Faut-il faire vacciner son nourrisson contre le rotavirus ?

Le rotavirus cause des gastro-entérites potentiellement dangereuses pour les bébés. Son vaccin, pourtant recommandé dans la plupart des pays voisins, ne l’est pas dans l’Hexagone. Mais la France pourrait revoir sa position.

Le rotavirus et ses dangers

Le rotavirus constitue la cause majoritaire des diarrhées chez les nourrissons. C’est un virus qui sévit par épidémies annuelles, « qui habituellement surviennent entre janvier et mars », explique le Pr Daniel Floret, vice-président de la commission technique des vaccinations de la Haute Autorité de santé (HAS).

Le danger est que les diarrhées peuvent mener à une déshydratation du bébé. Il faut alors le réhydrater, ce qui normalement se fait par voie orale, par administration d’un soluté. Mais, précise le Pr Floret, « de temps en temps il y a des vomissements importants qui ne le permettent pas ». Cela peut conduire à une hospitalisation pour réhydratation par voie veineuse et, dans de très rares cas, au décès.

Les enfants de 0 à 2 ans touchés par le rotavirus

« A l’âge de 2 ans, à peu près tous les enfants ont été en contact avec le rotavirus. Mais avec des conséquences très diverses », déclare Daniel Floret. Certains n’ont presque rien, d’autres ont une petite diarrhée, et il y en a qui ont une diarrhée importante. C’est lorsque la première infection survient dans les premiers mois de la vie qu’il y a le plus de risques de forme très symptomatique.

Le vaccin contre le rotavirus

« Ce vaccin se fait entre 6 et 24 semaines. Son rapport coût/bénéfice est un peu discutable », explique le Pr Floret. Les vaccins vendus dans le pays sont assez chers (environ 45 euros pour l’un et 60 euros pour l’autre) et ne sont pas remboursés par l’Assurance maladie puisque non recommandés en France. Mais certaines complémentaires santé les prennent en charge.

Deux vaccins ont une autorisation de mise sur le marché en France. Cette vaccination était recommandée en 2014 et 2015.  Durant cette période, « les pédiatres étaient très motivés pour la pratiquer, puisque ce sont eux qui voient les déshydratations par gastro-entérite », souligne Daniel Floret. Mais cette vaccination n’est plus recommandée par le Haut Conseil de la santé publique. Le vaccin a en effet suscité la polémique car il peut entraîner, rarement, des invaginations. Il s’agit d’obstructions intestinales faisant risquer une nécrose et pouvant entraîner la mort en l’absence d’une prise en charge adaptée et précoce. Dans la quasi-totalité des pays voisins, ce vaccin est recommandé pour les bébés. En France, « sa non-recommandation devra être réexaminée », estime le vice-président de la commission technique des vaccinations de la HAS.

Vacciner contre le rotavirus pendant la crise du Covid

Fin juillet, l’Académie nationale de médecine invitait à vacciner les nourrissons contre le rotavirus, afin d’éviter une épidémie concomitante à une vague de Covid. Daniel Floret, lui, explique qu’il n’y a pas de recommandation officielle de pratiquer ce vaccin plus que d’habitude. « Le coronavirus touche peu les nourrissons à l’âge où se pose la problématique de la gastro-entérite à rotavirus. Il n’y a donc pas de surcharge des services de pédiatrie due au Covid dans les hôpitaux. En plus, il est probable que du fait des mesures barrières on n’ait pas une épidémie dramatique de rotavirus cette année. »

  • Crédit photo : Getty Images
Auteur article
Charlotte de L’escale

rédactrice en chef adjointe d'Essentiel Santé Magazine, spécialisée en santé et société.

Aucun commentaire pour cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.