L’économie sociale et solidaire vue par les Français

L’ESS fait de plus en plus parler d’elle. Mais les Français savent-ils réellement ce qu’est l’économie sociale et solidaire ? Et quelle image en ont-ils ? Réponses.

L’économie sociale et solidaire vue par les Français

Le Mois de l’économie sociale et solidaire (ESS), qui débute ces jours-ci, vise à promouvoir cette « autre » économie auprès du grand public. Car elle n’est pas encore très connue des Français, comme le confirme une étude, réalisée par Viavoice pour Harmonie Mutuelle*. Elle montre que si 80 % d’entre eux ont déjà entendu parler de l’économie sociale et solidaire, seuls 29 % « voient très bien ce à quoi cela correspond ».

Les deux tiers des personnes interrogées associent bien les associations et les coopératives à l’économie sociale et solidaire. Elles ne sont en revanche que 53 % à faire le lien entre fondations et ESS et seulement 41 % à le faire pour les mutuelles, dont certaines sont pourtant des acteurs importants du secteur (tant en termes de chiffre d’affaires que de nombre de salariés).

* Interviews effectuées en ligne du 28 septembre au 2 octobre sur un échantillon de 1 000 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

 

L’ESS : une alternative, crédible et attractive

Même s’ils ont encore du mal à la définir, les Français ont une image positive de l’économie sociale et solidaire. Elle est perçue comme un modèle alternatif (local, durable, équitable…) par plus de la moitié d’entre eux, basé sur la démocratie interne et la redistribution des bénéfices (pour 15 %). Et la solidarité, la lutte contre les inégalités, le développement durable, le développement local, le bien-être, mais aussi l’avenir et l’efficacité sont les mots les plus volontiers associés à l’ESS (à chaque fois par plus de la moitié des personnes interrogées).

Mais plus qu’une alternative, c’est un modèle « crédible » (pour 70 % des Français), dont les principes pourraient s’appliquer à toutes les entreprises (pour près des deux tiers). Ainsi, l’économie sociale et solidaire a « de l’avenir » pour 68 % d’entre eux (seuls 16 % pensent le contraire).

Autre bon point, 56 % des actifs aimeraient travailler dans ce secteur. Du côté des consommateurs, 45 % déclarent qu’un label « Économie sociale et solidaire » pourrait être un critère important dans leur décision d’achat. Et 66 % jugent par ailleurs qu’une mutuelle à but non lucratif est « plus attractive » qu’une autre.

 

Pas assez présente dans les médias et dans le débat public

Puisqu’ils ont globalement une bonne image de l’ESS, plus des trois quarts des Français pensent qu’elle devrait être davantage valorisée par les pouvoirs publics. C’était pourtant l’un des enjeux de la loi du 31 juillet 2014, dont le but était à la fois d’améliorer la reconnaissance du secteur et son financement.

Ils sont tout aussi nombreux à ne pas se sentir assez informés sur l’économie sociale et solidaire. Un manque que le Mois de l’ESS devra tenter de combler dans les jours qui viennent.

 

Pour en savoir plus

  • Angélique Pineau
  • Crédit photo : DR

Aucun commentaire pour cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.