Lutte contre le cholestérol : prudence avec les aliments enrichis en phytostérols

mis en ligne le :

Certaines margarines, des boissons lactées et d’autres produits alimentaires promettent de faire baisser le taux de cholestérol et d'empêcher les risques cardiovasculaires précoces. Des affirmations à prendre avec beaucoup de précautions.

phytostérols cholestérol

Margarines, yaourts et spécialités laitières, vinaigrettes… Ces produits existent dans nos rayons en version « enrichie en phytostérols ». Une réglementation européenne autorise les marques à afficher que ceux-ci font baisser le taux de cholestérol, d’une part, et que diminuer le taux de cholestérol sanguin aide à prévenir le risque cardiovasculaire, d’autre part. Mais en 2014, l’Anses (agence nationale de sécurité sanitaire), saisie sur la question de ces aliments par une association de consommateurs, a rendu un avis alertant sur ces allégations.

Le Pr Bruno Vergès, diabétologue et spécialiste des maladies métaboliques au CHU de Dijon, a participé à ces travaux. « C’est subtil ! Les deux affirmations sont vraies. Mais pour autant, cela ne signifie pas que consommer ces produits va réduire le risque cardiovasculaire. On soupçonne même le contraire. »

Que sont les phytostérols ?

Les phytostérols et phytostanols sont des composés naturellement présents dans les plantes, notamment les graines des oléagineux. On les trouve dans certains aliments en faible quantité. Leur structure est proche de celle du cholestérol naturellement produit par le corps humain.

Quand ils sont présents dans l’intestin via notre alimentation, ils entrent en compétition avec le cholestérol et limitent son absorption. C’est cet effet qui est recherché pour limiter l’excès de « mauvais » cholestérol dans le sang.

Quels sont leurs effets sur le taux de cholestérol ?

La consommation de produits enrichis en stérols végétaux fait en moyenne baisser de 10 % le taux de LDL cholestérol, celui dont l’excès est facteur de risque cardiovasculaire, explique Bruno Vergès. C’est une action « anticholestérol » toute relative, d’autant que la variabilité est très grande selon les individus. « Chez environ 30 % des sujets, la consommation de ces aliments n’entraîne pas de baisse de LDL cholestérol », détaille le rapport de l’Anses.

Les phytostérols réduisent-ils le risque cardiovasculaire précoce ?

La réduction du taux de mauvais cholestérol dans le sang ne signifie pas pour autant une baisse du risque cardiovasculaire. Et à ce jour, « aucune étude scientifique n’a prouvé que la consommation de ces produits diminue ce risque », souligne Bruno Vergès.

Plus grave : « Ces produits augmentent la concentration de phytostérols dans le sang. Or, on sait qu’un taux élevé de phytostérols est associé à un risque d’accidents cardiovasculaires précoces. Et a minima, cette augmentation peut « annuler » l’effet favorable de la baisse du LDL cholestérol. » En 2017, une nouvelle étude brésilienne est arrivée aux mêmes conclusions que les travaux de l’Anses.

Que préférer aux aliments enrichis en phytostérols ?

« Si le LDL-Cholestérol sanguin est reconnu comme un facteur de risque des maladies cardiovasculaires, ces maladies sont multifactorielles, rappelle l’Anses. Pour les éviter, il existe des moyens d’action reconnus scientifiquement comme l’arrêt du tabac, l’augmentation de l’activité physique et la réduction de la sédentarité ainsi que l’amélioration de l’équilibre alimentaire en veillant à consommer suffisamment de fruits et légumes, des graisses végétales plutôt qu’animales, du sucre et du sel avec modération.

Quant aux margarines, si vous avez un excès de cholestérol, le Pr Vergès conseille de consommer plutôt des produits plus classiques riches en oméga 3.

  • Crédit photo : Getty Images
Auteur article
Pauline Hervé

journaliste spécialisée dans les sujets relatifs à la santé (prévention, innovation et recherche, soins...)

Aucun commentaire pour cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.