Logo Essentiel Santé Magazine
Maisons de retraite : mieux vivre avec moins de médicaments

Maisons de retraite : mieux vivre avec moins de médicaments

La France a le record mondial de consommation de médicaments et les personnes âgées ne sont pas en reste. De plus en plus d'Ehpad proposent des thérapies alternatives pour améliorer bien-être, mémoire et capacités physiques.

Huit médicaments par jour : c’est en moyenne ce que prend chaque résident de maison de retraite en France. Cette consommation n’est pas anodine, en raison des multiples risques d’erreur dans le traitement, d’interactions entre les molécules et les effets secondaires indésirables : chute, dénutrition, troubles du comportement…

Le rapport du professeur Philippe Verger pour le ministère de la Santé faisait, en 2013, l’état des lieux du médicament dans les maisons de retraite. Et il concluait à « la nécessité des actions de prévention, des différentes alternatives à la prise médicamenteuse, l’importance des formations des personnels au service de l’efficacité thérapeutique. »

 

Animaux et musique

Face à ce constat, les Ehpad (établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) proposent de plus en plus de thérapies « alternatives ». C’est le cas à Geneston (44) où « l’idée est, tant que l’on peut, d’éviter le médicament. Celui-ci mène souvent à des chutes, à une dépendance, et au final à une longévité et une qualité de vie réduites », explique Stéphane Dupas, responsable multisite des Ehpad Mutualité Retraite de Geneston et Vertou. L’établissement propose des séances de musicothérapie et de médiation animale.

Les résultats sont visibles : stimulation cognitive, sensorielle mais aussi physique lorsqu’il s’agit de nourrir un rongeur, brosser ou promener un chien… « Certains résidents d’ordinaire un peu apathiques se montrent intéressés le jour où a lieu la séance », note Stéphane Dupas. En musicothérapie, frapper un rythme, mémoriser des paroles de chansons, font travailler la mémoire et la motricité.

Surtout, ces séances sont des moments de plaisir qui améliorent nettement le bien-être des personnes âgées au quotidien. Résultat : seuls 12 des 83 résidents prennent des somnifères, une proportion dont se félicite l’équipe.

 

 A lire aussi : Comment faire le choix d’une maison de retraite ?

Il existe de nombreuses solutions d’accueil pour les personnes âgées, dépendantes ou non.

 

Stimulation sensorielle

Dans d’autres Ehpad, notamment ceux qui accueillent des personnes atteintes d’Alzheimer et maladies apparentées, c’est le travail sur les émotions et la mémoire qui est privilégié. Salles de « stimulation sensorielle, avec lumières douces, aromathérapies, musiques relaxantes, ou encore salles entières décorées avec des objets des années 40… Pour ces personnes souvent désorientées, passer par les sensations et la mémoire ancienne est un moyen très efficace d’apporter réconfort et bien-être et de faire travailler la mémoire immédiate.

À Orvault, c’est l’activité physique qui est au cœur du projet d’établissement de la résidence Emile-Gibier. Cet Ehpad organise des séances de sport adapté et possède sur son terrain un parcours d’activités santé seniors (PASS) avec différents agrès, un labyrinthe végétal… Le sport adapté est accessible à tous, quelle que soit la pathologie car toutes les séances sont faites avec un éducateur sportif qui s’adapte aux besoins des participants.

« Les personnes âgées redécouvrent des capacités physiques qu’elles avaient oubliées », explique Bruno Lassalle, directeur de l’établissement. Le parcours fait tout travailler : équilibre, force musculaire, coordination, stimulation cognitive, sensorielle et même auditive avec une fontaine au centre du parcours. Pour les équipes soignantes, « c’est aussi un vrai « plus » car ils travaillent avec des personnes âgées qui moralement vont mieux, et dont les articulations deviennent moins raides et douloureuses. Ce qui facilite les manipulations », souligne le responsable.

 

A lire aussi : Comment payer la maison de retraite ?

Les revenus d’une personne âgée ne suffisent pas toujours à financer sa prise en charge en maison de retraite.

 

Une balade plutôt qu’un médicament

Cette expérience illustre les résultats d’une étude menée par l’Observatoire régional de la santé (ORS) Bretagne sur le sport adapté en Ehpad : 88 % des personnes âgées qui le pratiquent constatent une amélioration de leur bien-être général. Et pour 96 % des soignants, l’activité physique est un apport à une meilleure qualité de vie pour les résidents.

La mise en place de ces thérapies alternatives demande une certaine formation et un peu de temps, pas évidents à trouver pour les équipes soignantes. Pourtant elles fonctionnent et s’installent progressivement dans la culture des établissements. « Face à des troubles de comportement, le médecin conseillera de faire une balade de dix minutes avec un résident angoissé plutôt que de lui donner des médicaments. C’est un vrai projet au quotidien », souligne le responsable d’Ehpad Stéphane Dupas.

  • Pauline Hervé
  • Crédit photo : fstop123/Getty Images

Aucun commentaire pour cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Glossaire