Essentiel Santé Magazine

Une pharmacie ferme tous les deux jours

De plus en plus de pharmacies ferment alors même que le nombre de pharmaciens augmente légèrement… C’est l’étonnant paradoxe révélé par le rapport démographique annuel de l’Ordre des pharmaciens. Explications.

Entre 2010 et 2015, la France métropolitaine a perdu 800 pharmacies dont 181 pour la seule année 2015*. Et le phénomène s’accentue d’année en année. L’Île-de-France est de loin la région qui enregistre le plus de fermetures : 10 à Paris l’année passée, 8 dans le Val-de-Marne et 6 en Seine-Saint-Denis. Même si proportionnellement certains départements ruraux comme la Corrèze, l’Orne et la Haute-Marne sont les plus touchés.

* Selon les derniers chiffres du Conseil national de l’Ordre des pharmaciens (CNOP).

 

Une crise des vocations

Comment expliquer cette situation ? Les pharmaciens sont de plus en plus âgés (moyenne d’âge 50,2 ans chez les titulaires) et les départs à la retraite s’accélèrent.

Or, leur remplacement est loin d’être assuré car la jeune génération semble bouder la filière officine. Si le nombre global de pharmaciens inscrits à l’Ordre connaît une légère croissance d’une année sur l’autre, seuls 30 % des étudiants en pharmacie choisissent l’officine (contre 60 à 70 % auparavant), au profit d’autres branches (industrie pharmaceutique, établissements de santé).

Un désamour pour la profession qui s’explique notamment par un manque de visibilité économique (baisse des marges sur les médicaments remboursés, incertitudes sur les modes de rémunération pour les nouvelles missions de suivi et d’accompagnement confiées aux officines).

 

Un désert pharmaceutique ?

Désormais, une pharmacie ferme tous les deux jours, contre une tous les trois jours en 2014. Cette accélération du rythme des fermetures, associée à la baisse du nombre de médecins généralistes, fait peser une menace sur l’accès aux soins dans les années à venir.

Le nombre d’habitants par pharmacie augmente un peu plus chaque année : près de 3 000 en 2015, contre environ 2 700 en 2005. L’Ordre des pharmaciens se veut toutefois rassurant : à l’heure actuelle, il n’existe pas de « désert pharmaceutique » et la répartition des pharmacies sur le territoire demeure harmonieuse.

 

Pour en savoir plus

  • Philippe Artru
  • Crédit photo : bluecinema / iStockphoto

Aucun commentaire pour cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Glossaire