« Le piercing sur la langue peut provoquer des microfractures des dents »

La pose d’un piercing sur la langue n’est pas sans risque pour la santé de nos dents. Quelques règles s’imposent pour éviter des complications.

Percing sur la langue

Avant de se faire poser un piercing, sur la langue ou ailleurs, mieux vaut s’assurer du professionnalisme du pierceur. Comment ? Soit par le bouche-à-oreille, soit -comme l’explique Sébastien, pierceur depuis 15 ans en région parisienne- en discutant avec lui. « On doit prendre le temps de parler de ce que l’on va faire et des risques potentiels d’un piercing. Il ne faut pas non plus hésiter à demander à visiter les locaux ».

Un décret fixe les conditions d’hygiène à respecter pour la réalisation de tatouages et piercing. Un contrat entre le professionnel et le client doit être établi, précisant le numéro de lot du matériel utilisé et assurant une traçabilité. Les professionnels ont aussi l’obligation de suivre une formation de deux ou trois jours sur l’hygiène.

Concernant le piercing de la langue, le professionnel doit s’assurer que la morphologie de la personne le permet. Ainsi, s’il y a des risques d’empiéter sur le frein (partie qui se situe sous la langue et la maintient contre le plancher de la bouche), il est préférable de ne pas poser de piercing à cet endroit.

 

Une hygiène bucco-dentaire irréprochable

Des risques d’infection existent aussi après la pose du piercing. C’est pourquoi, il y a plusieurs règles d’hygiène à respecter. Les premiers jours, il est conseillé de faire un bain de bouche après le brossage des dents du matin et du soir. Ensuite, il faut éviter par exemple de porter un crayon ou tout objet potentiellement contaminé à la bouche. Et surtout avoir une hygiène bucco-dentaire irréprochable.

Il faut savoir par ailleurs que les deux premières semaines, la langue est enflée. Pour réduire cette inflammation, on peut sucer des glaçons. Mieux vaut aussi éviter la nourriture épicée, l’alcool… La cicatrisation totale se fait après deux ou trois mois.

 

Pas d’anneau mais une barre avec des billes

Concernant le choix du bijou, l’anneau est déconseillé car il est inconfortable. En général, les pierceurs préfèrent une barre avec une bille de chaque côté, en métal ou en plastique. Au départ, ils posent une barre longue, qu’ils remplacent ensuite par une barre plus courte (une fois l’inflammation passée après trois ou quatre semaines), adaptée à la morphologie de la personne. « A ce moment-là, le client revient nous voir et cela nous permet de vérifier l’état de la cicatrisation, de mettre le nouveau bijou et de refaire un point sur l’hygiène », ajoute Sébastien.

 

Ne pas jouer avec le piercing

La cicatrisation terminée, les personnes prennent souvent un mauvais réflexe : celui de jouer avec leur piercing. « Cela peut provoquer des microfractures au niveau des dents. On peut généralement les soigner mais certains cas -les plus graves-, on doit dévitaliser la dent puis mettre une couronne. Et surtout, enlever définitivement le piercing pour que cela ne se reproduise pas », prévient Françoise Coton-Monteil, chirurgien-dentiste. « Si la personne n’est pas capable de réfréner ce tic, mieux vaut lui conseiller d’enlever définitivement son piercing plutôt que de courir le risque d’avoir des problèmes dentaires », ajoute Sébastien.

 

Pour en savoir plus

  • Cécile Fratellini
  • Crédit photo : www.photo-libre.fr

Aucun commentaire pour cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.