Logo Essentiel Santé Magazine

La rougeole : une maladie pas si bénigne

La rougeole est toujours présente en France. Cette maladie, que l’on considère souvent comme bénigne, peut être très grave. Pourquoi ? Et comment l’éradiquer ?

La rougeole : une maladie pas si bénigne

Pourquoi les cas de rougeole augmentent ?

Tous les ans, des cas de rougeole sont déclarés. Mais depuis quelques mois, ils sont plus nombreux. Entre le 1er novembre 2017 et mi-février 2018, 387 cas* ont été recensés. « En 2016, par exemple, il n’y avait eu qu’une centaine de cas. Cela s’explique notamment par le fait que, depuis 30 ans, 1,5 millions de personnes n’ont pas été vaccinées et ont jusqu’à ce jour échappé à la maladie. Aujourd’hui, plus de la moitié des cas de rougeole se situent chez des adolescents de plus de 15 ans et des adultes jeunes », explique le Pr Daniel Floret, vice-président de la commission technique des vaccinations.

Pour éradiquer la rougeole, 95 % de la population de la population doit être immunisée en ayant reçu deux doses de vaccin. Or, en 2015 90 % des enfants de 2 ans auraient reçu une dose, et seulement 78,8 % une deuxième dose.

*Selon le ministère des Solidarités et de la Santé.

 

Quels sont les symptômes de cette maladie ?

Elle se manifeste par de la fièvre puis une toux avant l’éruption de rougeurs et de boutons sur tout le corps. Il n’existe pas de traitement spécifique. « Un traitement antibiotique se justifie en cas de surinfections bactériennes au niveau pulmonaire par exemple », ajoute le Pr Daniel Floret.

 

Pourquoi la rougeole peut être une maladie grave ?

Ce n’est pas qu’une maladie infantile. Il peut y avoir des complications ou des surinfections comme des otites, des laryngites… Les complications les plus graves sont la pneumonie et l’encéphalite (inflammation du cerveau). Elles peuvent être mortelles ou laisser de graves séquelles. « Les complications touchent aussi les personnes immunodéprimées mais aussi les personnes saines qui font une réaction immunologique anormale au virus », explique le Pr Daniel Floret.

 

Comment se transmet la rougeole ?

La rougeole est une maladie virale qui se transmet par la toux et les éternuements. « C’est la maladie infectieuse la plus contagieuse. Une personne contaminée peut infecter entre 15 et 20 personnes. C’est 10 fois plus que pour la grippe », précise le Pr Daniel Floret. Les porteurs du virus peuvent le transmettre 4 jours avant l’apparition des boutons et 4 jours après.

 

Qui doit se faire vacciner ?

Tout enfant devrait être vacciné avec deux doses, la première à 12 mois et la seconde entre 16 et 18 mois. Pour ceux nés depuis le 1er janvier 2018, le vaccin contre la rougeole est obligatoire. « Toute personne née après 1980 devrait avoir reçu deux doses. Si ce n’est pas le cas, elle doit se faire vacciner. Avant 1980, la rougeole circulait beaucoup. Et selon des études de séroprévalence, chez les personnes nées avant cette date, la proportion de celles qui n’ont pas d’anticorps est faible. Cela signifie que beaucoup l’ont eue ou ont été vaccinées. Pratiquer un rattrapage dans cette population n’est pas une priorité de santé publique. Mais si, à titre individuel, la personne sait qu’elle n’a pas eu la rougeole ou qu’elle n’a reçu qu’une dose de vaccin, elle peut en parler à son médecin traitant », précise le Pr Floret.

Le rattrapage de ce vaccin est demandé pour se protéger soi-même évidemment, mais également pour protéger les autres (notamment les jeunes enfants qui ne se font vacciner qu’à un an ainsi que les personnes immunodéprimées).

 

A lire aussi : 11 vaccins obligatoires, qu’est-ce que cela change ?

Depuis le 1er janvier 2018, les enfants nés a partir de cette date doivent être vaccinés contre 11 maladies infectieuses graves.

 

Pourquoi faut-il deux doses de vaccin ?

« On sait que 10 % des personnes ne répondent pas à cette première dose. C’est pour rattraper ces 10 % que l’on fait une deuxième dose », explique le Pr Floret. Les deux doses doivent être injectées à un mois d’intervalle minimum.

 

Comment ce vaccin est-il pris en charge ?

Les deux doses de vaccin (combinées avec le vaccin contre la rubéole et contre les oreillons) sont prises en charge à 100 % par l’Assurance maladie pour les enfants jusqu’à leurs 17 ans révolus. À noter que la prise en charge complète concerne le vaccin et non l’acte d’injection. A partir de 18 ans, le vaccin est remboursé à 65 % par l’Assurance maladie. La différence peut être prise en charge par votre complémentaire santé, selon vos garanties.

  • Cécile Fratellini
  • Crédit photo : Fat Camera /Getty Images

Aucun commentaire pour cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Glossaire