Logo Essentiel Santé Magazine
Cosmétiques : peut-on se fier aux labels bio ?

Cosmétiques : peut-on se fier aux labels bio ?

Plus respectueux de l’environnement, les cosmétiques bio utilisent des ingrédients différents des produits de beauté traditionnels. Mais peut-on acheter les yeux fermés dès qu’un label bio est apposé sur l’emballage ?

Les Français se soucient de plus en plus de la composition des cosmétiques : les produits d’hygiène et de beauté. Et ils se tournent davantage vers le bio quand il s’agit de choisir savon, shampooing, gel douche, dentifrice ou crème. Pour être sûr que des composants controversés n’entrent pas dans la fabrication du produit, les labels restent de bons repères.

Les engagements des labels bio

Un label bio est une certification délivrée par un organisme reconnu, comme Ecocert et Qualité France, tous deux agréés par l’État. Il garantit l’absence d’ingrédients de synthèse (colorants, parfums, conservateurs), par exemple les parabènes, les phtalates ou encore le triclosan. Ces derniers sont soupçonnés d’être des perturbateurs endocriniens, ces agents chimiques capables d’interférer dans le système hormonal.

Un label bio assure aussi la qualité et la traçabilité d’un produit issu de l’agriculture biologique. Enfin, il valorise certains processus de fabrication, contrôle la provenance des matières premières, atteste du respect des conditions de travail des producteurs et porte les valeurs de l’écologie. Les marques labellisées peuvent être contrôlées de manière inopinée tous les deux ans environ.

 

À lire aussi : Perturbateurs endocriniens : le danger invisible

Mieux connaître ces substances chimiques qui ont une influence sur les hormones et donc sur la santé.

 

Un socle commun d’exigences

Les exigences peuvent parfois varier selon les labels certifiés bio par les référentiels Ecocert et Qualité France. Néanmoins, tous demandent qu’au minimum 95 % du total des ingrédients soient naturels ou d’origine naturelle (les 5 % restants font partie d’une liste restreinte). Certains sont plus intransigeants que d’autres. NaTrue, BDIH (un label allemand), Cosmebio et Nature & Progrès figurent ainsi parmi les plus stricts.
Selon Ecocert et Qualité France, les produits bio doivent en outre contenir au minimum 10 % d’ingrédients issus de l’agriculture biologique pour pouvoir être labellisés. Quant aux emballages, ils sont pour la plupart biodégradables ou recyclables.

 

Des produits bio sans label

Certaines marques de cosmétiques naturels ne cherchent pas à être labellisées. Bien qu’elles répondent aux mêmes exigences en respectant un cahier des charges similaire à celui des labels, elles tiennent à se différencier. Elles refusent d’être assimilées aux multinationales qui commercialisent à la fois des produits certifiés bio et d’autres qui ne le sont pas.

 

À lire aussi : Alimentation : comment s’y retrouver dans les labels bio ?

Côté alimentation aussi, il existe des labels bio. Sont-ils tous dignes de confiance ? Décryptage.

 

Des conseils pour y voir plus clair

Pour s’assurer de la qualité d’un soin d’hygiène ou de beauté et éviter les perturbateurs endocriniens ou autres éléments indésirables, on peut se fier aux labels. Toutefois, même si le bio réduit considérablement la présence de composants chimiques dangereux, certains ingrédients naturels, comme les huiles essentielles, peuvent également causer des allergies. Pour les cosmétiques qui ne sont pas labellisés, on peut vérifier sur l’étiquette du produit bio que le pourcentage d’ingrédients naturels ou d’origine naturelle est de 95 % minimum.

Attention à ne pas confondre label bio et produit répondant à une charte donnée. La mention « slow cosmétique », par exemple, peut récompenser certains produits qui prônent une consommation raisonnée et écoresponsable, mais qui n’ont pas forcément de label bio. De même, la mention « cruelty free » ne garantit pas une composition sans substances chimiques. Mais elle indique que le produit a été conçu sans causer de souffrance animale.

Cela dit, tous les labels bio interdisent les tests sur les animaux et déclarent qu’aucun ingrédient de provenance animale n’entre dans la composition du cosmétique (hormis ceux qui sont produits naturellement par les animaux, comme le lait ou le miel). Enfin, le label Vegan assure qu’il n’y a aucun ingrédient d’origine animale et qu’aucun test n’a été effectué sur les animaux.

 

Bien conserver ses cosmétiques

Les cosmétiques bio n’utilisent pas les mêmes conservateurs que les produits conventionnels. Mais ils peuvent généralement se garder aussi longtemps une fois ouverts. Il ne faut bien sûr pas dépasser la période d’utilisation recommandée après ouverture, si elle est indiquée sur l’emballage.

Tout produit cosmétique, qu’il soit bio ou non, doit être mis à l’abri de l’air, ne pas subir de trop grands écarts de température et ne pas être exposé directement aux rayons du soleil. Au moindre doute sur son aspect, sa couleur ou son odeur, ne l’utilisez pas. Ayez toujours les mains propres avant de vous en servir (sauf pour le savon, bien entendu).

Les produits contenant plus de 10 % d’eau (crèmes, laits) ont une durée de conservation inférieure à ceux dits secs ou huileux. Les conditionnements en tube préservent davantage que les pots des risques de contamination par des bactéries, car on n’y trempe pas les doigts. Enfin, nettoyez ou changez régulièrement les accessoires de cosmétiques (pinceaux, éponges…).

  • Catherine Chausseray (ANPM-FRANCE MUTUALITÉ)
  • Crédit photo : Shutterstock

Aucun commentaire pour cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.

Glossaire