Logo Essentiel Santé Magazine

Comment prendre soin de ses oreilles ?

Les oreilles sont des organes très fragiles. Pour en prendre soin, le Dr Nils Morel, président du Syndicat national des médecins spécialisés en ORL et chirurgie cervico-faciale (SNORL), explique ce qu’il faut faire… et, surtout, ne pas faire !

Comment prendre soin de ses oreilles ?

Comment nettoyer ses oreilles ?

Dr Nils Morel
Dr Nils Morel, président du Syndicat national des médecins spécialisés en ORL et chirurgie cervico-faciale (SNORL). Crédit : DR.

L’oreille externe produit une « transpiration » un peu particulière, le cérumen, de couleur jaune clair à brun très foncé.

Pour la grande majorité des gens, il ne s’accumule pas dans le conduit auditif (le « trou » de l’oreille, qui est en fait un petit canal fermé par le tympan) mais il est évacué naturellement vers le « pavillon », c’est-à-dire la partie visible de l’oreille. L’oreille est donc autonettoyante, contrairement à un préjugé courant.

Aussi, le coton-tige* ou la curette à oreille sont souvent mal utilisés. Ils doivent servir uniquement à ôter le cérumen du pavillon. Il ne faut pas les enfoncer dans le conduit.

*Les cotons-tiges en plastique seront interdits à la vente à partir de 2020, mais pas ceux en papier, en bambou…

À noter : C’est peu fréquent, mais il arrive que l’oreille ne soit pas autonettoyante. À cause d’une surproduction de cérumen, d’un conduit auditif trop étroit, d’eczéma… Un bouchon peut alors se former. On peut parfois l’enlever avec une poire à lavement auriculaire et de l’eau tiède savonneuse. Sinon, il faut demander l’aide d’un médecin.

Qu’engendre une mauvaise utilisation de la curette ou du coton-tige ?

Il y a le risque, faible, de perforer le tympan, par exemple si on est heurté par quelqu’un alors que l’objet est dans l’oreille. Plus couramment, le frottement – y compris de bouchons d’oreille ! – peut brûler ou irriter la peau, très fragile, du conduit auditif, avec la formation de micro-plaies.

Comme bactéries et champignons sont naturellement présents dans l’oreille, des infections sont susceptibles de survenir. On parle alors d’« otite externe », qui peut se soigner avec des gouttes auriculaires. La probabilité augmente quand l’oreille est humide : en été, lorsque l’on transpire beaucoup ou après une baignade.

Il ne faut pas la confondre avec l’otite moyenne aiguë (l’infection est alors localisée derrière le tympan) qui accompagne un rhume et nécessite parfois des antibiotiques, notamment chez les tout-petits.

À noter : En soi, aller à la piscine ne provoque pas d’otite. Simplement, cela peut entraîner une otite externe à cause de la macération ou occasionner un « coup de froid », lui-même à l’origine d’un rhume, puis d’une otite moyenne aiguë.

Comment préserver son audition ?

Quand le son entre dans l’oreille, il fait vibrer le tympan puis les osselets, avant d’atteindre ce qu’on appelle « l’oreille interne ». C’est un milieu liquide où se trouvent les neurones responsables de la transformation du son en signal électrique que le cerveau peut interpréter.

Ces neurones s’abîment au fil du temps, de façon irrémédiable. C’est pourquoi notre capacité d’audition baisse naturellement avec l’âge. La baisse peut être plus ou moins rapide selon la sensibilité de chacun et son exposition au bruit : aussi bien la durée que le volume.

La réglementation contraint les lieux bruyants accueillant du public à respecter certains seuils pour limiter les nuisances sonores. Dans le milieu professionnel, des moyens de prévention et de protection sont obligatoires (casque antibruit, durée d’exposition limitée…).

Le danger se situe désormais essentiellement dans le domaine des loisirs : bricolage, sorties, musique… Il revient à chacun de prendre les mêmes précautions qu’au travail. Par exemple, l’écoute de musique prolongée, même à un faible niveau sonore, est risquée. Attention aux enfants et adolescents qui s’endorment avec les écouteurs dans/sur les oreilles.

Quand faut-il consulter un médecin spécialiste en oto-rhino-laryngologie (ORL) ?

Quand une oreille est bouchée ou douloureuse, il faut voir son médecin traitant, qui pourra ensuite vous orienter vers un « ORL » si besoin. Mais à ce jour, il n’y a pas de recommandations en faveur de consultations de prévention chez l’adulte.

La sensation de moins bien entendre aussi doit alerter, de même que l’acouphène (perception de bruits parasites, qui ne sont pas émis par une source extérieure), qui est souvent le symptôme d’une oreille qui souffre ou qui a souffert.

  • Aurélia Descamps
  • Crédit photo : Getty Images

2 commentaires pour cet article

  1. SÉGUINOT

    Je « souffre » d’une surdité « en pente de ski » concernant les aigus et je ne comprend pas pourquoi les ORL ne nous font pas appareiller plus tôt. J’ai beaucoup de mal à m’habituer à tous ces bruits que je n’entendais plus depuis environ 15 ans mais..je n’étais pas assez sourde pour être appareillée ! Heureusement l’audioprothésiste que je consulte est très compétente et m’a proposé de n’augmenter que très progressivement le son de mes appareils quitte à devoir y aller beaucoup plus souvent.
    Pour finir, je conseillerais à toutes les personnes atteintes de ce type de surdité de se faire appareiller très rapidement afin de ne pas avoir à subir les difficultés que je rencontre actuellement.

  2. Charles Mousseau

    Bonjour,
    L’article sur l’oreille est très intéressant. Je suis très sensibilisé par les problèmes engendrés par des sons d’un niveau important car je souffre de la maladie de Ménière ( vertiges, acouphènes) depuis plus de vingt ans dont la cause provient d’expositions longues et récurrentes à de la musique. Malgré la réglementation actuelle, les concerts, les bars et surtout les « boîtes de nuit » ne respectent pas le niveau maximum de décibels. Tous les O.R.L consultés m’ont confirmé que les cellules de l’oreille interne détruites ne se reconstituent pas, contrairement aux autres cellules de notre corps. Il faut alerter, surtout les jeunes, sur ce danger dont les effets peuvent se produire des années après l’exposition.
    Charles Mousseau.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Glossaire