Acheter ses médicaments sur internet en toute sécurité

Quelques règles d’usage pour ne courir aucun risque et être sûr de s’adresser à un site internet officiellement autorisé à vendre des médicaments.

La vente de médicaments sur internet est désormais autorisée en France, mais uniquement pour les officines ayant pignon sur rue… Pour autant, il semble que nous soyons un peu réticents : un sondage réalisé en mars dernier indique ainsi que 8 Français sur 10 ne se voient pas acheter des médicaments sur la toile. De plus, 74 % des personnes interrogées redoutent que les produits y soient de moins bonne qualité voire falsifiés. Une crainte fondée puisque, d’après l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), plus de la moitié des médicaments vendus sur Internet dans le monde sont des contrefaçons. Pour ne pas courir de risques, mieux vaut donc respecter quelques règles.

 

Uniquement les médicaments sans ordonnance

La législation actuelle précise que seuls les médicaments à usage humain qui ne sont pas soumis à une prescription médicale obligatoire peuvent être achetés sur internet. Cela représente environ 4 000 spécialités qui ne sont pas remboursées par l’assurance maladie.

Les sites doivent par ailleurs afficher clairement un minimum d’informations : indications thérapeutiques, forme (sachet, comprimé, gellule…), ou encore, posologie et prix.

 

Sur les seuls sites autorisés

Seuls les pharmaciens établis en France et exerçant dans une pharmacie ayant pignon sur rue (officine, pharmacie mutualiste ou pharmacie d’une société de secours minière) sont autorisés à vendre des médicaments sur internet. Cette vente doit être réalisée uniquement à partir du site internet de l’officine de pharmacie et sur son propre stock. L’internaute, qui ne peut acheter sans avoir répondu à un questionnaire, doit aussi pouvoir échanger avec le pharmacien via une boîte de dialogue ou par mail.

Avant d’ouvrir un site de vente en ligne, le pharmacien doit avoir informé l’Ordre national des pharmaciens et obtenu l’autorisation de l’Agence régionale de santé (ARS).

Par ailleurs, il doit arborer le logo officiel commun à tous les Etats membres de l’Union européenne, relatif au commerce électronique de médicaments (le logo est en cours de création, il devrait être disponible au second semestre 2013).

Concrètement, pour savoir si un site est autorisé ou non, il suffit de consulter la liste officielle sur le site du ministère de la Santé ou sur celui de l’Ordre national des pharmaciens (voir rubrique « pour en savoir plus »).

 

La menace de contrefaçons

Les médicaments ne sont pas des marchandises comme les autres. Acheter sur un site non autorisé, c’est courir un certain nombre de risques, au premier rang desquels la contrefaçon. Dans le meilleur des cas les médicaments contrefaits sont inefficaces, dans le pire des cas ils peuvent s’avérer dangereux pour votre santé. D’après l’Ordre national des pharmaciens, plus de 18 000 sites illégaux de commerce en ligne de médicaments ont été identifiés et fermés récemment dans le monde. En France, les saisies douanières de médicaments contrefaits augmentent chaque année.

L’Académie nationale de pharmacie rappelle par ailleurs qu’il faut éviter tout achat sur des sites internationaux non labellisés, et vérifier, dans tous les cas que l’acheminement des médicaments respecte les règles de conditionnement et de conservation.

 

Pour en savoir plus

  • A compter du 1er juillet 2015, le logo européen permettant d’identifier les officines autorisées à vendre des médicaments en ligne devra figurer sur les sites internet des pharmacies françaises (Journal officiel, jeudi 30 avril, texte 27)
  • Sur le site de l’Ordre national des pharmaciens, vous trouverez des informations sur la vente de médicaments en ligne ainsi que la liste des sites autorisés.
  • Sur le site de l’Agence nationale de sécurité du médicament, on trouve la liste des médicaments en accès direct et des informations pratiques pour les utiliser en toute sécurité. L’Agence mentionne aussi les risques liés à la falsification des médicaments, et tient à jour une liste de substances contrefaites identifiées dans l’Union Européenne.
  • Les recommandations de l’Académie nationale de pharmacie quant à la vente en ligne de médicaments.
  • L’arrêté du 20/06/2013 qui définit les règles de la vente en ligne de médicaments.
  • Émilie Gillet
  • Crédit photo : Randy Faris / Corbis / GraphicObsession

Aucun commentaire pour cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.