Pénurie de vaccins : retour à la normale courant 2016

Depuis plusieurs mois maintenant, plusieurs vaccins destinés aux nourrissons sont introuvables en pharmacie. La raison ? Des problèmes d’approvisionnement suite à une augmentation de la demande.

Fin de la pénurie de vaccins en 2016

En France, trois vaccinations sont obligatoires pour les très jeunes enfants, celles contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite. Aujourd’hui, le vaccin tétravalent (qui protège contre ces trois maladies et la coqueluche) et le vaccin pentavalent (qui protège contre les maladies citées ci-dessus et l’haemophilus influenza) sont en rupture de stock depuis plusieurs mois.

Et cela ne va pas changer demain même si la situation s’est quelque peu améliorée pour le pentavalent en cette fin d’année 2015. Cette pénurie est liée à une augmentation de la demande mondiale. De nombreux pays introduisent désormais ces vaccins dans leur calendrier vaccinal. Les entreprises les produisant ne peuvent répondre à cette forte demande car la production d’un vaccin est très complexe et sa fabrication s’étend de 12 à 18 mois.

 

Pas de pénurie pour le vaccin hexavalent

Selon l’ANSM*, « le retour à la normale pour les vaccins pentavalents serait prévu courant 2016 en officine et pas avant la fin de l’année 2016 pour les vaccins tétravalents, sous réserve de confirmation des approvisionnements ». À noter que les vaccins pentavalents sont actuellement réservés en priorité aux nouveaux-nés de mères porteuses de l’antigène Hépatite B et aux nouveaux-nés de certains territoires d’Outre-mer.

Donc aujourd’hui, en France, le vaccin recommandé dans le calendrier vaccinal pour les nourrissons est l’Infanrix Hexa, un vaccin hexavalent c’est-à-dire qu’il protège contre six maladies (les maladies prévenues par le vaccin pentavalent et l’hépatite B). Celui-ci ne rencontre aucune difficulté d’approvisionnement.

 

Et les rappels ?

Le calendrier vaccinal 2015 recommande notamment un rappel à 6 ans pour se protéger contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite. Les vaccins trétravalents habituellement utilisés pour ce rappel sont en rupture de stock cette année.

En février dernier, le Haut conseil de la santé publique (HSCP) a donc recommandé que le rappel de 6 ans soit effectué avec le vaccin dTcaP (tétravalent à dose réduite). Là encore, il est parfois difficile de trouver ce vaccin en pharmacie et de nombreux parents font le tour des officines pour obtenir le précieux sésame pour leur bambin. Un retour progressif à la normale est prévu en cette fin d’année 2015. Les rappels ultérieurs (entre 11 et 13 ans et à 25 ans) restent inchangés.

*Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé.

 

Pour en savoir plus

  • Cécile Fratellini
  • Crédit photo : Dmitry Naumov/Hemera

Aucun commentaire pour cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.