Logo Essentiel Santé Magazine

Société

Journée des aidants : un temps pour s’informer

Journée des aidants : un temps pour s’informer

8,3 millions de Français accompagnent un proche : une mère âgée dépendante, un enfant handicapé ou un conjoint malade… Pour la huitième année consécutive, la journée nationale des aidants, le 6 octobre, leur est consacrée.

Un atelier d’art-thérapie à Bordeaux (33), une conférence sur le thème « Autour de l’aidant, penser les enjeux de l’accompagnement » à Mâcon (71), une représentation de théâtre interactif à Montreuil (93), une animation photo dans certaines agences Harmonie Mutuelle… C’est un aperçu des manifestations organisées le 6 octobre, journée nationale des aidants. « Notre objectif est de faire en sorte que la majorité des aidants se reconnaissent comme tels et qu’ils aient le réflexe de se rapprocher des structures locales comme leur mairie, les associations, leur mutuelle, leur assurance… En bref, obtenir des conseils, voire être orienté vers la bonne structure selon leur situation personnelle », explique Claudie Kulak, Présidente de l’Association Journée Nationale des Aidants.

Si l’initiative, en 2011, revient à Nora Berra, alors secrétaire d’État à la Santé, les événements sont aujourd’hui portés par de nombreux acteurs : associations, entreprises, collectivités, établissements d’accueil, centres de soins, professionnels de l’accompagnement médical et social.

 

Aidants : des réalités très différentes

Si le terme d’aidant* englobe tous ceux qui viennent en aide à une personne dépendante, il recouvre des réalités très différentes. Ce sont à la fois des parents qui veillent sur leur enfant handicapé, un conjoint qui épaule son époux ou épouse touché(e) par la maladie d’Alzheimer ou un enfant qui se charge de ses parents vieillissants. Sur les 8,3 millions d’aidants non professionnels, 4,3 millions assistent un proche âgé (parent ou conjoint). Nicole Barbier, jeune retraitée, a ainsi accompagné sa mère nonagénaire durant les trois dernières années de sa vie : « De quelques heures ici et là, j’en suis progressivement venue à lui consacrer deux jours entiers chaque semaine. Je me chargeais de nombreux aspects matériels : entretien du linge, courses, préparation des repas, changement des draps… »

Cette population hétérogène partage toutefois une caractéristique commune : 83 % d’entre eux ressentent un sentiment de solitude. « Les aidants ne font pas appel aux structures de proximité, soit parce qu’ils ne les connaissent pas, soit parce que les horaires d’ouverture ne correspondent pas à leurs besoins. Dans le cas de la perte d’autonomie, ils ne savent pas quelle aide chercher ni où la trouver, ils ignorent qu’il existe des accueils de jour, des centres de répit, etc. Et pourtant l’information existe », constate Claudie Kulak.

* Définition de la Haute autorité de santé (HAS) : les aidants sont les personnes non professionnelles qui viennent en aide à titre principal, pour partie ou totalement, à une personne dépendante de son entourage pour les activités de la vie quotidienne.

 

Le droit de ne pas culpabiliser

De son côté, Florence Leduc, présidente de l’Association française des aidants, défend ardemment le droit des aidants de continuer à vivre sans culpabiliser. « Il est scandaleux de voir des gens sacrifier leur vie pour n’être plus que l’infirmier ou l’aide à domicile de leur proche, déplore-t-elle. L’objectif de cette journée est de mobiliser et fédérer tous les acteurs autour des questions du handicap, de la maladie et de la dépendance pour que l’aidant ne soit pas la variable d’ajustement des insuffisances des politiques publiques. »

 

Pour en savoir plus

  • Pour connaître les manifestations qui auront lieu près de chez vous, rendez-vous sur le site www.lajourneedesaidants.fr, rubrique « Événements » ou en cliquant sur la carte de France.
  • Plus d’informations sur le rôle de l’aidant sur le site Internet de l’Association française des aidants : www.aidants.fr
  • Contactez le centre communal d’action sociale (CCAS) pour connaître les professionnels médico-sociaux, les structures adaptées et les aides financières auxquelles vous ou votre proche pouvez prétendre.
  • Pour les aidants de personnes âgées de plus de 60 ans, joindre le centre local d’information et de coordination gérontologique (CLIC). Un annuaire des CLIC est disponible sur le site www.pour-les-personnes-agees.gouv.fr
  • La maison départementale des personnes handicapées (MDPH) gère les aides financières, médicales et sociales des personnes en situation de handicap. Pour en savoir plus, rendez-vous sur le portail Internet www.mdph.fr
  • Vanessa Pageot (mise à jour par la rédaction le 5 octobre 2017)
  • Crédit photo : eclipse-impages/istockphotos

Aucun commentaire pour cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Glossaire