Alimentation : devenons des consom’acteurs !

Les écogestes passent aussi beaucoup par l’assiette. Le défi ? Acheter plus de fruits et légumes de saison, manger moins de viande et limiter le gaspillage.

consomacteurs alimentation

Le saviez-vous ? L’alimentation représente entre 20 et 25 % de l’empreinte environnementale des Français. Pour réduire l’impact carbone de notre assiette, commençons par renouer avec le rythme des saisons. « Une tomate produite sous serre émet huit fois plus de CO2 qu’une tomate cultivée en été, chiffre Cédric Javanaud de la Fondation GoodPlanet. Sans compter que les tomates, en hiver, sont moins bonnes et plus chères ! »

Deuxième piste d’action : diminuer sa consommation de viande, car la production d’aliments carnés est très gourmande en ressources naturelles, et faire davantage de place aux protéines végétales (haricots, lentilles, fèves…).

Manger bio et local permet également d’agir positivement pour l’environnement et de préserver son capital santé. « C’est assez simple, il suffit d’aller faire le marché le week-end, sourit Julien Vidal, auteur du livre Ça va changer avec vous ! (First éditions). Le bio est accessible quand on équilibre différemment son panier et qu’on achète moins de viande et de produits transformés. De plus, comme on n’a pas besoin d’éplucher la plupart des fruits et légumes bio, on génère moins de déchets tout en consommant plus de nutriments et de vitamines… »

Acheter uniquement ce dont on a besoin

Faire la chasse au gaspillage est l’autre grand enjeu de l’alimentation durable. Pour le réduire, il existe des astuces simples, comme prévoir son menu de la semaine pour acheter uniquement ce dont on aura besoin, bien conserver les aliments ou encore cuisiner les restes (de nombreuses recettes sont disponibles sur internet). Au restaurant également, quelques bonnes habitudes peuvent changer la donne : choisir le plat du jour afin de limiter le gaspillage de matières premières et demander un « doggy bag » pour emporter ce qu’on n’a pas mangé. « Il est possible aussi de regarder si le plat végétarien nous plaît, suggère Florence Clément, de l’Ademe. Si on ne sait pas toujours comment cuisiner les légumes à la maison, c’est peut-être le moment d’essayer ! ».

  • Crédit photo : iStock
Auteur article
Natacha Czerwinski

journaliste spécialisée dans les sujets de société (éducation, famille, environnement, initiatives positives...)

Aucun commentaire pour cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.