Se former à l’économie sociale et solidaire

Vous êtes attiré par l’économie sociale et solidaire et vous avez envie d’y travailler ? Il existe des formations universitaires dédiées à l’ESS.

Economie sociale et solidaire

Aide à domicile, éducateur sportif, téléconseiller, aide-soignant… Aujourd’hui, presque tous les métiers peuvent s’exercer aussi bien dans l’économie de marché classique que dans l’économie sociale et solidaire. L’ESS est en effet présente dans la plupart des secteurs d’activité et emploie 2,38 millions de salariés dans toute la France. Elle rassemble les associations, les coopératives, les fondations, les mutuelles et les entreprises sociales qui ont en commun de concilier activité économique et utilité sociale.

 

Surtout des masters

Il existe également, dans l’enseignement supérieur, des formations totalement dédiées à cet « autre » modèle économique. Elles n’étaient qu’une dizaine dans les années 1990 et sont environ six fois plus aujourd’hui. La plupart sont accessibles aussi bien en formation initiale qu’en formation continue. Et il est même possible, parfois, de les effectuer en alternance ou d’obtenir le diplôme par la validation des acquis de l’expérience (VAE).

Parmi ces formations post-bac, on trouve surtout des licences professionnelles (tourisme et économie solidaire à Avignon, droit et gestion des entreprises associatives à Lyon 3 par exemple) ainsi que des masters. Ces derniers sont les plus nombreux : près de trente villes en proposent, en France métropolitaine et à La Réunion. Certains sont davantage axés sur l’économie, la gestion ou le management, d’autres sur le droit, les ressources humaines, la communication ou encore la gestion de projets.

On trouve aussi quelques diplômes d’université (comme le DU responsable mutualiste de Paris 1 ou le DU créateur d’activité mention économie sociale et solidaire de Rennes 1).

 

Répondre aux besoins des entreprises de l’ESS

Ces différentes formations ont deux vocations : répondre à la fois aux attentes des étudiants et aux besoins des acteurs de l’ESS. « Les entreprises recherchent des personnes ayant, certes, des compétences techniques, mais qui sont aussi familiarisées avec les modes de fonctionnement propres à l’économie sociale et solidaire : gestion démocratique, pas d’actionnaire ni de recherche absolue de profits… », précise Michel Abhervé, spécialiste de l’ESS et enseignant à l’université Paris Est-Marne-la-Vallée.

 

L’envie de travailler « autrement »

Au-delà des compétences « métiers », ce sont donc également l’histoire, les valeurs et les principes fondateurs de l’économie sociale et solidaire qui y sont enseignés. Et c’est sans doute cela qui attire les étudiants. « Ces dernières années, l’ESS est plus présente dans les médias, rappelle Michel Abhervé. Parallèlement, dans la société, on sent un mouvement vers une quête de sens, qui se traduit notamment par l’envie de travailler pour une entreprise différente. »

 

Témoignage

Roger Belot, président d’ESS France, la Chambre française de l’économie sociale et solidaire.

« Donner du sens à sa vie professionnelle »

Roger Belot  « Pour les jeunes mais aussi pour les personnes en reconversion professionnelle, pour les cadres aux limites du burn-out ou écœurés par l’argent roi, l’ESS apparaît comme une possibilité de donner du sens à sa vie professionnelle, en cohérence avec ses propres exigences éthiques. Pour toutes et tous, cela permet d’acquérir une expérience professionnelle en termes de responsabilité, de capacité d’action, de solidarité, de rigueur dans la gestion, de développement de compétences, de relations humaines exigeantes, mais respectueuses. »

 

En savoir plus

  • Le guide « Université et économie sociale et solidaire », publié en 2015, recense les formations dédiées à l’économie sociale et solidaire.
  • emploi-ess.fr : portail créé par l’Union des employeurs de l’économie sociale et solidaire (UDES), présente différents métiers (avec des vidéos et des témoignages).
  • Le site d’ESS France, la Chambre française de l’économie sociale et solidaire
  • Angélique Pineau
  • Crédit photo : vm / iStockphoto et Romuald Meigneux (pour le portrait de Roger Belot)

Aucun commentaire pour cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Glossaire