Logo Essentiel Santé Magazine

Coronavirus : les psychothérapies aussi se font à distance

Les professionnels de santé ont dû adapter leur façon de travailler pour la sécurité de leurs patients. Ils se doivent de rester présents en ces temps incertains. La psychologue Élisabeth Orfila en fait l’expérience.

Coronavirus : les psychothérapies aussi se font à distance

Le cabinet médical est d’habitude plein de vie. Situé à Gigean, dans l’Hérault, il est partagé par deux psychologues, une psychiatre, une nutritionniste, des orthophonistes et un ostéopathe. Les enfants ont leur coin pour jouer. Les adultes feuillettent des magazines. Depuis quelques jours, en raison du coronavirus, les lieux sont désertés, sauf rares exceptions où le présentiel le nécessite.

Élisabeth Orfila, psychologue clinicienne, ne fait quasiment plus le déplacement de son domicile au cabinet. Elle a dû adapter son travail aux mesures sanitaires exceptionnelles qu’impose l’épidémie. « Les séances de thérapie se déroulent en ligne, via des applications comme Skype ou encore WhatsApp. On ne peut pas se permettre de ne plus assurer notre travail. Certains patients ont besoin d’un suivi », explique-t-elle.

Coronavirus : thérapies à distance
La psychologue Élisabeth Orfila est contrainte de réaliser ses séances de thérapies à distance, à cause du confinement lié à l’épidémie de coronavirus. Crédit photo : DR

Les effets du confinement peuvent engendrer des tensions

La psychologue souligne toutefois qu’elle peut poursuivre ses activités. Ce qui n’est pas le cas de sa consœur ostéopathe, voisine de cabinet. « Tout est allé crescendo. Pour ma part, j’ai commencé à ne plus serrer les mains. Puis, à ne plus recevoir les enfants au cabinet. Enfin, j’ai limité le présentiel avec les adultes, usé de mille et une précautions pour que les patients ne se croisent pas en salle d’attente ».

Dans ce contexte, la téléconsultation s’est mise en place progressivement. Et d’observer : « Avec le Covid-19 et ses inconnus, on sait que le soutien psychologique est nécessaire. Les gens ont besoin d’être rassurés. Et les effets du confinement vont engendrer des tensions que nous pouvons aider à surmonter ».

Certaines pratiques impossibles par écran interposé

À défaut de présence physique, ou parce qu’il est parfois incommode de parler derrière un écran, des patients ont préféré annuler ou déplacer les rendez-vous. « Je dirais que ça concerne 60 à 70 % des cas ». Les autres se connectent pour pouvoir suivre leur thérapie. Ce qui n’a rien à voir avec le face-à-face au cabinet et réduit les possibilités. « C’est différent. Il y a des pratiques qui ne sont pas possibles en ligne. Ma collègue fait de l’EMDR*. Elle a dû stopper cette activité ».

Pas évident non plus de mener une séance de relaxation ou d’hypnose à distance. « Afin de calibrer les choses, il faut pouvoir voir les réactions corporelles de la personne. Ça reste plus compliqué par le biais d’un écran ». Sans compter que la technique a parfois ses limites : images défaillantes, sons coupés. Dans ce cas, la patience est de mise. « C’est un peu frustrant certes, mais il faut le voir comme une ouverture, une autre façon de concevoir la thérapie », soutient la psychologue, qui pense que ces nouvelles méthodes de travail, en rodage, sont amenées à évoluer et à s’améliorer.

* Thérapie cognitive par mouvements oculaires saccadés et stimulations tactiles ou auditives.

  • Patricia Guipponi
  • Crédit photo : Getty Images

Aucun commentaire pour cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Glossaire