Coronavirus : « Il est crucial que les dons de sang se poursuivent durant le confinement »

Cathy Bliem est la directrice générale adjointe de l’Etablissement français du sang. Elle fait le point sur les besoins, l’état des réserves, et les mesures sanitaires prises lors des collectes face au Covid-19.

Coronavirus : « Il est crucial que les dons de sang se poursuivent durant le confinement ».

Peut-on donner son sang durant le confinement ?

Cathy Bliem
Cathy Bliem – crédit photo : DR

Cathy Bliem : Les citoyens peuvent toujours donner leur sang durant le confinement. C’est possible pour toutes les personnes en capacité de se déplacer pour se rendre sur une collecte de sang. Au préalable, elles doivent remplir, et se munir, de l’attestation officielle de déplacement ou d’une déclaration sur l’honneur indiquant qu’elles vont donner leur sang. Et ce, au motif de l’assistance aux personnes vulnérables.

L’Etablissement français du sang (EFS) demande simplement aux personnes présentant des symptômes grippaux de ne pas se rendre en collecte pour limiter tout risque de transmission du virus à d’autres donneurs et/ou au personnel.

La collecte de sang se déroule-t-elle comme d’habitude face aux mesures sanitaires imposées ?

C.B. : Toutes les mesures de précaution sont mises en œuvre sur les collectes pour éviter les risques de transmission du virus avec des mesures de distanciations, le port de masque par le personnel de collecte ainsi que le respect des gestes barrières. Les donneurs doivent également se laver les mains ou utiliser une solution hydroalcoolique, respecter des distances de sécurité en restant à au moins un mètre des autres donneurs.

À son arrivée, le donneur procède à son inscription auprès du personnel d’accueil. Il remplit ensuite un questionnaire, si possible avec son propre stylo. Puis, il est reçu par un médecin qui évalue son aptitude au don, pour sa propre sécurité et celle des receveurs. Si le donneur est apte au don, il est prélevé d’environ 450 ml de sang par un infirmier. Le donneur est ensuite invité à rester une vingtaine de minutes sur place pour s’hydrater et se restaurer.

Les réserves de sang sont-elles critiques ?

C.B. : Les premiers jours de confinement ont été marqués par une baisse très importante de la collecte. L’EFS, soutenu par la Direction générale de la santé, a alors lancé un appel à la mobilisation des donneurs qui a été très vite entendu. Le niveau de réserve est donc aujourd’hui à nouveau très bon, d’autant que la cession de poches de sang est en baisse, du fait notamment d’interventions chirurgicales reprogrammées.

Toutefois, il est crucial que les dons se poursuivent sur la durée. Il ne faut pas que le soufflé retombe et, qu’après l’afflux actuel, plus personne ne vienne. Et tous les groupes sanguins sont concernés.

Nous sommes très vigilants et devons continuer à renouveler le stock. Les produits sanguins ont une durée de vie courte : 7 jours pour les plaquettes et 42 jours pour les globules rouges. Nous encouragerons les donneurs à programmer leur don sur toute la durée du confinement et à privilégier, quand cela est possible, les rendez-vous.

Y a-t-il des différences selon les régions ?

C.B. : L’EFS régule les réserves au niveau national pour que toutes les régions soient bien approvisionnées. Nous sommes particulièrement vigilants à l’approvisionnement des DOM. Nous avons été informés, en amont, de l’annulation de vols vers ces territoires, et des possibles fermetures à venir, et nous avons donc anticipé la situation en envoyant sur place des réserves de manière à gonfler les stocks de ces départements.

  • Crédit photo : Getty Images
Auteur article
Patricia Guipponi

journaliste généraliste spécialisée notamment en social et santé.

Un commentaire pour cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.