Harcèlement au travail : comment réagir au plus vite ?

mis en ligne le :

Il existe des situations qui peuvent favoriser le harcèlement moral au travail. Comment les reconnaître pour éviter que ce type de harcèlement ne s’installe dans l’entreprise ? Et quelle est la bonne attitude à avoir si l’on y est confronté ? Les conseils de Lionel Leroi-Cagniart, psychologue du travail.

Victime de l'harcèlement au travail
Lionel Leroi-Cagniart
Crédit photo : DR

Comment le harcèlement moral au travail peut-il s’immiscer au sein d’une entreprise ? Y a-t-il des personnes qui deviennent plus facilement victimes que d’autres ? Et surtout, comment éviter que des situations de harcèlement ne s’installent durablement au travail ? On fait le point avec Lionel Leroi-Cagniart, psychologue du travail et membre du réseau national de consultation Souffrances et travail.

 

Le harcèlement au travail favorisé par une organisation floue

Quelles sont les situations qui favorisent le harcèlement ?

Lionel Leroi-Cagniart : Lorsque, dans une entreprise, l’organisation du travail est mal maîtrisée – des horaires mal définis, des fiches de poste floues – le harcèlement a plus de « chances » d’advenir. Autrement dit : les personnalités potentiellement harcelantes profitent des failles structurelles d’un système pour exercer leur « goût » du harcèlement, car elles s’y sentent implicitement autorisées.

Ce peut être un supérieur hiérarchique qui assomme de travail un subordonné sans aucun cadre temporel, par exemple. Par ailleurs, un deuxième facteur favorise le harcèlement : l’individualisation croissante des relations sociales au travail. Dans ce mode de fonctionnement, le collectif n’existe plus, les solidarités sont anéanties, et les rapports de force dominent.

Les salariés les plus investis sont plus souvent victimes

Qui est touché par ce type de harcèlement ?

L. L.- C. : Il n’y a pas de profil type. Mais on se rend compte que, dans une organisation défaillante, les premiers touchés sont souvent les salariés les plus investis, qui ont le sens du travail bien fait, des valeurs, une éthique. En effet, plus les individus sont impliqués dans leur travail sans en maîtriser les « entours » – les droits et obligations du salarié et de l’employeur, notamment – plus ils sont à risque.

Il n’est plus possible d’aller travailler la fleur au fusil, en se disant « j’aime mon job et je me fiche de ce qu’il y a autour », car en réalité, « ce qu’il y a autour » peut vite vous rattraper.

Les obligations de l’entreprise en matière de harcèlement

Comment prévenir les risques de harcèlement ?

L. L.- C. : Le conseil à donner aux salariés est de porter un regard aiguisé sur le contexte professionnel dans lequel ils évoluent (les fameux « entours »). Connaître, par exemple, les grands principes de la directive européenne de 89 (transposée dans le droit français en 1992). Aujourd’hui, l’employeur a l’obligation d’évaluer et de prévenir les risques, y compris psychosociaux (stress, harcèlement), afin de protéger la santé physique et mentale des salariés.

Aussi, dès que l’on commence à ressentir un malaise ou que l’on perçoit que les choses peuvent dérailler, mon conseil est de réagir vite. Ne pas rester seul et ne surtout pas attendre que le harcèlement s’installe.

  • Émilie Gilmer
  • Crédit photo : Getty Images

Aucun commentaire pour cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.