Don du sang, qui peut donner ?

mis en ligne le :

Chaque année, un million de malades sont soignés grâce au don du sang. Mais seulement 4 % de la population en âge de donner le fait. Quels freins subsistent encore pour passer à l’acte ?

don du sang

On peut donner son sang à tout âge.

FAUX. On peut le faire entre 18 et 70 ans révolus. « Après 70 ans, il y a plus de risques de voir apparaître des pathologies, notamment cardiovasculaires (comme l’hypertension), qui contre-indiquent le don », explique le Dr Michèle Villemur, médecin de collecte à l’Établissement français du sang. Autre critère pour pouvoir donner : peser au moins 50 kg. Par ailleurs, des contre-indications existent (fièvre au cours des deux dernières semaines, voyage récent dans des pays touchés notamment par le paludisme…). Il est possible de faire une autoévaluation pour savoir si on peut donner sur le site de l’Établissement français du sang.

Il faut être à jeun pour donner son sang.

FAUX. Il ne faut pas confondre don du sang et analyse de sang. Si, pour certaines d’entre elles, il faut être à jeun (glycémie, cholestérol…), ce n’est pas le cas pour le don du sang. « Le prélèvement se passe mieux quand on mange et que l’on s’hydrate bien. Lors d’une analyse au laboratoire, seulement quelques tubes sont prélevés, pour un don, c’est entre 420 et 480 millilitres », précise le Dr Michèle Villemur. Si une personne se présente à jeun à une collecte, une collation lui sera proposée avant le prélèvement.

Tous les groupes sanguins sont utiles.

VRAI. Généralement, quand un malade est transfusé, on recherche le même groupe sanguin. Tous les groupes sanguins sont donc recherchés. Si vous êtes O-, vous êtes un donneur universel, c’est-à-dire compatible avec tous les autres groupes.

« Le plasma des personnes qui ont un groupe sanguin AB est compatible avec tous les autres groupes, leur plasma est donc précieux. Mais on a besoin de tout le monde », rappelle le Dr Michèle Villemur.

Un homme peut donner plus souvent qu’une femme.

VRAI. Un homme peut donner six fois dans l’année avec un intervalle de huit semaines entre chaque don. Une femme peut donner quatre fois dans l’année. « La raison ? Protéger les réserves de fer chez la femme. Son taux d’hémoglobine est inférieur à celui de l’homme. Elle peut ainsi donner une fois par trimestre, même si l’intervalle légal entre deux dons est toujours de huit semaines. Mais mieux vaut répartir les dons sur l’année », précise le Dr Michèle Villemur.

Un don de plasma est moins fatigant qu’un don de sang.

VRAI. Pour le don de plasma, le prélèvement dure entre 45 minutes et une heure contre 8 à 10 minutes pour le sang. « Mais seules l’eau et les protéines constituant le sang sont prélevées. Les globules rouges sont restitués, donc les réserves de fer ne sont pas atteintes. C’est moins fatigant pour le donneur », précise le Dr Michèle Villemur. Le plasma peut être donné tous les 15 jours. Il est utile pour transfuser les patients qui ont des déficits de facteurs de coagulation. Il est aussi transformé en médicaments dérivés du sang pour traiter les hémophiles, les grands brûlés… Le don de plasma ne se fait que dans des Maisons du don.

Point de vue

Dr Michèle Villemur
Dr Michèle Villemur, médecin de collecte à l’Établissement français du sang Île-de-France. © EFS/Olivier Pezzot

« Il faut réinventer les collectes de sang »

« Avant le Covid, de nombreuses collectes étaient organisées dans les entreprises et dans les universités. Mais avec l’arrivée du télétravail et les cours à distance, il faut se réorganiser et réinventer ces collectes. Nous devons informer le public qu’elles ont parfois lieu dans les mairies, les salles des fêtes… Il est conseillé de prendre rendez-vous afin d’éviter la foule. Pour les dons de plasma et de plaquettes, les prélèvements se déroulent uniquement dans les Maisons du don.

Nous avons besoin de prélever tous les jours car les produits sanguins ont une durée de conservation limitée : 42 jours pour les globules rouges et sept jours pour les plaquettes. La peur de l’aiguille ne doit pas être un frein. Le personnel est qualifié pour que ce soit le moins douloureux possible. Une heure de votre temps sauve trois vies (accidentés de la route en cas d’hémorragie, patients qui ont un cancer, une leucémie…). Donner son sang est un geste indispensable. »

  • Crédit photo : Adobe stock
Auteur article
Cécile Fratellini

rédactrice en chef adjointe d’Essentiel Santé Magazine, spécialisée dans les sujets relatifs à la santé (handicap, prévention, maladies…)

Aucun commentaire pour cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.