Logo Essentiel Santé Magazine

Fièvre chez l’enfant : adopter les bons réflexes

La fièvre est une réaction naturelle de l’organisme pour combattre une infection. C’est l’un des motifs les plus fréquents de consultation chez le pédiatre et une source d’inquiétude pour beaucoup de parents. Pourtant, dans l’immense majorité des cas, elle n’est pas grave en soi, et rien de ne sert de donner systématiquement des médicaments.

On définit la fièvre par une température corporelle supérieure à 38 °C. Chez l’enfant, c’est un phénomène très fréquent qui accompagne de nombreuses infections. Depuis une dizaine d’années, les recommandations concernant sa de prise en charge ont évolué. Il ne s’agit plus de faire baisser à tout prix la température, mais plutôt d’aider l’enfant à se sentir mieux.

Comment prendre sa température ?

Par voie rectale avec un thermomètre électronique (ceux à mercure sont interdits depuis 1998). C’est la mesure la plus juste de la température corporelle. Les thermomètres frontaux ne sont pas fiables, quant aux thermomètres auriculaires, l’Association Française de Pédiatrie Ambulatoire estime qu’il faut apprendre à les utiliser correctement (un mauvais positionnement dans l’oreille peut donner une mesure erronée).

Rien ne sert de contrôler la température au dixième de degré près, ou toutes les heures, il vaut mieux s’intéresser à l’état général de l’enfant : mange-t-il bien ? Dort-il bien ? Joue-t-il comme d’habitude ? etc…

Comment soulager l’enfant ?

Ne pas trop le couvrir de vêtements, même s’il semble frissonner. Il faut lui donner régulièrement à boire, car l’un des risques avec la fièvre, c’est la déshydratation. Si c’est un nourrisson, lui proposer plus souvent le sein ou un biberon de lait en poudre.

Un linge mouillé sur le front peut le soulager, par contre, un bain « frais » est inutile, voire nocif. Rien ne prouve que cela permet de faire baisser durablement la température, et c’est plutôt désagréable pour l’enfant.

Quand lui donner des médicaments ?

Si un enfant de plus de 4-6 mois a de la fièvre, mais que son état général est bon, il n’est pas indispensable de lui donner un médicament. Il faut le surveiller en veillant à ce qu’il boive régulièrement. Il n’est pas nécessaire de le forcer à manger.

Par contre, si l’enfant ne semble pas bien, ou si l’on constate un changement dans son comportement : baisse de la vigilance, difficultés à manger, sommeil perturbé, s’il est grognon ou s’il interagit moins, on peut envisager un traitement pour améliorer son confort. Il est essentiel dans ce cas de respecter la posologie et la fréquence des prises indiquées sur la notice du médicament.

Quel médicament lui donner ?

  • Le paracétamol par voie orale est le médicament le plus efficace et le plus sûr pour lutter contre la fièvre. Il peut être proposé en continu pendant les 24 premières heures pour le confort de l’enfant quelle que soit la température (en espaçant les prises toutes les 6 heures).
  • L’ibuprofène peut être envisagé. Il est très efficace contre la fièvre chez l’enfant, son activité anti-inflammatoire est utile pour lutter contre la douleur. Par contre, il est réservé aux enfants de plus de 6 mois, et est fortement déconseillé lors de diarrhées importantes, et en cas de suspicion de varicelle.
  • L’aspirine est proscrite chez les moins de 12 ans.

Par ailleurs, aucune étude n’a démontré l’intérêt d’alterner ou d’associer ces deux médicaments pour lutter contre la fièvre. D’autant qu’en cas d’effets indésirables ou d’allergie, cela compliquerait le travail des médecins pour identifier le responsable.

Quand faut-il consulter un médecin ?

  • Si votre enfant a moins de 3 mois et que sa température dépasse 38 °C, appelez les urgences ou votre médecin. S’il n’est pas disponible, rendez-vous à l’hôpital, un bilan (prise de sang, analyse d’urines …) doit être établi pour rechercher une éventuelle infection bactérienne.
  • Si votre enfant est âgé de 3 à 6 mois, consultez votre médecin dans la journée.
  • Au-delà de 6 mois, consultez uniquement si la fièvre est très élevée (plus de 40°) et résistante au traitement administré, surtout si elle est associée à des troubles digestifs, des pleurs persistants, une pâleur ou si le comportement de votre enfant est très différent de son comportement habituel.
  • Quel que soit l’âge, consultez en urgence si l’enfant est essoufflé, pâle, s’il a un comportement très inhabituel, et s’il perd connaissance ou est pris de convulsions.

Pour en savoir plus

  • Émilie Gillet
  • Crédit photo : B.Boissonnet/BSIP

Aucun commentaire pour cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Glossaire