Enercoop : une coopérative au service de la transition énergétique citoyenne

C’est le pionnier de l'électricité « verte » en France. Une électricité issue à 100 % d’énergies renouvelables. Mais Enercoop est aussi une coopérative. Ce qui permet à ses clients et à ses producteurs de participer à sa gestion et ainsi de donner leur avis.

Enercoop : une coopérative au service de la transition énergétique citoyenne

Les circuits courts pour votre alimentation, vous connaissez déjà. Mais saviez-vous que cela existe aussi pour l’énergie ? La coopérative Enercoop achète de l’électricité directement à des producteurs locaux. Ils sont 250 dans toute la France : des PME, des collectivités locales et parfois des particuliers. Elle la revend ensuite à ses 80 000 clients, là encore des entreprises, des collectivités et des particuliers. Mais la spécificité d’Enercoop, c’est qu’elle n’achète à ses producteurs que de l’électricité « verte », c’est-à-dire issue uniquement d’énergies renouvelables, principalement de l’hydraulique, du solaire et de l’éolien. De quoi contribuer, à son échelle, à la transition énergétique.

Cette démarche a été rendue possible par l’ouverture du marché de l’électricité à la concurrence en 2007. « L’idée d’Enercoop est née de la réflexion de plusieurs acteurs de l’économie sociale et solidaire, notamment Greenpeace, Biocoop, la Nef, le réseau CLER et les Amis de la terre, raconte Fanélie Carrey-Conte, l’actuelle secrétaire générale. Ils voulaient « profiter » de cette ouverture du marché pour proposer une offre alternative, plus respectueuse de l’environnement (car basée sur une électricité 100 % renouvelable) et plus démocratique (car gérée de façon décentralisée par les citoyens). »

Enercoop
En 2018, les producteurs locaux d’Enercoop ont généré environ 340 GWh d’électricité. De quoi couvrir la consommation des 80 000 clients de la coopérative. Crédit photo : OMC pour Enercoop.

 

Producteurs et clients participent aux décisions

Depuis ses débuts, Enercoop est donc une SCIC, une société coopérative d’intérêt collectif. Elle compte même aujourd’hui 10 coopératives locales en région (elles aussi des SCIC). Pour créer un lien direct entre producteurs et consommateurs. Tous ont la possibilité d’acheter des parts sociales et de devenir ainsi sociétaires de l’une de ces coopératives.

Joseph Convert est producteur d’énergie hydraulique en région Auvergne Rhône-Alpes. Son entreprise existe depuis plus de 50 ans. Elle a été créée par son grand-père puis reprise par son père. Depuis quelques années, Joseph vend l’énergie que produisent ses centrales hydroélectriques à Enercoop. « On a choisi cet acteur pour ses valeurs. Car il permet aux petits producteurs de vivre. » Le prix de l’électricité chez Enercoop est en effet plus élevé que celui du fournisseur historique, « pour pouvoir les rémunérer correctement », assure Fanélie Carrey-Conte. Pour les clients, choisir ce fournisseur est donc bien souvent un acte militant.

La relation n’est pas non plus que commerciale aux yeux de Joseph Convert. Il est devenu administrateur d’Enercoop Auvergne-Rhône-Alpes, l’une des coopératives régionales, au sein du collège des producteurs. « Avec mes collègues, on participe à toutes les décisions et discussions importantes. Et j’ai le sentiment que notre voix est réellement entendue, comme celle des clients d’ailleurs. »

Enercoop AG
Au sein d’Enercoop, les clients, les producteurs d’électricité et même les salariés peuvent être sociétaires d’une des coopératives. Et ainsi donner leur avis. Crédit photo : crédit Mathieu Parent pour Enercoop.

 

Soutien financier aux projets citoyens

En région Auvergne Rhône-Alpes, ils sont une quarantaine de producteurs locaux comme Joseph Convert. « Parmi eux, les collectifs de citoyens prennent de plus en plus d’importance, indique Frédéric Marillier, directeur général de la coopérative régionale. Le plus souvent, ils produisent de l’énergie solaire. Car les panneaux photovoltaïques sont bien plus accessibles que des éoliennes. Une trentaine de nouveaux groupes est actuellement constituée dans notre région. »

Ces projets citoyens se développent un peu partout en France depuis le début des années 2000. Ils sont le fait d’habitants qui souhaitent se réapproprier leur énergie sur leur territoire et produire eux-mêmes de l’électricité, à partir d’énergies renouvelables. Enercoop a décidé d’encourager ces projets citoyens. « Nous leur achetons leur électricité à un prix encore supérieur à celui de nos autres producteurs », explique sa secrétaire générale, Fanélie Carrey-Conte.

C’est ce que la coopérative a fait par exemple avec le collectif Les Survoltés d’Aubais, dans le Gard. En plus de l’accompagner dans la conception de son projet de parc photovoltaïque, Enercoop a signé avec lui un contrat « tarif de soutien » sur 20 ans. Une façon d’aider ces citoyens à concrétiser leur projet, lui aussi alternatif.

A lire aussi : Énergies renouvelables : des projets portés par les citoyens
Partout en France, des habitants se mobilisent pour développer des fermes solaires ou éoliennes. Une énergie citoyenne, issue d’énergies renouvelables.

  • Angélique Pineau
  • Crédit photo : OMC pour Enercoop

Aucun commentaire pour cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.