Cervicales : comment les préserver ?

mis en ligne le :

Très sollicitées notamment par les personnes qui travaillent sur ordinateur, les cervicales sont souvent atteintes de raideurs et de douleurs parfois intenses. Comment soulager et prévenir les cervicalgies ? Réponses et conseils de Romain Marques, ostéopathe.

Cervicales

Selon l’Assurance maladie, 10 % des salariés seraient victimes de douleurs au niveau des cervicales. Des raideurs encore plus présentes chez les personnes qui travaillent sur un écran d’ordinateur en raison d’une mauvaise position.

Empilées les unes sur les autres, les vertèbres cervicales sont au nombre de 7. Les deux premières, à savoir l’atlas et l’axis, permettent à la tête d’être stable et mobile et les muscles du cou, qui entourent les différentes vertèbres, de maintenir certaines positions et de réaliser des mouvements particuliers. Très sollicités, ces muscles peuvent être à l’origine de l’apparition de cervicalgies.

Des conseils pour soulager la nuque

Pour réduire la tension au niveau de la nuque, vous pouvez effectuer plusieurs fois par jour des étirements.

  • Vous pouvez réaliser des mouvements de haut en bas et de droite à gauche avec la tête ou des mouvements d’épaule, en faisant des rotations vers l’avant ou vers l’arrière.
  • Vous pouvez aussi pétrir vos trapèzes en effectuant un mouvement de va-et-vient avec vos doigts ou frictionner cette zone en réalisant des cercles dans un sens puis dans l’autre.
  • Des patchs chauffants posés en haut du dos peuvent également soulager vos raideurs.

Douleurs, raideurs et maux de tête

Les cervicalgies se manifestent par des douleurs au niveau de l’arrière du cou et deviennent chroniques quand elles durent plus de 6 mois par an. Elles limitent les mouvements de la tête. Quand elles irradient vers l’épaule et le bras, il s’agit de névralgies cervico-brachiales provoquées par une souffrance de la racine nerveuse cervicale. Les cervicalgies s’accompagnent quelquefois :

  • de maux de tête,
  • d’une grande fatigue,
  • de la sensation de perdre de l’équilibre
  • de contractures anormales des muscles du cou.

« Il faut différencier les cervicalgies pathologiques, qui peuvent être d’origine traumatique, infectieuse, inflammatoire ou tumorale, des cervicalgies que l’on peut caractériser de communes. Ces dernières sont des douleurs ressenties dans la région du cou, à travers une sensibilité des tissus qui le compose (peau, muscles, articulations, etc.), mais sans lésion anatomique », explique Romain Marques, ostéopathe DO et formateur.

Les cervicalgies communes sont souvent liées au mode de vie. « Il faut évoquer les facteurs physiques (sursollicitations au-delà des capacités du moment), le contexte émotionnel et affectif (stress, doutes, ruminations) et socio-environnemental (hygiène de vie, conditions de travail, etc.). Il n’existe pas une cause unique mais souvent un ensemble de facteurs qui évoluent avec le temps », précise Romain Marques.

illustration cervicales

Adopter une bonne position devant l’ordinateur

Dans la plupart des cas, ces cervicalgies disparaissent au bout de quelques jours et des antalgiques peuvent réduire les douleurs. Les colliers cervicaux et les minerves ne sont plus conseillés, sauf sur des très courtes périodes et si les douleurs sont très intenses. Car ils peuvent provoquer un affaiblissement des muscles du cou et une accentuation de la contracture. « La thérapie manuelle proposée par les masseurs-kinésithérapeutes et les ostéopathes peut permettre de retrouver du confort, de même que la mobilisation active progressive, facile à mettre en place », conseille Romain Marques.

Pour prévenir les cervicalgies, il faut avant tout adopter une bonne position devant l’ordinateur sans oublier de faire des pauses et veiller à la qualité de sa literie et de son oreiller en particulier. « Au quotidien, il n’y a pas de mauvais gestes ou habitudes. Tant que vous ressentez du confort dans vos postures, aucune n’est mauvaise si ce ne sont des positions prolongées. Lorsque vous ressentez de l’inconfort, c’est le moment de changer de position ou de bouger ! », conclut Romain Marques.

  • Violaine Chatal (ANPM-FRANCE MUTUALITÉ)
  • Crédit photo : ©Shutterstock

Aucun commentaire pour cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.