Les jeunes ciblés par le commerce de médicaments sur internet

La vente de médicaments est strictement encadrée en France. Seuls les pharmaciens titulaires d’une officine sont autorisés à en vendre*. Mais il existe des cyberpharmacies illégales qui ciblent les jeunes via les réseaux sociaux, et dont les produits peuvent comporter des risques pour la santé.

Les jeunes sont désormais la cible des cyberpharmacies qui utilisent les réseaux sociaux pour se faire connaître. C’est ce que révèle le rapport de l’Organe international de contrôle des stupéfiants (OICS)**. Tout en alertant sur le fait que ces sites vendent non seulement des médicaments mais aussi des drogues. « Ce qui peut exposer un vaste public à des produits dangereux », note, dans ce rapport, Hamid Ghodse, ancien président de l’OICS.

 

Près de 50 % de contrefaçons

Selon l’OMS (Organisation mondiale de la santé), plus de 50 % des médicaments vendus via Internet seraient des contrefaçons. Or, les médicaments contrefaits échappent à tout contrôle.

Leur composition peut donc être différente de celle du médicament d’origine même si l’emballage, lui, peut être très proche. Leur efficacité et leur qualité ne sont pas garanties, ils peuvent être inefficaces ou même toxiques pour la santé.

 

Des risques de mauvaise utilisation

L’achat sur Internet d’un médicament favorise par ailleurs le risque d’une mauvaise utilisation en l’absence de tout conseil médical et pharmaceutique.

Ainsi, le médicament n’est pas forcément adapté et peut même être contre-indiqué. De plus, la qualité des médicaments achetés sur internet n’est pas garantie.

 

Des médicaments sous surveillance

L’Ansm (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé, ex Afssaps) procède, depuis 2009, à l’achat de produits de santé sur Internet pour en évaluer la qualité. Ces produits sont analysés en laboratoire. La qualité des médicaments achetés sur Internet n’est pas garantie.

Beaucoup sont des médicaments qui n’ont obtenu aucune autorisation de mise sur le marché***. Leur composition varie fréquemment de celle annoncée sur le conditionnement. De plus, certains sont des contrefaçons qui contiennent parfois des produits toxiques.

 

Etre conscient des risques

Une liste régulièrement actualisée des médicaments achetés par l’Ansm est publiée sur son site Internet ainsi que des informations sur les falsifications de produits de santé.

Objectif : mettre en garde les consommateurs. « Acheter un médicament sur Internet est à la portée de tous. Mais il ne faut surtout pas le faire, il faut vraiment avoir conscience des risques que cela présente pour la santé. Un médicament n’est pas un produit comme un autre, il ne doit être acheté qu’en pharmacie », insiste Stéphane Lange, Chef du Pôle importation et exportation de médicaments à l’Ansm.

 

* En attente de la publication des arrêtés du Conseil d’Etat. Ensuite, les sites devront recevoir l’aval de l’autorité régionale de santé dont ils dépendent, et ils devront afficher un logo commun reconnaissable dans l’ensemble de l’Union européenne.

** structure de l’ONU

*** AMM : Autorisation de Mise sur le Marché (autorisation délivrée après évaluation de la qualité, de la sécurité et de l’efficacité d’une spécialité pharmaceutique.)

 

Pour en savoir plus

  • Cécile Fratellini
  • Crédit photo : Getty Images

Aucun commentaire pour cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.