[Appel à témoignages] Vous ou l’un de vos proches avez bénéficié d’un don d’organes ?

mis en ligne le :

Vous-même ou une personne de votre entourage vivez avec l’organe d’un autre ? Votre vie a changé grâce au don d’une personne vivante ou décédée ? Racontez-nous votre histoire.

Vous ou l’un de vos proches avez bénéficié d’un don d’organes ?

Chaque année, la vie de nombreuses personnes est sauvée grâce au don d’organes et de tissus (cœur, poumons, foie, rein, cornée, peau…). En 2021, ce sont plus de 5 200 greffes qui ont pu être effectuées selon l’Agence de la biomédecine. Des greffes rendues possibles grâce à près de 1 400 donneurs décédés et à plus de 500 donneurs vivants.

Vous-mêmes, vous avez pu bénéficier d’un don d’organes suite à une maladie ou un accident ? L’un de vos proches vit aujourd’hui avec l’organe d’une autre personne ? Racontez-nous comment le don d’organes a bouleversé votre vie, les circonstances de ce don et ce que vous ressentez depuis.

On est tous présumés donneurs d’organes

À l’inverse, vous êtes opposé au principe du don d’organes ? Vous avez peut-être d’ailleurs refusé le prélèvement d’un organe sur un membre de votre famille par le passé ? Expliquez-nous votre choix.

Environ un tiers de la population est opposé au don d’organes, évalue l’Agence de la biomédecine. Le taux de refus était ainsi de 33,6 % en 2021, en très légère hausse par rapport à l’année précédente.

Selon la loi française, nous sommes tous des donneurs d’organes potentiels, sauf à s’y être expressément opposé de son vivant. Pour cela, il est nécessaire de s’inscrire sur le registre nationale des refus (RNR). C’est possible en ligne ou par courrier, dès l’âge de 13 ans. Mais ce n’est pas définitif : on peut revenir sur sa décision à tout moment.

  • Crédit photo : Getty Images
Auteur article
Angélique Pineau-Hamaguchi

rédactrice en chef adjointe d’Essentiel Santé Magazine, spécialisée dans les sujets de société (environnement, économie sociale et solidaire…).

Un commentaire pour cet article

  1. Marie-France

    Bonjour,
    J’ai lu, dans le dernier magazine, les témoignages sur le don d’organes. Je suis la maman d’un garçon (décédé suite à un accident de voiture, il avait 30 ans) qui a donné ses organes en juillet 2012 à l’hôpital Nord de Marseille, entre autre son coeur. Je suis très touchée par le témoignage d’Yvette. Je suis fière de la décision de mon fils, il a permis à plusieurs personnes de bien vivre. Pour moi il continue à vivre par cette action.
    Je suis moi-même, depuis longtemps, « donneuse d’organes » et ai élevé mes enfants dans ce sens.
    Que ces gestes permettent à tous de bien se porter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.