10 dirigeants du secteur de la santé s’engagent en faveur de la sobriété

mis en ligne le :

A l’heure où la sobriété s’impose comme une priorité nationale, comment rapprocher cet enjeu du domaine de la santé ? Plusieurs dirigeants du monde de la santé se sont penchés sur la question et ont publié une tribune le 24 août 2022.

sobriété et santé

La santé produit 8 % du total national des émissions de gaz à effet de serre*. Face à ce constat, 10 dirigeants d’entreprises et d’organisations du monde de la santé ont réfléchi à la manière de réduire l’impact écologique de leurs pratiques. De cette réflexion est née une tribune, intitulée « Nous ne le savons pas encore : la sobriété va nous permettre de vivre en meilleure santé » et publiée le 24 août 2022 sur le site du média La Tribune.

« A l’heure où la sobriété s’impose comme une priorité nationale, il est naturel de mettre en lien cet enjeu avec une composante essentielle de nos vies : la santé. Ce secteur en lui-même génère une empreinte carbone importante », soulignent les auteurs de la tribune.

A noter que cette tribune a été présentée lors des Universités d’été de l’économie de demain, le 30 août 2022 à Paris, dans le cadre d’un atelier intitulé « La sobriété au secours de la santé ? ».

Intégrer l’enjeu de sobriété

Avec cette tribune, il s’agit avant tout de réfléchir à la manière d’intégrer « l’enjeu de la sobriété pour mieux prendre en compte la singularité de chaque personne avec une santé centrée sur la préservation du bien-être tout au long de la vie ».

Le but de la tribune n’est donc pas d’apporter une réponse tranchée concernant deux modèles souvent opposés : un premier, qui entrevoit la santé à travers des actes, et un second, passant plus par la prévention et l’accompagnement.

Trois axes clés pour y parvenir

Pour atteindre l’objectif de sobriété, trois axes clés ont été identifiés :

  • La santé passe par le bien-être.
  • La sobriété est une opportunité de rapprocher santé et médico-social.
  • Elle doit être envisagée comme contribuant à redonner du sens aux métiers de la santé.

La santé passe par le bien-être

« Notre santé n’est pas uniquement dépendante de notre patrimoine génétique : elle est étroitement liée à des facteurs environnementaux qui peuvent entraîner de nombreuses maladies  chroniques », précisent les dirigeants signataires de la tribune.

Il est donc judicieux, selon eux, d’intégrer de nouvelles façons de se déplacer, de se nourrir, de travailler, de consommer plus « sobre », pour améliorer le bien-être à long terme.

Toutefois, ils estiment que ces changements ne peuvent pas uniquement relever de la responsabilité individuelle. La mise en place d’une action conjointe des pouvoirs publics et des acteurs associatifs et mutualistes s’impose.

Rapprocher santé et médico-social

Par ailleurs, pour répondre à cet enjeu de sobriété, « un rapprochement entre le secteur sanitaire (celui du soin), et le secteur de l’aide et de  l’accompagnement (celui du prendre soin) » est nécessaire, soulignent les auteurs de la tribune.

« Le soin et le prendre soin doivent être désormais indissociables et pensés ensemble », ajoutent-ils. Le soin apporte au prendre soin, et inversement.

Redonner du sens au métier de la santé

Enfin, « incarner cette dimension de sobriété au quotidien permettra également de redonner du sens à nos métiers », soulignent ces dirigeants du secteur de la santé. Ce qui implique de faire évoluer ses pratiques.

Mais ils estiment que cela ne pourra se faire sans une autonomie retrouvée des professionnels, confrontés au développement des normes et des procédures. « Car ce sont bien eux, sur le terrain, qui vont devoir s’adapter. »

Les signataires de la tribune :

  • Thibault de Saint Blancard, co-fondateur d’Alenvi
  • Yann Bubien, directeur du CHU de Bordeaux
  • Abdelaali El Badaoui, fondateur de Banlieues Santé
  • Myriam El Khomri, auteure du rapport sur l’attractivité des métiers du grand âge et de l’autonomie, ancienne ministre et directrice du conseil Diot SIACI
  • Philippe El Saïr, directeur du CHU de Nantes
  • Lionel Fournier, directeur Santé & Écologie Harmonie Mutuelle – Groupe VYV
  • Nicolas Froissard, porte-parole du Groupe SOS
  • Edouard de Hennezel, fondateur du Cercle Vulnérabilités et société
  • Professeur Samir Henni, chef de Pôle du CHU d’Angers
  • Christine Jeandel, présidente de Colisée
  • Dominique Monneron, directeur général de la Fondation Partage et vie
  • Dafna Mouchenik, directrice générale de Logivitae
  • Caroline Neyron, directrice générale du Mouvement Impact France
  • Antoine Perrin, directeur général de la FEHAP
  • Thomas Roux, DRH du CHU de La Martinique.

*Selon le plan de transformation de l’économie française présenté par le Shift project en janvier 2022. Le Shift project est une association française et un laboratoire d’idées, créé en 2010, qui œuvre « en faveur d’une économie libérée de la contrainte carbone ».

  • Juliette Plouseau
  • Crédit photo : Getty Images

Aucun commentaire pour cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.