Essentiel Santé Magazine

Coronavirus : halte aux fake news !

Le Covid-19 inquiète le monde entier. Chacun voudrait bien trouver un moyen simple de l’éviter ou, mieux, de le neutraliser. Mais attention à ne pas croire n’importe quoi. Car les fake news sont nombreuses sur le coronavirus. Et parfois très dangereuses.

Coronavirus : halte aux fake news !

Après avoir touché la Chine, le nouveau coronavirus (SARS-CoV2 et dont la maladie est appelée le Covid-19) se répand désormais dans de nombreux pays. Et il crée une véritable psychose à l’échelle planétaire. Terrain propice aux fake news. Certaines personnes en profitent pour se faire de l’argent en vendant des remèdes miracles, censés venir à bout du virus, ou bien des masques ou des gels hydroalcooliques à prix d’or. D’autres encore proposent des tutos pour les fabriquer soi-même.

Mais ces initiatives ne sont pas toujours inoffensives. Elles peuvent même s’avérer encore plus dangereuses que le virus lui-même. Alors mieux vaut ne pas prendre au pied de la lettre toutes les rumeurs que l’on peut lire ou voir sur internet. Des fausses informations qui se propagent à vitesse grand V sur les réseaux sociaux, via les boîtes mails ou les messageries instantanées.

L’Inserm (l’Institut national de la santé et de la recherche médicale) a l’habitude de décrypter les fake news grâce à sa chaîne YouTube « Canal Détox ». L’institut vient donc de publier une nouvelle vidéo, consacrée aux idées reçues qui circulent sur le coronavirus, cette épidémie de pneumonie virale venue de Chine.

Non, le coronavirus n’a pas été créé de toutes pièces dans un laboratoire de Wuhan.

Dans cette vidéo de Canal Détox, le Dr Marie-Paule Kiény, virologue et directrice de recherche à l’Inserm, rappelle que « toutes les crises sanitaires s’accompagnent de rumeurs et de théories du complot ». Le Covid-19 n’échappe pas à la règle. Contrairement à certaines idées reçues, ce virus n’est pas né dans un laboratoire de haute sécurité de Wuhan, en Chine. La ville où ont été recensés les premiers cas de coronavirus.

« Il est extrêmement proche d’un virus qui circule chez la chauve-souris, qui n’avait jamais été isolé avant », rappelle la virologue. Il ne pouvait donc pas être déjà présent au laboratoire de Wuhan. En revanche, on ne sait pas à l’heure actuelle si ce virus s’est directement transmis de la chauve-souris à l’homme ou s’il y a eu un autre animal intermédiaire.

Il n’existe pas encore de vaccin contre ce virus.

Autre théorie sans fondement : un vaccin existerait déjà. Il aurait été mis au point avant même la propagation du virus par des laboratoires pharmaceutiques. Ils en auraient déjà déposé les brevets mais attendraient que le Covid-19 ait fait des millions de victimes. Soi-disant dans le seul but d’en faire grimper le prix avant de le vendre dans le monde entier. Ce qui est bien sûr totalement faux.

Depuis l’apparition de ce nouveau coronavirus, plusieurs chercheurs, dans différents pays, tentent de mettre au point un vaccin efficace. Mais aucun n’y serait parvenu pour le moment.

Non, la cocaïne ou l’eau de javel ne tuent pas le virus.

Parmi les fausses informations qui circulent sur internet, on trouve des « recettes » pour venir à bout du nouveau coronavirus. Et certaines font froid dans le dos. Des fous furieux préconisent de prendre de la cocaïne ou de s’asperger d’eau de javel (ou, pire, de la boire). Ce qui risque de faire de graves dégâts, voire de vous tuer tout simplement. Alors que le virus, lui, est bénin dans la grande majorité des cas si vous n’avez pas d’autres maladies connues. Il est donc recommandé de n’absorber ou de n’étaler aucun produit sur sa peau, sans avis médical. En cas de doute, vous pouvez aussi demander conseil à votre pharmacien.

Quant au gel hydroalcoolique, il est destiné à se nettoyer les mains uniquement. Et attention à ne pas le laisser à la portée des enfants, sans surveillance. Car en cas d’absorption, cela peut être très dangereux pour eux. Il ne faut pas non plus essayer de fabriquer son propre gel hydroalcoolique à la maison, avec des produits à base d’alcool. Car son efficacité n’est aucunement prouvée.

Il ne sert à rien de manger de l’ail, du fenouil ou de se badigeonner d’huile de sésame.

Des internautes pensent aussi qu’en mangeant plus spécifiquement certains produits en période d’épidémie, ils pourraient éviter d’attraper le coronavirus. Parmi ces pseudo-aliments miracles, on trouve notamment l’ail, le fenouil, le chèvrefeuille ou encore l’huile de sésame. Que certains préfèrent s’étaler sur la peau. Mais il n’a pas été prouvé que l’un de ces « remèdes » était efficace.

Pour se prémunir du Covid-19, seuls les gestes barrières ont montré un intérêt. Par exemple : se laver régulièrement les mains avec du savon ou avec du gel hydroalcoolique ou bien encore éternuer ou tousser dans son coude. Autre préconisation : éviter au maximum les contacts avec d’autres personnes qui peuvent être infectées sans même le savoir.

Prendre un bain chaud n’en protège pas non plus.

Préoccupée elle aussi par les fake news qui envahissent le Web, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) propose sur son site internet des conseils pour en finir avec les idées reçues sur le sujet (en français). Parmi ceux-ci, l’OMS rappelle ainsi que « prendre un bain chaud n’empêche pas de contracter la Covid-19 » car le virus résiste à ces températures.

C’est la même chose pour la soupe chaude. Boire des liquides brûlants ne protège pas du coronavirus, contrairement à ce que l’on peut lire parfois sur internet. Et comme pour le bain, il y a un vrai risque de brûlure. Donc cela ne sert à rien.

D’ailleurs, on peut constater que le virus se transmet actuellement y compris dans des zones chaudes et humides du globe.

Pour aller plus loin :

Coronavirus : un numéro vert pour les questions non médicales

Si vous souhaitez vous informer sur le Covid-19, un numéro vert est à votre disposition : le 0 800 130 000. Cette plateforme est ouverte 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. Mais elle n’a pas pour but de fournir des conseils médicaux.

Aussi, si vous avez des symptômes d’infections respiratoires (fièvre ou sensation de fièvre, toux…), restez chez vous et appelez votre médecin traitant (mais n’appelez pas le 15 pour ne pas saturer davantage les lignes). En revanche, si les signes s’aggravent et que vous présentez des difficultés respiratoires plus importantes et des signes d’étouffement, alors appelez le 15 (ou le 114 pour les personnes sourdes ou malentendantes).

  • Angélique Pineau-Hamaguchi
  • Crédit photo : Bérengère Staron

3 commentaires pour cet article

    1. La rédaction

      Bonjour,
      Et merci pour votre intérêt. Pour répondre à votre question, voici ce que dit l’Inserm sur son site internet : « Il est pour le moment difficile de se prononcer sur l’efficacité d’un traitement antipaludique à base de chloroquine contre le coronavirus. » A ce jour, ce n’est qu’une piste de traitement étudiée parmi d’autres.
      Vous trouverez plus de détails sur le site de l’Inserm ici : https://presse.inserm.fr/fake-news-et-desinformation-autour-du-coronavirus-sars-cov2/38324/ (dans la réponse
      à la question « Dois-je aller me faire prescrire un traitement antipaludique par mon médecin pour lutter contre le coronavirus ? »).
      Bien cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Glossaire