Logo Essentiel Santé Magazine

Les antibiotiques, comment ça marche ?

Un antibiotique est une substance qui s’attaque aux bactéries présentes dans notre corps. Mais concrètement, comment agissent les antibiotiques ? Explications.

Les antibiotiques, comment ça marche ?

Nous vivons avec les bactéries. Elles sont présentes dans le sol, dans l’eau, dans l’alimentation mais aussi sur notre peau, dans nos intestins, nos voies respiratoires… Ces bactéries normalement présentes dans l’organisme, forment ce que l’on appelle le microbiote et sont indispensables à son bon fonctionnement. Mais, certaines bactéries sont aussi responsables de maladies plus ou moins graves (cystite, méningite, arthrite, syphilis…).
Et si pendant des années, une simple blessure infectée ou une maladie infectieuse courante pouvaient s’avérer mortelle, la découverte des antibiotiques en 1928, par le célèbre médecin anglais Flemming a permis de mieux les soigner.

 

Deux grandes catégories d’antibiotiques

Les antibiotiques ne sont pas efficaces contre les maladies causées par des virus (la grippe, le rhume, la plupart des gastroentérites…) mais ils agissent contre les bactéries. Ils sont capables de ralentir leur développement (effet bactériostatique) ou de les détruire (effet bactéricide).

Selon le nombre de bactéries qu’ils sont capables de détruire, on peut les classer dans deux grandes catégories : les antibiotiques à « spectre étroit » ou à « large spectre ». Les antibiotiques à spectre étroit agissent sur un petit nombre de bactéries. Les antibiotiques à « large spectre » détruisent un grand nombre de bactéries à la fois.

« Comme l’antibiotique va être diffusé partout dans votre corps, il va agir non seulement sur les bactéries responsables de l’infection mais aussi sur les bactéries du microbiote. Plus son spectre est large, plus il risque de détruire des « bonnes » bactéries avec le risque de laisser la place aux bactéries résistantes », précise le professeur Cazenave-Roblot, responsable du service des maladies infectieuses et tropicales du CHU de Poitiers.

Dans certains cas, parce que le patient est particulièrement fragile ou parce qu’il a déjà reçu plusieurs fois des antibiotiques et que l’on peut craindre la présence de bactéries plus résistantes, le médecin doit faire le choix d’un antibiotique à « large spectre ».

 

Antibiotiques infographie - crédit Clément Perrotte

 

Bien identifier la bactérie responsable de l’infection

Si vous êtes atteint d’une maladie infectieuse, votre médecin peut vous prescrire des antibiotiques. Mais pas n’importe lesquels. En effet, avant de vous les prescrire, il commencera par essayer d’identifier la bactérie responsable de l’infection. « Dans certains cas il n’est pas nécessaire de réaliser un prélèvement et le médecin s’appuie sur les connaissances de l’épidémiologie des infections », explique le professeur Cazenave-Roblot. Par exemple au cours des infections pulmonaires, le pneumocoque doit être envisagé en priorité alors que pour les infections cutanées ce sera plutôt les streptocoques ou parfois des staphylocoques.

Dans d’autres cas, comme dans les infections urinaires, il est très facile de réaliser un prélèvement et le médecin vous demandera alors de vous rendre au laboratoire pour réaliser une analyse. Si une bactérie est identifiée dans un prélèvement, un antibiogramme (examen qui permet de détecter la sensibilité d’une bactérie à différents antibiotiques) sera réalisé. Les résultats de ce test permettront à votre médecin de savoir précisément quels antibiotiques seront les plus adaptés pour vous soigner.

  • Anne Prigent
  • Crédit photo : Richard Villalonundefined / Getty et Clément Perrotte (infographie)

Aucun commentaire pour cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Glossaire