Ce psychiatre soigne les phobies grâce à la réalité virtuelle

Il y a une quinzaine d’années, le Dr Éric Malbos, psychiatre, faisait entrer la thérapie par l’exposition à la réalité virtuelle (TERV) dans les hôpitaux universitaires de Marseille. Depuis, la réalité virtuelle lui a permis de guérir plus de 1 000 personnes phobiques.

Ce psychiatre soigne les phobies grâce à la réalité virtuelle

Quel est le principe de la thérapie par l’exposition à la réalité virtuelle ?

Dr E. Malbos – On projette sur un écran ou dans un visiocasque des images de synthèse interactives de situations, de lieux ou d’espaces sources de phobie. Ces images en trois dimensions sont diffusées en temps réel. Ce qui permet à la personne phobique de réagir, de progresser, de s’arrêter, de revenir en arrière si besoin, autant de fois et aussi souvent qu’elle le souhaite.

 

Comment avez-vous eu l’idée d’utiliser la réalité virtuelle pour soigner les phobies ?

Dr E. Malbos – Je suis fan de science-fiction, de dessins animés japonais et de jeux vidéo. J’ai voulu concilier ces passions avec mon métier. Une première expérience de traitement par l’exposition à la réalité virtuelle avait été publiée en 1992 aux États-Unis. Mais il n’y avait aucun programme sur le marché pour la reproduire. J’ai donc appris à créer des environnements virtuels en trois dimensions, grâce à des logiciels. J’ai commencé par reproduire, avec des images de synthèse, une caverne, un ascenseur, des couloirs étroits… pour traiter des patients souffrant de claustrophobie.

 

La réalité virtuelle, qui par définition, plonge le patient dans un monde « virtuel » provoque-t-elle chez la personne phobique les mêmes symptômes que dans le monde réel ?

Dr E. Malbos – Absolument. L’important n’est pas que l’image soit parfaite et réaliste, ce sont surtout les informations significatives que nous fournissent nos yeux, nos oreilles et notre corps qui comptent. Celles en lien avec la peur. On leurre ainsi le cerveau. Il se met en alerte dès que ça ressemble à la réalité et aux détails anxiogènes, même grossièrement. Par conséquent, les images de synthèse provoquent les mêmes réactions émotionnelles et comportementales d’angoisse et d’évitement que dans la réalité, lorsque la personne est confrontée à sa phobie.

 

Peut-on soigner toutes les phobies avec ce type d’outil ?

Dr E. Malbos – Cette thérapie apprend à penser et à interpréter différemment. Il n’y a aucune restriction, ni aucune limite à la création. Je viens par exemple de soigner une personne souffrant de squalophobie (peur des requins). On peut dire que la réalité virtuelle, permet de soigner à peu près 80 % des patients.

 

Concrètement, comment se passe le suivi d’un patient ?

Dr E. Malbos – Pendant 4 à 5 séances, je lui explique ce qui va se passer et je lui enseigne des méthodes de relaxation, de gestion des émotions, d’imagerie mentale… qu’il pourra utiliser lorsqu’il sera confronté à sa peur. Ensuite, grâce à la réalité virtuelle, j’expose progressivement la personne à ce qu’elle redoute, étape par étape, graduellement. Si elle a peur de l’avion par exemple (aviophobie), elle se retrouve à l’aéroport, puis en salle d’embarquement, elle pénètre dans l’avion où elle est seule, elle s’y assied, puis au fur et à mesure on va refermer le sas, décoller… Il faut compter 10 à 12 séances, à raison d’une séance par semaine.

 

La réalité virtuelle peut-elle avoir d’autres applications dans le domaine de la santé ?

Dr E. Malbos – En psychiatrie, on utilise déjà la réalité virtuelle pour le sevrage tabagique, le traitement du stress post-traumatique, de l’inquiétude chronique, des troubles obsessionnels compulsifs (TOC). À l’hôpital, il permet aussi de soulager la douleur et l’anxiété lors de soins ou d’examens très douloureux. Et certains kinésithérapeutes l’utilisent déjà pour la rééducation fonctionnelle. Dans quelques mois, le grand public pourra même acheter des environnements virtuels de thérapie qui jusqu’ici n’étaient commercialisés que pour les professionnels tels que ceux de C2care, neuroVR ou In Virtuo. Ils pourront être utiles pour poursuivre les exercices chez soi après une thérapie par exposition à la réalité virtuelle. Car c’est comme le piano ou le football, plus vous pratiquez, mieux c’est.

 

Pour en savoir plus

Se libérer des troubles anxieux par la réalité virtuelle, Dr Éric Malbos, Rodolphe Oppenheimer, Pr Christophe Lançon, aux éditions Eyrolles (2017).

  • Isabelle Blin
  • Crédit photo : DR Éric Malbos

Aucun commentaire pour cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Glossaire