Logo Essentiel Santé Magazine
Écrans : mon enfant est-il « accro » ?

Écrans : mon enfant est-il «accro» ?

Smartphone, ordinateur, tablette, jeux vidéo… Les écrans ont envahi notre quotidien. Chez les enfants et les adolescents, les pratiques peuvent être excessives, au point de frôler parfois l’addiction.

Un ordinateur et une tablette partagés par toute la famille, une télé HD au milieu du salon, une console de jeux par enfant et un smartphone pour chacun : la multiplication des écrans dans les foyers français se confirme. Selon le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA), au premier semestre 2017, on en comptait en moyenne 5,5 par ménage.

Cette omniprésence, qui a profondément modifié les habitudes familiales, n’est pas sans risque, notamment pour les enfants et les adolescents. Mal utilisés, ces appareils peuvent entraîner des pratiques excessives, voire dangereuses. « On ne peut pas vraiment parler d’addiction, au sens d’une dépendance qui nécessiterait un sevrage. Mais certains enfants et adolescents peuvent effectivement développer des comportements particulièrement toxiques vis-à-vis des écrans », explique le docteur François-Marie Caron, pédiatre à Amiens et spécialiste des écrans pour l’Association française de pédiatrie ambulatoire (Afpa).

Première conséquence d’un usage excessif : des nuits agitées et un sommeil peu réparateur. Certains jeux vidéo, en particulier ceux de combat basés uniquement sur l’excitation, font perdre la notion du temps. L’enfant passe alors des heures devant sa console, oubliant la fatigue et la faim.

 

À lire aussi : Écrans : quels risques pour notre santé ?

Au travail, dans les transports, à la maison, les écrans sont partout et peuvent avoir des effets négatifs sur la santé.

 

Réseaux sociaux et sommeil ne font pas bon ménage

Les réseaux sociaux jouent aussi un rôle important sur le manque de sommeil. Via leur smartphone, nombreux sont les ados qui échangent jusque tard dans la nuit. Certains programment même des réveils nocturnes pour vérifier leur compte Facebook ou Instagram. « Ici, c’est la lumière bleue diffusée par les écrans qui pose problème, précise le médecin. Elle fait baisser la sécrétion de mélatonine, l’hormone du sommeil, ce qui retarde l’endormissement. »

Chez les plus jeunes, l’usage excessif des écrans induirait également des troubles du développement. « Les enfants d’âge scolaire exposés à plus de trois heures de télévision par jour présentent davantage de retard dans l’acquisition du langage, ainsi que des troubles de l’attention et de la concentration », observe le médecin. Des difficultés que l’on retrouve chez les adolescents, avec toutes les conséquences que cela peut avoir sur les résultats scolaires. « C’est justement la chute des notes à l’école qui doit alerter les parents. Si l’utilisation qu’un enfant a des écrans ne lui permet plus de faire correctement ses devoirs, de suivre en classe, mais aussi d’avoir une heure d’activité physique par jour comme le recommande l’OMS, il faut s’interroger. »

 

Quand consulter ?

La rupture des relations avec les copains, la décomposition des liens familiaux et l’isolement permanent dans sa chambre sont des signes à prendre en compte. Dans ces cas-là, la consultation chez un médecin devient indispensable. Il s’agira de désamorcer la situation et de mettre en place de nouvelles pratiques.

À noter aussi que les consultations jeunes consommateurs (CJC) proposent une prise en charge spécifique aux ados dépendants de leurs écrans. Le plus souvent, « le repli sur les activités numériques est le signe d’une souffrance que l’enfant cherche à oublier », indique l’Afpa. D’où la nécessité de consulter un professionnel rapidement.

 

Dialogue et fermeté

Pour éviter d’en arriver là, les spécialistes insistent sur l’importance du dialogue au sein de la famille. « L’apprentissage du bon usage des écrans se fait dès la maternelle, souligne le docteur Caron. L’enfant doit toujours être accompagné dans sa découverte. Il faut parler avec lui de ce qu’il fait avec les écrans, de ce qu’il y trouve et de ce que cela lui procure. »

Ensuite, des règles claires peuvent être fixées, comme l’interdiction des écrans à table, l’obligation de recharger le smartphone en dehors de la chambre durant la nuit ou les temps d’écran journaliers autorisés. « Définir avec les enfants comment on concilie la vie de famille, les devoirs et l’activité physique avec l’usage des écrans est une bonne façon de réfléchir tous ensemble », conclut le docteur Caron. Les règles établies devront bien sûr être respectées par toute la famille, grands-parents compris. Même si, parfois, quelques entorses pourront être tolérées, pendant les vacances par exemple.

 

À lire aussi : Écrans et enfants : les conseils de Serge Tisseron

Parents : quelles sont les bonnes pratiques pour gérer les écrans à la maison ?

  • Delphine Delarue - ANPM-France Mutualité
  • Crédit photo : Shutterstock

Aucun commentaire pour cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Glossaire