Logo Essentiel Santé Magazine

Énergie : quand les citoyens se prennent en main

Conscients des enjeux environnementaux, de plus en plus de Français se mobilisent pour soutenir la production d’énergies renouvelables ou en produire eux-mêmes.

Énergie : quand les citoyens se prennent en main

Éteindre ses appareils électriques au lieu de les laisser en veille, remplacer ses ampoules halogènes par des LED, privilégier les programmes « Éco » de son lave-linge et de son lave-vaisselle, limiter la climatisation l’été et le chauffage l’hiver… Autant de conseils pratiques pour réduire sa consommation (et donc ses factures) d’énergie à la maison*. Mais au-delà de ces gestes simples, comment les citoyens peuvent-ils être acteurs de la transition énergétique ?

* Retrouvez plus de conseils sur le site de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe).

Qu’est-ce que la transition énergétique ?

Remplacer les énergies non renouvelables (le pétrole, le gaz, le nucléaire…) par des énergies renouvelables (comme le solaire, l’éolien, l’hydraulique, la géothermie…). C’est l’objectif de la transition énergétique. Elle implique donc un grand changement dans nos modes de production et de consommation et suppose une amélioration de l’efficacité énergétique, sans oublier la réduction de notre consommation.

De l’électricité en circuit court

Les citoyens peuvent par exemple opter pour une électricité produite uniquement à partir d’énergies renouvelables. C’est ce que propose notamment Enercoop. Créé en 2005, ce fournisseur d’électricité verte est aussi une coopérative et fonctionne en circuit court. Il achète de l’électricité directement à des producteurs locaux (ils sont environ 250 dans toute la France) qu’il revend ensuite à ses clients (il en revendique 80 000).

« Nous passons des contrats directs avec ces producteurs, qui peuvent être aussi bien des PME, des collectivités locales, que des particuliers », explique Fanélie Carrey-Conte, secrétaire générale d’Enercoop. Ces mêmes producteurs sont également correctement rémunérés, ce qui entraîne un prix de vente plus élevé que celui du fournisseur historique. « Et ils ont la possibilité, tout comme nos clients d’ailleurs, de devenir sociétaires de l’une de nos dix coopératives locales. Ils peuvent ainsi peser sur les décisions prises », ajoute Fanélie Carrey-Conte.

Parmi ses producteurs locaux, Enercoop compte de plus en plus de collectifs de citoyens. Des habitants qui se regroupent pour monter et financer un projet de production d’énergies renouvelables sur leur commune. Le plus souvent du solaire (panneaux photovoltaïques) ou de l’éolien. « Les Français se préoccupent de plus en plus de la question environnementale. On le voit par exemple dans l’alimentation avec le développement des circuits courts et du bio. Mais ils se sentent aussi concernés par la transition énergétique. Ils veulent s’impliquer davantage et de préférence localement pour que cela bénéficie à leur territoire », souligne Lilian Carpenè, ingénieur économiste au sein du service Réseaux et énergies renouvelables de l’Ademe, l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie.

300 projets citoyens en France

Apparus au début des années 2000, ces projets citoyens de production d’énergies renouvelables prennent de l’ampleur en France. « Il en existe plus de 300 aujourd’hui dont un tiers est déjà opérationnel, indique Marc Mossalgue, porte-parole d’Énergie Partagée, l’association qui accompagne leur développement. Cela va d’une simple toiture solaire sur une école à 25 000 euros jusqu’à un parc de cinq éoliennes à 15 ou 20 millions d’euros. »

Des projets qui naissent bien souvent grâce au soutien des collectivités locales. Et lorsque les financements ne sont pas suffisants, il est possible de faire appel à l’investissement des citoyens via Énergie Partagée. Une autre façon d’agir pour ceux qui ne se sentent pas prêts à monter leur propre projet mais qui veulent être un peu plus que des consommateurs.

  • Angélique Pineau
  • Crédit photo : Getty Images

Aucun commentaire pour cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Glossaire