Sang, plasma : pourquoi il est urgent de donner

mis en ligne le :

À l'occasion de la Journée mondiale des donneurs de sang, ce 14 juin, l’Établissement français du sang en appelle au plus grand nombre. Il faut reconstituer les stocks avant l'été et préparer le lancement d'un grand « plan Plasma ».

Don du sang

« Nous devons remobiliser les Français. Le niveau de nos réserves est inquiétant ». Pour François Toujas, président de l’Établissement français du sang (EFS), la Journée mondiale du don du sang est l’occasion, cette année, de lancer un appel aux dons d’urgence avant l’été.

Début juin, l’EFS disposait de 79 000 poches de globules rouges. Son objectif est de se rapprocher le plus possible de 110 000 poches avant les vacances scolaires afin d’assurer les transfusions nécessaires durant une période traditionnellement moins riche en collectes.

Pourquoi donner son sang maintenant ?

 Les deux années de crise sanitaire ont mis à mal les dons de sang dans l’Hexagone. Si aucun malade n’a été privé de poche de sang, l’EFS a dû, en février, publier pour la première fois de son histoire un bulletin d’urgence vitale : ses stocks étaient descendus à un niveau dangereux.

La pandémie de Covid a changé les habitudes des donneurs et limité le nombre de nouveaux volontaires. « Le télétravail généralisé, la fermeture des universités et des grandes écoles ont ainsi empêché 30 % des collectes habituelles menées sur les lieux de travail et d’étude », détaille Hervé Meinrad, directeur de la collecte à l’EFS.

Or les besoins en sang sont revenus à leur niveau habituel. « Durant la crise Covid, ils ont été moindres du fait des déprogrammations hospitalières. Mais l’activité des hôpitaux a aujourd’hui retrouvé son niveau de 2019 », précise François Toujas.

Qui peut donner son sang ?

Toute personne en bonne santé entre 18 et 70 ans, pesant plus de 50 kg peut donner son sang. Les hommes peuvent donner 6 fois par an, les femmes 4 fois. Depuis cette année, il n’est plus fait mention de l’orientation sexuelle dans le questionnaire pré-don : les hommes qui ont des relations avec d’autres hommes sont dorénavant libres de donner, sans période d’abstinence.

L’Etablissement français du sang souhaite particulièrement toucher les jeunes avec une campagne spécifique sur les réseaux sociaux, #DonneursDeSangTousSoignants. L’enjeu est de fidéliser un public de nouveaux volontaires pour assurer les dons à l’avenir.

Comment donner son sang ?

On peut donner son sang dans des collectes mobiles ou en maison du don, en prenant rendez-vous en ligne sur le site internet de l’EFS. La prise de rendez-vous en ligne, créée durant la crise sanitaire, s’est généralisée. « Elle est désormais plébiscitée par 80 % des donneurs », précise François Toujas.

L’EFS a également annoncé préparer un « plan plasma », pour développer de façon significative les dons sur les cinq prochaines années. L’établissement veut sensibiliser les Français aux enjeux de ce don.

À quoi sert le don de plasma ?

Le plasma est la partie liquide du sang dans laquelle circulent les cellules sanguines (globules rouges, globules blancs et plaquettes). Il contient des protéines, comme les immuno-globulines, qui servent à fabriquer des produits thérapeutiques. Ces médicaments dérivés du sang servent à soigner, entre autres, des patients en réanimation ou en déficit immunitaire, grands brûlés, hémophiles…

Les dons de plasma faits en France sont envoyés au Laboratoire français des biotechnologies qui fabrique ces médicaments issus du vivant. Chaque année, le plasma permet de soigner « un million de patients au total », indique François Toujas.

Pour eux, l’EFS explique « ne pouvoir compter exclusivement sur la quantité de plasma prélevée lors d’un don de sang. » Pour récolter trois à quatre fois plus de plasma, il faut faire un prélèvement spécifique, dit « par aphérèse ».

L’EFS récolte en moyenne 900 000 litres de plasma par an. L’objectif du plan plasma est d’atteindre, en cinq ans, le chiffre d’1,4 million de litres.

Qui peut donner son plasma ?

Toute personne entre 18 et 66 ans et pesant plus de 55 kg peut donner son plasma tous les 15 jours et jusqu’à 24 fois par an. Contrairement au don de sang, on peut donner même si l’on est anémié.

Comment se déroule un don de plasma ?

Le donneur est relié à une machine qui collecte le plasma de son sang avant de lui restituer les globules et plaquettes. Le prélèvement dure entre 45 et 60 minutes et n’est pas douloureux. Avec l’entretien pré-don et le repos qui suit, il faut compter environ 90 minutes en tout.

  • Crédit photo : Getty Images
Auteur article
Pauline Hervé

journaliste spécialisée dans les sujets relatifs à la santé (prévention, innovation et recherche, soins...)

Aucun commentaire pour cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.