Logo Essentiel Santé Magazine

Société

Tourisme : quand l’ESS s’en mêle

Tourisme : quand l’ESS s’en mêle

Avant de réserver vos prochaines vacances, et si vous regardiez du côté des structures de l’économie sociale et solidaire (ESS) ?

Ces dernières années, des alternatives au tourisme de masse ont vu le jour. Comme l’écotourisme (qui prend en compte les préoccupations environnementales) ou le tourisme équitable ou responsable (qui profite aussi aux populations locales, à l’image du commerce équitable). Le tourisme social et solidaire, quant à lui, existe depuis longtemps. Il rassemble les organismes à but non lucratif du secteur. Et ses intérêts sont défendus par l’UNAT, l’Union nationale des associations de tourisme et de plein air.

Créée en 1920, l’UNAT représente les trois quarts d’entre eux. Et son site recense les principaux acteurs du tourisme social et solidaire.

 


À lire aussi :
C’est quoi le tourisme social et solidaire ?
L’interview de Michelle Demessine, présidente de l’Union nationale des associations de tourisme et de plein air (Unat).

Lutter contre la fracture touristique

« De nombreux Français partent en vacances, parfois sans le savoir, grâce à ces acteurs à part entière de l’économie sociale et solidaire (ESS) », précise Michelle Demessine, présidente de l’UNAT. Plus de 4 millions de personnes au total chaque année.

Villages de vacances, auberges de jeunesse, centres sportifs, campings, centres de vacances pour enfants, refuges, gîtes… Ces structures de l’ESS œuvrent au quotidien « pour l’accès aux vacances pour tous, tout au long de la vie ». Et tentent ainsi de réduire la fracture touristique dans notre pays. « Car le constat est toujours le même depuis des années : près d’un Français sur deux ne part pas en vacances, essentiellement pour des raisons financières, rappelle Michelle Demessine. Et pour beaucoup, réussir à partir signifie rogner sur tout : l’hébergement, la restauration… »

 

Zazie Hôtel Paris
À lire aussi :
Le Zazie : un hôtel social et solidaire à Paris
Découvrez en vidéo cet hôtel de tourisme parisien, qui est aussi une entreprise d’insertion.

Un tourisme « qui porte des valeurs »

Parmi les acteurs du tourisme social et solidaire, 90 % sont des associations (les autres étant des coopératives, des comités d’entreprises, des entreprises sociales…). Ils partagent les mêmes préoccupations (notamment l’utilité sociale) et sont soumis aux mêmes règles de gestion que l’ensemble de l’économie sociale et solidaire. Et pour la présidente de l’UNAT, « la nécessaire viabilité économique de nos structures est tout à fait compatible avec un tourisme qui porte des valeurs ».

 

Le tourisme social et solidaire en chiffres

Chaque année, environ 4 millions de Français partent en vacances grâce aux principaux acteurs du tourisme social et solidaire. Ces derniers gèrent plus de 1 300 établissements dans toute la France et emploient 42 000 salariés, soutenus par 6 000 bénévoles. Parmi ces acteurs, on trouve à la fois des grands réseaux nationaux et des structures indépendantes, comme le Zazie Hôtel à Paris.

Source : Union nationale des associations de tourisme et de plein air (UNAT).

  • Angélique Pineau
  • Crédit photo : mediaphotos / ISTOCKPHOTOS et Max Rosereau

Aucun commentaire pour cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Glossaire