Il peut être fait par un médecin (généraliste, gynécologue, biologiste…) ou une sage-femme, en cabinet, mais aussi à l’hôpital, dans un centre de planification et d’éducation familiale, certains centres de biologie médicale…

Ensuite, les résultats sont analysés par un laboratoire. La Sécurité sociale rembourse 70 % des frais (comprenant la consultation et/ou le prélèvement ainsi que l’analyse, hors éventuels dépassements d’honoraires, éventuels frais de port facturés, N.D.L.R.). Le reste peut être pris en charge par une complémentaire santé.

Près de 1 000 femmes par an meurent d’un cancer du col de l’utérus. Et près de 3 000 nouveaux cas sont diagnostiqués chaque année.

 

Le dépistage de ce cancer fait désormais l’objet d’un programme national. Qu’est-ce que ça signifie ?

C’est une mesure du Plan cancer 2014-2019, pour augmenter la part de la population qui se fait dépister, aujourd’hui estimée à 60 % seulement. Le dépistage est maintenant organisé à grande échelle. Il ne repose plus sur une démarche individuelle.

Concrètement, les femmes qui n’ont pas effectué de frottis depuis au moins trois ans vont recevoir une invitation à le faire. Elles pourront alors se rendre chez le professionnel de santé qui les suit et n’auront rien à payer pour la partie « analyse » (17 euros habituellement, N.D.L.R.). Selon les régions, les premières invitations devraient être envoyées fin 2018 ou début 2019.

 

Quels sont les autres dépistages organisés ?

Celui du cancer du sein pour les femmes et celui du côlon et du rectum, dit « colorectal », pour les deux sexes. Ils doivent être réalisés tous les deux ans, à partir de 50 ans et jusqu’à 74 ans. Dès 50 ans, l’ensemble des personnes concernées reçoivent une invitation pour un test de dépistage. Pour le cancer du sein, il comprend une mammographie (une « radio » des seins) et un examen clinique des seins (observation et palpation des seins).

Pour le cancer colorectal, c’est la présence de sang dans les selles qui est recherchée. Il y a quelques freins au dépistage, qui nécessite de récupérer soi-même un échantillon de selles, à l’aide d’un kit remis par son médecin généraliste. Or il est essentiel : pris en charge trop tard, ce cancer ne se guérit que dans 10 à 15 % des cas, contre 90 % si le diagnostic est précoce !

 

 À noter : pour les personnes présentant un risque élevé de développer l’un ou l’autre de ces deux cancers (antécédents familiaux ou personnels, ou maladie touchant l’organe concerné par le dépistage), les modalités de dépistage (âge, type de test, fréquence, suivi…) sont différentes.

 

Qu’en est-il pour les autres cancers fréquents ?

Pour le mélanome, on recommande des auto-examens réguliers de la peau et un examen annuel par un médecin généraliste ou un dermatologue, à la recherche d’une tâche inhabituelle. Surtout pour les personnes à risques : peau et cheveux clairs, beaucoup de grains de beauté, ayant été très exposées au soleil…

Pour le cancer de la prostate, qui touche les hommes, un test sanguin (le « PSA ») est encouragé par certains urologues. Mais les études scientifiques sur le sujet ne permettent pas de conclure à son efficacité. Alors que les effets indésirables du traitement du cancer de la prostate sont, eux, bien connus : incontinence urinaire, impuissance sexuelle… Face au risque de surdiagnostic et de surtraitement, ce dépistage n’est pas recommandé par les autorités de santé françaises.

Enfin, pour le cancer du poumon, très fréquent et le plus souvent mortel, aucun test de dépistage n’a encore été validé en France.

 

Quelques chiffres sur les cancers les plus fréquents en France

Quelques chiffres sur les cancers les plus fréquents en France
Source : rapport Inca « Projection de l’incidence et de la mortalité par cancer en France métropolitaine en 2017 » et rapport Inca « Les cancers en France », édition 2016.
  • Aurélia Descamps
  • Crédit photo : nortonrsx / Getty - Portrait : DR

Aucun commentaire pour cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Glossaire