Fertilité check-up : un nouvel examen destiné aux femmes

À Créteil, en région parisienne, un centre hospitalier propose aux femmes de tester, en une seule consultation, leur fertilité potentielle. Cet examen préventif et informatif est une première en France.

Fertilité check-up : un nouvel examen destiné aux femmes

Depuis octobre 2018, le centre hospitalier intercommunal de Créteil (CHIC) propose aux patientes, sans condition d’âge ni d’antécédent médical, un bilan de fertilité complet et rapide, baptisé Fertilité check-up. Ce bilan de fertilité, premier en son genre dans le pays, est à visée de prévention et d’information.

Progrès technologique

« Le Fertilité check-up est né d’un double constat, explique le professeur Nathalie Massin, responsable du centre d’assistance médical à la procréation au CHIC. D’une part, les progrès technologiques nous permettent aujourd’hui, en un seul examen rapide de faire un point complet sur la réserve ovarienne, la qualité de l’utérus et la cavité utérine et la perméabilité des trompes. Jusqu’à peu, tout cela nécessitait au moins trois examens différents. D’autre part, il vient combler un manque car aujourd’hui, on ne propose de bilan de fertilité qu’une fois que les couples ont des difficultés avérées à concevoir, mais pas avant ».

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), un couple connaît des problèmes d’infertilité s’il ne parvient pas à une grossesse après un an de rapports réguliers avant l’âge de 36 ans chez la femme. Or, parmi les 2 000 patientes accueillies chaque année par le centre d’AMP de Créteil, « nous voyons beaucoup de femmes un peu trop tard. On ne consulte qu’une fois qu’on a un partenaire stable, un projet d’enfant et… que cela ne fonctionne pas », regrette le Pr. Nathalie Massin.

Pas de limite d’âge

Le Fertilité Check-Up consiste en une échographie par voie endovaginale, complétée par un questionnaire de vie et un entretien avec un médecin spécialiste de la fertilité. Aucune limite d’âge n’est posée, et parmi les premières femmes à prendre rendez-vous, des femmes de 20 à 46 ans. Avec ce bilan à but préventif, les femmes peuvent, pour 350 euros non remboursés par l’Assurance-Maladie, vérifier si elles ont besoin de modifier leurs différents projets de vie (ne pas trop attendre de changements professionnels pour « mettre en route » une grossesse si l’on apprend que l’on a une réserve ovarienne basse, par exemple) ou tout simplement se rassurer sur leurs possibilités futures de grossesse. Et ce, quelle que soit leur situation, en couple ou célibataire.

Il permet aussi de dépister des problèmes comme l’endométriose, cette maladie de la paroi de l’utérus encore trop peu diagnostiquée et qui est cause d’infertilité chez 40 % des femmes qui en souffrent… souvent sans le savoir. Si le bilan du check-up révèle des problèmes chez la femme, l’équipe médicale l’orientera vers les médecins et examens nécessaires. Si ce n’est pas le cas, « on fait aussi beaucoup de prévention sur les facteurs de risque d’infertilité comme le tabac, le poids, l’alimentation et le but est d’aider les femmes à concevoir plus rapidement avec des conseils qui prennent en compte également l’activité sous la couette », souligne le Pr. Massin.

  • Pauline Hervé
  • Crédit photo : Istock

Aucun commentaire pour cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Glossaire