ESS France lance la République de l’ESS

Dans un contexte économique et sanitaire difficile, ESS France souhaite réagir en interpellant les pouvoirs publics. A l’occasion du Mois de l’ESS, l’association lance une nouvelle plateforme collaborative. Elle aura pour but de construire une déclaration politique pour l’ESS afin d’alerter sur le besoin de prendre en compte l’économie sociale et solidaire dans les choix politiques.

La République de l'ESS

EH « L’économie sociale et solidaire doit se politiser si elle veut se développer », constate Jérôme Saddier, président d’ESS France. Pour ce faire, l’association, tête de réseau de l’ESS, lancera au début du mois de novembre, une plateforme collaborative. Evènement à part entière du Mois de l’ESS, elle sera ouverte au plus grand nombre et « va s’appeler République de l’ESS car elle est l’affaire de tous ». « L’ESS peut prétendre à incarner une forme de république par sa diversité d’engagements et par le nombre de gens qui la font vivre », ajoute Jérôme Saddier. Conduite par un collectif chargé d’animer le projet, cette plateforme veut devenir un lieu de rendez-vous numérique permettant à tous les citoyens, acteurs ou non de l’ESS, de se retrouver, de coopérer et de contribuer à l’écriture d’une déclaration politique afin de construire et de porter leur vision du monde de demain.

Une émulation qui souhaite aboutir, d’ici septembre 2021, à l’organisation d’un grand congrès de l’ESS à Paris. Un événement dont le but sera de présenter une déclaration aboutie et d’interpeller les candidats à l’élection présidentielle. Une journée de rencontres et d’échanges mais aussi d’affirmation des choix politiques qu’ESS France veut voir inscrits dans le calendrier politique des candidats. « Ils doivent tenir compte de ce que l’ESS a à dire, se positionner, s’intéresser à ce qu’on a à proposer », affirme Jérôme Saddier. Tous engagés derrière ce projet commun, les membres d’ESS France entendent créer un lien durable entre économie sociale et solidaire et pouvoir politique.

 

Construire « le monde d’après »

Actrice majeure de l’économie française, l’ESS doit être au cœur de sa transformation selon ESS France. Alors que les discussions sur le projet de loi de finance ont commencé lundi dernier à l’Assemblée nationale, l’association porte en parallèle plusieurs propositions pour soutenir les entreprises de l’ESS et promouvoir la transition sociale et écologique.

Or, selon Jérôme Saddier, la crise sanitaire que la société française traverse pousse aussi à repenser le social, l’écologie et l’économie. C’est dans ce contexte qu’il a vu fleurir de nombreux textes sur « le monde d’après », tous supposant « qu’il serait différent après la crise, qu’il y aurait une prise de conscience générale ». C’est pourquoi il a lui aussi publié une tribune sur les réseaux sociaux dans laquelle il entame une réflexion sur le lendemain de l’économie sociale et solidaire.

Publié le 4 mai 2020, son « Appel à tous ceux qui font l’économie sociale et solidaire : pour que les jours d’après soient les jours heureux » incarne sa volonté d’engager une nouvelle dynamique. Son objectif n’est pas de redéfinir l’ESS (notamment en revenant sur la loi de 2014) mais d’y ajouter une dimension nettement plus politique. Par la concertation et l’émergence de nouvelles idées, Jérôme Saddier veut ancrer durablement l’ESS dans la sphère politique afin « qu’elle parle au reste de la société française (…) car l’ESS doit apprendre à faire des choses plus grandes qu’elle ». Riche de sa fusion avec les Chambres Régionales de l’Economie Sociale et Solidaire (CRESS), ESS France entend donc bien continuer à soutenir le développement de l’ESS.

  • Estelle Hersaint
  • Crédit photo : ESS France

Aucun commentaire pour cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.